Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2014

L'actualité des socialistes du 1er au 7 septembre (mise à jour)

A la une

Le Monde - « Les banlieues perçoivent l'indifférence de la gauche au pouvoir »

Les associations de banlieue font leur rentrée. Quelque 150 organisations de quartier, collectifs contre les discriminations, associations culturelles, épaulés par des centres sociaux, des sociologues et des urbanistes, se réunissent samedi 6 et dimanche 7 septembre à Nantes pour se constituer en fédération nationale, sorte de syndicat des banlieues. Leur constat est qu'une crise majeure secoue silencieusement les quartiers. Ces structures expriment une désillusion politique profonde deux ans après l'élection présidentielle. Leur probable porte-parole, Mohamed Mechmache, président de l’association AC Le Feu de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), coauteur, avec la sociologue Marie-Hélène Bacqué, d’un rapport sur la participation des habitants, revient sur le fossé qui s'est creusé entre leurs attentes et la politique du gouvernement.

7 septembre

Slate, Eric Le Boucher - Réformes: le rêve, la réalité et le cauchemar français

Les Français sont favorables aux réformes et le gouvernement se dit enfin prêt à les lancer. Seuls les parlementaires de tous bords y font obstacle. Dans ce contexte, trois scénarios sont possibles pour les mois qui viennent.

Le Nouvel Obs - Thomas Thévenoud peut-il rester député ?

L'ex-secrétaire d'Etat assure qu'il a "été élu pour cinq ans" et qu'il "souhaite mener sa mission jusqu'à son terme". Mais ses collègues à l'Assemblée ne semblent pas d'accord...

Le Nouvel Obs - "Je ne reconnais en rien le portrait qui est fait de François Hollande

Rachid Kasri, qui a été pendant dix ans chauffeur et garde du corps de François Hollande, réagit vivement au livre de Valérie Trierweiler.

Le Nouvel Obs, Renaud Dély - La faute de Valérie Trierweiler

Le livre de l’ex-Première dame n’est pas seulement un brûlot anti-Hollande, c’est une attaque contre l’esprit civique et une menace pour les institutions.

Le Nouvel Obs - Hollande : "Les plus pauvres, c'est ma raison d'être"

VIDEO. Le chef de l'Etat a réagi à la publication du livre de Valérie Trierweiler et aux propos sur les "sans-dents" qui lui sont prêtés dans l'ouvrage. Il a également écarté toute démission.

Le Nouvel Obs - Hollande au plus bas dans les sondages : le désaveu d'un homme

Le chef de l'Etat, qui prévoit de se représenter en 2017, est un homme disqualifié. Explications de Sylvain Courage, rédacteur en chef au "Nouvel Observateur".

6 septembre

Le Figaro - Entre loyauté et fronde, Matthias Fekl tente l'équilibre

Le nouvel entrant au gouvernement, en remplacement de Thomas Thévenoud, n'a pas toujours été tendre avec la ligne défendue par l'exécutif.

Libé - Cambadélis persuadé que l’exécutif «aura» une majorité au Parlement

L’exécutif «aura» une majorité au Parlement lors des votes budgétaires cruciaux attendus à l’automne, a assuré vendredi le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, convaincu que la quasi-totalité des frondeurs restent «très attachés» au Parti socialiste.

«Si l’exécutif cherche l’unanimité (de sa majorité) derrière sa ligne politique, il ne l’aura pas. Mais une majorité, il l’aura», a déclaré le responsable socialiste lors d’un entretien à l’AFP.

Le Nouvel Obs - Sapin réaffirme qu'une hausse de la TVA "n'est pas d'actualité"

Le député socialiste Christophe Caresche a estimé qu'une hausse du taux de TVA de 20 à 22% en 2015 était "concevable et même souhaitable".

Slate - Le paradoxe Thévenoud: en réalité, sa démission est un bon signe pour notre démocratie

Le fait que des affaires éclatent constitue peut-être un signe que la moralisation et la transparence de la vie politique progressent.

Le Nouvel Obs, Gérard Filoche - Hollande à 13% : sa popularité paie le prix de la politique droitière du PS

LE PLUS. Selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur, la popularité de François Hollande vient de passer sous la barres des 20%, pour atteindre 13%. Comment expliquer un tel record ? Pour Gérard Filoche, membre du bureau national du PS, c'est avant tout parce que le PS a déçu. Parce qu'Hollande et Valls n'ont pas été à la hauteur des attentes de ses militants.

