Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2018

France Info : Olivier Faure soutient les frappes en Syrie et appelle "l'ensemble des formations politiques" à "ranger leurs désaccords"

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a indiqué samedi sur franceinfo que "la riposte proportionnée de cette nuit ne peut suffire", après les frappes occidentales contre la Syrie.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont lancé dans la nuit de vendredi à samedi 14 avril une opération militaire conjointe en Syrie. Il s'agit de frappes en représailles à une attaque chimique présumée le 7 avril à Douma, près de Damas. Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, a exprimé samedi sur franceinfo son soutien à l'intervention française pour rappeler au monde qu'il y a "des limites à ne pas franchir".

Lire la suite
_________________
_________________

12/04/2018

Le JDD - Au PS, les difficultés financières vont peser sur les prochaines campagnes électorales

Dans une note confidentielle interne que l'hebdomadaire Vraiment a pu consulter, le Parti socialiste a dessiné les grandes lignes du budget 2018-2022. Et sans surprise, les montants dévolus aux prochaines échéances sont impactés par la situation financière compliquée du parti.

Lire la suite
__________________
__________________

11/04/2018

Le Monde - Valérie Rabault succède à Olivier Faure à la tête du groupe Nouvelle Gauche

La députée de Tarn-et-Garonne sera la seule femme à présider un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

« Une coprésidence, c’est niet ! » Il ne faut pas trop chercher Valérie Rabault. Sinon, « vous me trouvez ! », lance la nouvelle présidente du groupe Nouvelle Gauche, qui reçoit dans un petit salon de la commission des finances de l’Assemblée nationale, où elle a son rond de serviette depuis 2012. Mercredi 11 avril, la députée de Tarn-et-Garonne a été élue par vingt et une voix face à Guillaume Garot, ancien ministre délégué à l’agroalimentaire et député de la Mayenne, qui en a obtenu sept. Le député Boris Vallaud s’était finalement retiré de la course mercredi matin.
 
Lire la suite
_____________________
_____________________

Occitanie politique - Valérie Rabault : "au PS, nous avons l'intention de construire une ligne claire"

France Bleu Occitanie : "le retour de la gauche de gouvernement", "l'humain d'abord, la démocratie partout" c'est la feuille de route fixée par Olivier Faure le nouveau patron national du PS  Mais concrètement ça donne quoi sur la sncf ? Vous soutenez les cheminots ou vous approuvez l'ouverture à la concurrence ?

Valérie Rabault : Un discours d'investiture c'est toujours un exercice d'équilibriste en quelque sorte mais Olivier Faure s'en est bien sorti. Cet après-midi à 16h à l'assemblée nationale, nous attaquons le débat sur la réforme de la SNCF. Nous avons déposé énormément d'amendements parce que nous estimons qu'avoir la posture du gouvernement qui consiste à attaquer le statut des cheminots pour expliquer que si les trains arrivent en retard, s'il n'y a pas assez de trains ou d'investissement ce serait uniquement la faute du statut des cheminots est un faux débat.

Lire la suite
___________________
___________________

06/04/2018

Doucement mais sûrement, comment Jean-Michel Blanquer se met les profs à dos par Yannick Trigance Conseiller régional d'Ile-de-France, Secrétaire national adjoint à l’éducation du Parti socialiste

Une vaste consultation annuelle des professionnels de l'éducation révèle des éléments sans appel.

À l'évidence, la lune de miel entre ministre de l'Éducation nationale et la communauté éducative arrive à son terme.

Après de multiples "unes" de journaux dithyrambiques, après pléthore de sondages tous plus élogieux les uns que les autres, après des émissions de télévision plébiscites, le ministre fait face à un premier revers significatif.

Une vaste consultation annuelle - 33 000 réponses- des professionnels de l'éducation réalisée par l'UNSA -syndicat réformiste, progressiste et modéré dans ses positions- révèle des éléments sans appel

Lire la suite
__________________
__________________

22:27 Publié dans Article du jour | Tags : blanquer, unsa | Lien permanent

05/04/2018

Konbini - "Écrivez partout !" : Mai 1968, c’était aussi le printemps des slogans

Le mouvement de Mai 1968 a débuté le 22 mars, au sein de la faculté de Nanterre. À cette occasion, petit retour sur ses slogans les plus marquants.

