Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2014

OFCE - Ce que cache la baisse du taux de chômage américain

17 janvier 2014

par Christine Rifflart

Malgré la nouvelle décrue du taux de chômage en décembre, les données du Bureau of Labor Statistics publiées la semaine dernière confirment paradoxalement la mauvaise santé du marché du travail américain. Le taux de chômage américain a baissé de 0,3 point par rapport à novembre (-1,2 point par rapport à décembre 2012) pour terminer l’année à 6,7 %. Il a ainsi perdu 3,3 points depuis son plus haut historique d’octobre 2009 et se rapproche de plus en plus du taux de chômage non inflationniste défini par l’OCDE à 6,1 % depuis 2010. Pourtant ces résultats sont loin de refléter un raffermissement de l’emploi. Ils masquent plutôt une nouvelle dégradation de la situation.

Lire la suite
_______________________________________
_______________________________________

22:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Le blog de Gilles Raveaud - Michel Aglietta a trouvé à quoi les économistes pourraient servir !

Lors d’une intervention présentée au cours des rencontres économiques d’Aix-en-Provence (5-7 juillet 2013), Michel Aglietta a rappelé que les économistes étaient souvent inutiles, ou nuisibles. Mais aussi qu’ils peuvent rendre service à la société, s’ils se donnent pour but l’expansion des libertés réelles.

***************************************************

À quoi servent les économistes ?
Les économistes, l’éthique et la justice sociale
Michel Aglietta
Esprit, octobre 2013

Des économistes inutiles, ou nuisibles

Pour Michel Aglietta, le rôle des économistes dans le développement est limité. Ainsi, “si l’on considère les hauts fonctionnaires qui ont dirigé le relèvement économique, puis la modernisation de la France après la Seconde Guerre mondiale, l’observation est mixte : Jean Monnet était autodidacte et marchand de vin, François Bloch-Lainé était juriste, Pierre Massé et Claude Gruson étaient des économistes formés dans les écoles d’ingénieur que nous chérissons. Contrairement aux pays anglo-saxons, la formation économique universitaire n’a eu aucune part dans l’essor économique de notre pays”.

Lire la suite
_____________________________________
_____________________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : aglietta | Lien permanent

20/01/2014

L'emploi va continuer à être à la traîne (M. Aglietta)

13:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : aglietta | Lien permanent

La conférence de presse de Hollande change la donne politique


La conférence de presse de Hollande change la... par rtl-fr

00:06 Publié dans Réflexions | Tags : serge july, francois hollande | Lien permanent

19/01/2014

Non Fiction - Quand l'Etat joue à des chiffres et des lettres

Résumé : Un ouvrage stimulant et fouillé qui questionne l’usage du benchmarking dans la sphère publique, à travers ses limites et ses dérives.

Co-écrit par Isabelle Bruno, maître de conférences à l’université Lille-II, et Emmanuel Didier, chargé de recherches au CNRS, l’ambition de l’ouvrage Benchmarking. L'Etat sous pression statistique  est de mesurer la portée et les conséquences de l’exportation des techniques managériales du secteur privé vers la sphère publique. On dispose désormais d’un recul en la matière sur ce mouvement de fond, initié depuis près de trente ans, qu’on appelle communément le "New Public Management" (NPM), même si celui-ci regroupe de façon protéiforme des réformes de l’Etat très variés conduites dans les pays de l’OCDE au cours des années 80-90 par des gouvernements désireux de réduire les dépenses publiques.

Parmi ces techniques issues du privé, il en est une, illustre, celle du benchmarking ("parangonnage" en français), qui consiste à comparer et étalonner les performances, en vue de repérer les meilleures pratiques et de s’améliorer. Le bénéfice principal du livre réside dans le fait de retracer précisément l’histoire ou, selon les termes même du livre, la "généalogie" de ce concept.

Lire la suite
__________________________________________
__________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Non Fiction - Le pouvoir de la communication

Résumé : Le sociologue Manuel Castells analyse les réseaux de communication et leurs pouvoirs dans une société qui a considérablement élargie son espace public par les médias.

 

Faut-il encore présenter Manuel Castells ? Depuis 1979, professeur de sociologie, de planification urbaine et régionale à l’Université de Berkeley en Californie, il est également titulaire de la Chaire "Technology of Communication and Society" à l’University of Southern California, Los Angeles ainsi que celle consacrée à la "Société en Réseaux" au Collège d´études mondiales (Fondation de la MSH) à Paris.