Tribune de Lyon - Muet (PS): la politique du Gouvernement est à “contre-temps”

Le député PS de la Croix-Rousse critique la politique économique menée par François Hollande et Manuel Valls, même s’il "espère pouvoir" voter la confiance au Gouvernement. “L’Europe intergouvernementale est devenue une machine à égoïsmes nationaux et à récession”, assène le frondeur.

5 septembre

Le Nouvel Obs - Thévenoud, Trierweiler, sondages... Le jeudi noir de Hollande

Le livre de son ancienne compagne, les sondages catastrophiques qui s'enchaînent, la démission de Thomas Thévenoud : François Hollande n'a connu aucun répit.

Libé - Hollande, une cote de confiance historiquement basse

La cote de confiance du Président mesurée par TNS-Sofres atteint 13 % en septembre, le plus bas de la Ve République.

Le Monde - Jean-Marie Le Guen : « Il n'y aura pas d'ordonnances sur le travail du dimanche »

Ordonnances ou pas ordonnances pour réglementer le travail dominical ? Matignon refuse pour l'instant de lever l'ambiguïté sur cette question alors que, selon nos informations, la question est déjà tranchée : ce sera non. Le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a tenu à mettre fin aux interrogations, jeudi 4 septembre après-midi, en expliquant au Monde

Le Monde - Manuel Valls passe en force par ordonnance ? Faire qu'il soit battu, Par Gérard Filoche (Membre du bureau national du Parti socialiste)

Bien des députés socialistes vont être interrogés, secoués, inquiétés par le passage en force annoncé par ordonnances. Faut-il prendre le risque de mettre en minorité « leur » gouvernement ? Ça ne s'est encore jamais fait dans de telles conditions. Que risque-t-on?

Slate - Contrôle des chômeurs: la régression sociale vire de bord

François Rebsamen se trompe: la gestion du marché du travail est confrontée à des problèmes qui ne se résument pas à traquer des fraudeurs, contre lesquels Pôle emploi lutte déjà.

Le Nouvel Obs - Logement : Valls a cédé aux spéculateurs, dénoncent des associations

Elles ne décolèrent pas. Selon les associations de lutte contre le mal-logement, Manuel Valls a "cédé au lobby des rentiers et des spéculateurs". Le Premier ministre a présenté un second train de mesures visant à sortir la construction de logements du marasme, avec des carottes fiscales en direction des investisseurs et des ménages, et a sévèrement retoqué la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) de l’ex-ministre du Logement Cécile Duflot. L’un des dispositifs phares, l'encadrement des loyers, ne sera lancé qu'à Paris "à l'automne" et "à titre expérimental".

Les Echos - Emmanuel Macron : la synthèse du président Hollande ?

Plus importante que la mise en scène du départ d'Arnaud Montebourg, la nomination d'Emmanuel Macron au ministère de l'Économie marque la synthèse enfin aboutie d'une gauche française sociale-démocrate.

Le Nouvel Obs - Le secrétaire d'Etat Thomas Thévenoud démissionne pour raisons fiscales

Il est remplacé au Commerce extérieur par le député PS Matthias Fekl. Selon Matignon, son départ est lié à "des problèmes de conformité avec les impôts".

Francetvinfo - "Merci pour ce moment" : sept passages (encore méconnus) à ne pas rater

Francetv info a lu pour vous le livre de Valérie Trierweiler, dans lequel elle n'épargne ni le chef de l'Etat, ni quelques autres sommités politiques. Morceaux choisis.

Francetvinfo - "Atterré", "catastrophé"... François Hollande sous le choc après la sortie du livre de Valérie Trierweiler

Le chef de l'Etat, pris par surprise par les révélations de son ex-compagne, est confronté à une tempête médiatique catastrophique pour son image.

La Tribune - Politique économique: soutenir l'offre OU la demande, le faux débat

La crise gouvernementale qui vient d'éclater polarise le débat français entre partisans et opposants de l'austérité, partisans et opposants d'un soutien à la demande. Au risque de la caricaturer. Car rares sont les pures partisans d'une stratégie de l'offre ou d'une pure stratégie de la demande. La ligne de fracture porte en fait bien plus sur l'appréciation des marges de manœuvre françaises et la répartition des rôles en Europe pour remédier à un déficit de la demande qui fait de plus en plus figure de diagnostic partagé.

4 septembre

Libé - Les Mistral de Poutine restent à quai

Devant l’intervention de plus en plus flagrante de Moscou dans l’est de l’Ukraine, l’Elysée a finalement choisi de geler la livraison des navires de guerre à destination de la Russie.