"Il est interdit d’interdire", "Sous les pavés la plage", "Jouissez sans entraves" : provocateurs, drôles ou poétiques, les slogans qui ont fleuri sur les murs parisiens en mai 1968 ont contribué à forger le mythe de ce moment historique.

"On a pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789", analysait l’intellectuel Michel de Certeau dès juin 1968. "Écrivez partout", lit-on sur les murs du centre universitaire Censier. Très tôt, les acteurs du mouvement ont conscience de la valeur de ces inscriptions. "Brûlons la Sorbonne. Mais avant sauvons les graffitis, c’est un trésor à ne pas perdre", écrivent des étudiants dans un hall de la faculté au printemps 1968.

Lire la suite
________________
________________

14:42 Publié dans Article du jour | Tags : mai 68 | Lien permanent

L'Est Républicain - Islamisme : quel état des lieux en Bourgogne Franche-Comté ?

Des islamistes activistes aux sympathisants, la Bourgogne Franche-Comté est emblématique de la progression de la version extrémiste de l’islam. Et dont, « ici comme en Syrie, les musulmans sont les premières victimes ».

« L’islamisme est un sujet à la fois simple et compliqué. Simple dans ce qu’il est réellement et compliqué dans ses ressorts, ses enjeux et ce qu’il révèle des uns et des autres et de notre société », avait prévenu un spécialiste de la question, membre au sens large des services de renseignement qui, comme tous les interlocuteurs rencontrés sur le sujet, a souhaité conserver l’anonymat.

Lire la suite
__________________
__________________

08:30 Publié dans Article du jour | Tags : islamisme | Lien permanent

04/04/2018

Marianne - Une étude du CNRS observe une inquiétante tentation pour la radicalité chez les lycéens musulmans

Après deux ans d'enquête auprès de 7.000 lycéens issus en grande partie de quartiers populaires, les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland rendent leurs conclusions dans "La Tentation radicale". La radicalité, qu'elle soit religieuse, politique ou culturelle, atteint des proportions inquiétantes, notamment chez les jeunes musulmans.

Les lycéens de France sont-ils tentés par la violence et la radicalité religieuse ? C'est la question que se sont posée les sociologues du CNRS Anne Muxel et Olivier Galland, au lendemain des attentats de novembre 2015. Les chercheurs publient leurs travaux ce mercredi 4 avril aux Presses universitaires de France (PUF), dans un ouvrage intitulé La Tentation radicale. Et leurs conclusions sont plutôt inquiétantes.

Lire la suite
_________________
_________________

Libé - SNCF-Deutsche Bahn, le match

La SNCF plus productive

La SNCF n’est pas le mamouth mal géré qu’aiment caricaturer la droite et le gouvernement. Elle apparaît même comme plus productive que son concurrent allemand. C’est que la SNCF a supprimé des postes par non-renouvellement partiel des départs à la retraite et augmenté son chiffre d’affaires grâce à sa politique commerciale. A l’instar du transport aérien, elle optimise ses recettes, en proposant des prix attractifs à ceux qui achètent leurs billets à l’avance ou acquièrent une carte de réduction.

Lire la suite
___________________
___________________

11:48 Publié dans Article du jour | Tags : sncf, cheminot, greve sncf | Lien permanent

03/04/2018

Le Point - Pour les députés PS, sans les "provocations" du gouvernement, la grève à la SNCF aurait pu être évitée

Les députés socialistes ont estimé mardi que la grève à la SNCF aurait pu être évitée sans "un certain nombre de provocations" du gouvernement sur le recours aux ordonnances ou le statut des cheminots, dénonçant "la méthode choisie".

"Nous ne sommes pas des révolutionnaires du statu quo. Nous ne sommes pas hostiles par principe à une réforme", mais "ce que nous contestons, c'est bien souvent la méthode choisie par le gouvernement", a déclaré Boris Vallaud, un porte-parole des députés socialistes, lors d'un point de presse.

Lire la suite
_________________
_________________