Son œuvre est considérable. On en retiendra ici la trilogie qu’il consacra à L’ère de l’information  et La galaxie Internet . Le présent ouvrage s’inscrit, tout en les actualisant, les infléchissant et les enrichissant, dans la continuité de ces travaux dont l’influence sur les recherches en sociologie de la communication a été – et reste – tout à fait considérable. L’objet central de ce livre - le titre original Communication power était encore plus explicite - est une réflexion puissante sur les liens, dans ce que je serais tenté d’appeler l'espace-réseau, entre pouvoir et communication, communication du pouvoir et pouvoir de la communication. Pour Castells, et ses travaux précédents nous l’avaient amplement montré, ce sont les réseaux de communication (et plus exactement le réseau de ces réseaux) qui désormais sont au cœur - comme vient encore de le souligner Alain Touraine  - d’un type sociétal différent de celui des sociétés, notamment occidentales, telles qu’elles avaient pu se développer, après ce qu’il reste convenu d’appeler les première et deuxième révolutions industrielles.

Lire la suite
______________________________________________
______________________________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : manuel castells | Lien permanent

Les impasses de la Troisième voie Liêm HOANG-NGOC Eurodéputé, rapporteur sur l’action de la troïka et Philippe MARLIERE Politologue, professeur à l’University College of London

Alors que les uns et les autres s’agitent autour de questions de société, François Hollande continue de développer son projet économique. Il vient de confirmer l’orientation social-libérale mise en œuvre depuis son élection. Il a foi dans le virage à 180 degrés qu’il entend faire assumer au grand jour à la gauche française. Le nouvel horizon, défini lors de la conférence de presse du 13 novembre 2012 et réaffirmé lors celle du 14 janvier, est le socialisme de l’offre, traduction française de la Troisième voie dans laquelle Tony Blair et Gerhard Schröder engagèrent, il y a dix ans, le Labour britannique et le SPD allemand.

Lire la suite
_______________________________________
_______________________________________

 

04:23 Publié dans Réflexions | Tags : marliere, hoang-ngoc | Lien permanent

18/01/2014

Libé - La crise ne condamne pas le progrès social

Jean-Christophe CAMBADELIS Député socialiste, Christian PAUL Député PS de la Nièvre, Claude ROIRON, Laurence ROSSIGNOL secrétaire national du Parti socialiste. et Jean-Marc GERMAIN, le 9 janvier

Dans les tempêtes économiques que traverse l’Europe, nul ne saurait trouver une issue heureuse en solitaire. La France subit de longue date un chômage de masse, une capacité industrielle amoindrie, et une compétitivité battue en brèche dans de nombreux secteurs. Nombre d’entreprises investissent peu, et se préoccupent du court terme. La rente supplante l’innovation. La panne du dialogue social pendant une décennie a miné la cohésion nationale. Les déficits et la dette ont affaibli la puissance publique et ses capacités d’action. Le retour à un meilleur investissement, privé comme public, figure au premier rang des urgences. La France doit dépenser mieux pour investir plus, créer plus de valeur et retrouver le sens de la justice.

Lire la suite
____________________________________________
____________________________________________

The New York Times, Paul Krugman : Scandal in France

I haven’t paid much attention to François Hollande, the president of France, since it became clear that he wasn’t going to break with Europe’s destructive, austerity-minded policy orthodoxy. But now he has done something truly scandalous.

I am not, of course, talking about his alleged affair with an actress, which, even if true, is neither surprising (hey, it’s France) nor disturbing. No, what’s shocking is his embrace of discredited right-wing economic doctrines. It’s a reminder that Europe’s ongoing economic woes can’t be attributed solely to the bad ideas of the right. Yes, callous, wrongheaded conservatives have been driving policy, but they have been abetted and enabled by spineless, muddleheaded politicians on the moderate left.

Lire la suite
__________________________________________
__________________________________________

15:50 Publié dans Réflexions | Tags : paul krugman, francois hollande | Lien permanent

Hollande/Gayet : de la vie privée, du corps du chef de l’État, des médias et autres considérations

Coulisses de Bruxelles, Jean Quatremer :

Impossible de ne pas évoquer ici la liaison entre François Hollande et Julie Gayet après le rôle que j’ai joué – à mon corps défendant -  dans l’affaire DSK et le livre de réflexion sur la presse que j’en ai tiré (« Sexe, mensonge et média », Plon), livre qui reste plus que jamais d’actualité. Cette relation extraconjugale constitue un vrai cas d’école. Elle pose trois séries de questions étroitement liées entre elles : celle de la vie privée du Président de la République, celle de la libre disposition du corps du  chef de l’État et celle de l’information.

- En première analyse, l’aventure de François Hollande relève de la seule sphère privée. Il n’a violé aucune loi (il s’agit d’une relation entre adultes consentants n’ayant aucun lien d’autorité entre eux et ne suscitant aucun conflit d’intérêts), il n’a pas mobilisé les moyens de l’Etat à son profit personnel et sa liaison n’a apparemment  (le mot est important) pas d’impact sur la sphère publique.

Lire la suite
_____________________________
_____________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : quatremer | Lien permanent