En sortant tout en nuances de la réserve observée depuis deux ans, la maire de Lille fait entendre une "petite musique" qui pourrait la placer un jour en position de "recours" pour le PS.

Les décodeurs, Le Monde - La faillite du président « normal » en six dates

Il voulait être un « président normal ». Plus de deux ans après les promesses de campagne, celui qui souhaitait se différencier de Nicolas Sarkozy, président « people », « bling-bling », éclaboussé par plusieurs affaires, a bel et bien échoué. A la veille de la sortie du livre de l’ex-première dame, qui entache un peu plus la « normalité » du président, retour sur cette faillite en six étapes.

Le Monde - Le livre de Valérie Trierweiler dénoncé comme « de la politique paparazzi »

La parution du livre de l'ancienne compagne du président de la République plombe le « président normal ». Alors qu'il voulait mettre à distance vie publique et vie privée, François Hollande est embarrassé par le témoignage de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment (Les Arènes).

Le Nouvel Obs - Hollande et les "Sans-dents" : deux mots qui font mal

Dans son livre, l’ex-compagne de François Hollande affirme que le président surnomme les pauvres "les sans-dents". L'expression fait des ravages sur le web.

Le Monde - Fleur Pellerin ouvre la porte au retour de la publicité le soir sur France Télévisions

« Sur ce sujet, je n'ai pas une religion de principe totalement arrêtée ». Interrogée sur France Inter une semaine après sa prise de fonctions, la ministre de la culture et de la communication, Fleur Pellerin, n'a pas fermé la porte mercredi 3 septembre au retour de la publicité après 20 heures sur les chaînes de télévision publiques, comme l'a appelé de ses vœux Rémy Pflimlin, le président-directeur général de France Télévisions.

Le Figaro - Contrôle des chômeurs : le PS se désolidarise de François Rebsamen

Ce mardi, le ministre du Travail François Rebsamen a demandé à Pôle emploi de «renforcer les contrôles» pour vérifier que les chômeurs «cherchent bien un emploi», évoquant des «sanctions». Des annonces «non pertinentes», selon Cambadélis.

France 3 - Après les propos de François Rebsamen sur les chômeurs, les députés PS mettent en garde le gouvernement

Les députés socialistes appellent le gouvernement à "prendre garde aux effets d'annonce hâtifs, mal maîtrisés quelquefois", a déclaré l'une de leurs porte-parole, Annick Lepetit, en référence à l'annonce du ministre du Travail François Rebsamen sur un contrôle accru des chômeurs.

Le Nouvel Obs - Le gouvernement Valls II engagera sa responsabilité le 16 septembre

Le Premier ministre effectuera son discours de politique générale le mardi 16 septembre devant le Parlement. Il sera suivi d'un vote de confiance, ou de défiance, pour le nouveau gouvernement.

Le Figaro - Marie-Noëlle Lienemann : «J'espère que Manuel Valls n'aura pas la confiance» du Parlement

«Je ne suis pas d'accord avec les mots, mais surtout avec les politiques menées.» Pour elle, c'est clair: les socialistes doivent faire barrage au nouveau gouvernement formé autour de Manuel Valls. Invitée de RFI ce mercredi, Marie-Noëlle Lienemann ne veut pas que le Parlement accorde sa confiance au nouvel exécutif.

 

A gauche : quels projet, rassemblement et stratégie politiques ? - See more at: http://www.humanite.fr/gauche-quels-projet-rassemblement-et-strategie-politiques-550481#sthash.onjuldha.dpuf

Libé - «Une campagne politique assez ignoble contre Najat Vallaud-Belkacem»

Pour le député Alexis Bachelay, le PS «doit monter au créneau» pour défendre la ministre de l'Education, attaquée par «Minute» et «Valeurs actuelles».

Libé - Les présidents de région hostiles à des élections régionales avant la fin 2015

Les présidents de région se sont déclarés mercredi totalement hostiles à la tenue des élections régionales avant l’été 2015, une hypothèse en cours d’examen au gouvernement, et réclament leur maintien en décembre 2015, comme prévu dans un projet de loi soumis au parlement.

Chalenges - François Rebsamen, le briseur des tabous de la gauche française

PORTRAIT Par fidélité à Hollande, il a accepté l'explosif ministère du Travail. Cet affable Dijonnais entend réamorcer un dialogue social au point mort. Mais s’il faut secouer le cocotier, il le fera.

Le Figaro - Rebsamen annule une visite à Pôle emploi après la polémique sur les chômeurs

Le ministre du Travail assure être retenu à Paris à cause d'une «réunion urgente». Il s'est attiré mardi les foudres de la gauche en proposant d'accentuer les contrôles sur les chômeurs.

La Croix - Contrôle des chômeurs, Stéphane Le Foll défend François Rebsamen

Le porte-parole du gouvernement a pris la défense de François Rebsamen, mercredi 3 septembre, en estimant qu’il n’avait jamais voulu stigmatiser les chômeurs.

La Chaîne Parlementaire - Bartolone voit une "faute" dans les propos de Rebsamen

Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale, a vu mercredi "une faute" dans les propos du ministre du Travail François Rebsamen annonçant un contrôle accru des chômeurs pour s'assurer qu'ils recherchent bien un emploi.

Christophe Caresche : «Une hausse de la TVA en 2015 est souhaitable»

Le député PS de Paris, membre de la commission des Finances de l’Assemblée, appartient au club des réformateurs, l’aile la plus libérale du PS. « Une hausse de 2 points du taux normal de TVA est concevable et même souhaitable », défend-il dans « Les Echos ».

3 septembre

Le Monde - François Lamy ne regrette pas d'avoir refusé d'entrer au gouvernement

La ligne politique du gouvernement Valls 2 n'irrite pas que les « frondeurs » socialistes. Quelques heures après que le ministre du travail, François Rebsamen, a demandé au Pôle Emploi « de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi », l'ancien ministre délégué à la ville, François Lamy, a dit ne pas regretter d'avoir refusé d'entrer au gouvernement.

Lui Président, Le Monde - Les promesses enterrées avec le gouvernement Valls I

Il n’y a « ni virage, ni tournant » dans la politique que mène le nouveau gouvernement, a martelé Manuel Valls aux universités d’été de la Rochelle ce week-end. « On ne peut pas dire qu’il y a des reniements, on ne peut pas dire que tout change, c’est pas vrai », a poursuivi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

Le Monde - Aubry se félicite du revirement de Valls sur l'encadrement des loyers

La maire PS de Lille, Martine Aubry, s'est félicitée, mardi 2 septembre, que le premier ministre, Manuel Valls, ait accepté, à sa demande, que sa ville et d'autres communes volontaires puissent, comme Paris, encadrer les loyers. « Une loi qui a été votée à l'unanimité de la gauche », a-t-elle rappelé avec un sourire ironique devant la presse, après le revirement du gouvernement.

Les Echos - Macron-Rebsamen : le vieux loup n’est pas celui qu’on croit

Tandis que le briscard François Rebsamen trébuche, Emmanuel Macron fait ses premiers pas de ministre de l’Economie en politique attentif à gommer son image libérale.
 
Francetvinfo - Contrôle des chômeurs : la gauche tire à boulets rouges sur François Rebsamen

Les propos du ministre du Travail, qui demande davantage de contrôles sur les demandeurs d'emploi, ont provoqué la colère de nombreux responsables politiques et syndicaux.

Les décodeurs, Le Monde - Contrôle des chômeurs : la volte-face des socialistes

François Rebsamen a déclaré sur iTélé avoir demandé à Pôle emploi de « renforcer les contrôles » pour s'assurer que les chômeurs « cherchent bien un emploi ». Une position surprenante de la part d'un ministre socialiste, puisqu'avant l'arrivée de ceux-ci au gouvernement, ils s'étaient toujours vivement opposés au contrôle des chômeurs.

 
Malgré un contexte défavorable à la gauche, Gérard Collomb espère trois sièges aux prochaines sénatoriales. Il mise notamment sur la dynamique de la future Métropole pour séduire les grands électeurs du Rhône.
 
Le Monde, Les décodeurs - Un socialisme « social-libéral », c'est-à-dire ?

« Social-Libéral », « social-libéralisme »… Au PS, depuis quelques jours, on se renvoie cette expression comme le Mistrigri.

« Le Parti socialiste ne sera pas social-libéral », martelait dans nos colonnes son patron, Jean-Christophe Cambadélis, alors que la presse s’interroge sur le « virage social-libéral » de Manuel Valls et de son gouvernement, ou estime que le nouveau locataire de Bercy, Emmanuel Macron, est un « social libéral patenté »

Mais, finalement, qu’est-ce donc que ce fameux « social libéralisme » ? Explications.

2 septembre

Le Figaro - Cambadélis : «Je suis premier secrétaire d'un PS sans candidat» pour 2017

Non, Jean-Christophe Cambadélis ne veut pas entendre parler de 2017. C'est trop tôt, assure-t-il ce lundi sur France Info. Le premier secrétaire du Parti socialiste refuse de se prononcer sur une éventuelle candidature de François Hollande à sa réélection en 2017.

Libé - Sur la croissance, l’exécutif fait la loi

Parlement. Le gouvernement veut imposer le texte par ordonnances, ce à quoi des élus de gauche s’opposent.

Par «ordonnances». C’est cette voie rapide que le gouvernement a choisie pour faire passer son projet de loi «sur la croissance», porté par le nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron.

Le Monde - Emmanuel Macron : « On peut être de gauche et de bon sens »

Le nouveau ministre de l'économie, Emmanuel Macron, déclare dans un entretien au quotidien régional Ouest France qu'il attend des entreprises qu'elles montrent leur engagement, à l'instar du gouvernement.

Libé - Valls face aux militants : la lutte finale de La Rochelle

Huées et applaudissements alternent lors de son discours qui clôture l'université d'été du PS. Victoire au finish, avec une ovation debout.

Libé - Tensions, surprises et coups bas : les meilleurs épisodes du week-end socialiste

Montebourg qui se fait acclamer, Taubira qui crée la surprise, Valls qui se débat... et les bons baisers d'Aubry. Tout est là.

Libé - Ateliers, stands, soirées... les jeunes socialistes se frottent aux débats

RÉCIT A l'université d'été du PS, sympathisants et militants ont délaissé les conférences des pontes du parti. La discussion était ailleurs.

Qu’est-ce qu’on fait à l’université d’été du PS quand on est jeune et socialiste ? On discute, mais pas seulement. Face à la multitude d’ateliers et d’assemblées plénières proposés dans l’espace Encan à La Rochelle, difficile de faire son choix. Pour les plus rodés, le programme est simple : on retrouve des amis perdus de vue, on refait le monde autour d’un ou plusieurs verres le soir et on anime quelques débats. Mais pour les débutants, la tâche s’avère plus délicate. Et le choix peut surprendre.

Le Figaro - Manuel Valls ne craint pas le vote de confiance

Confiants pour la confiance. Après l'université d'été du PS à La Rochelle ce week-end, les soutiens de Manuel Valls se sont déployés lundi pour assurer qu'à leurs yeux, le premier ministre n'aurait aucun mal à réunir une majorité à l'Assemblée nationale à l'issue du vote de confiance pour lequel, indique Matignon, il n'y a «pas de date à ce jour». «Nous sommes là pour soutenir le gouvernement, ça n'a jamais manqué, il y a toujours eu des majorités et des majorités confortables et cela continuera», a assuré le patron des députés socialistes, Bruno Le Roux.

Libé - Il faut condamner les attaques contre Najat Vallaud-Belkacem

TRIBUNE Récemment nommée au ministère de l’Education nationale, elle concentre de violentes critiques sexistes et racistes entremêlées.

La ministre de l’Education nationale irrite l’extrême-droite par ses origines, de même que les militants hostiles au mariage homosexuel, pour lesquels elle symbolise le retour de la théorie du genre dont elle est l’initiatrice, ainsi qu’une partie de la droite, qui loin d’opter pour la modération, se prête aux allusions sexistes. Najat Vallaud-Belkacem se retrouve confrontée aux deux types de discriminations les plus souvent subies par les élèves à l’école ; l’occasion pour le ministère de réaffirmer les principes et les valeurs de la République que l’école est censée promouvoir.

La Croix - Laura Slimani, l’espoir d’une « gauche vivante »

La présidente du mouvement des Jeunes socialistes (MJS) demande que la promesse de la priorité à la jeunesse soit tenue.

Le Monde - François Hollande plaide pour un PS « à l'unisson » de sa politique

François Hollande a souhaité dimanche 31 août, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles, que le Parti socialiste soit « à l'unisson » de sa ligne politique et économique, précisant que cela « n'[empêchait] pas le débat ».

Géographie en mouvement - La Rochelle assiègé, La Rochelle victorieux, La Rochelle libéré Par Louis Marrou

La Rochelle à la télévision, La Rochelle sur Tweeter, La Rochelle à la radio. La préfecture de la Charente-Maritime a été durant toute la fin de semaine dernière sous les feux de l’actualité. La démission du gouvernement Valls, le devenir des «frondeurs» ont fait de la tenue de l’université d’été du Parti Socialiste, le feuilleton médiatique de ces trois derniers jours. Pour l’habitant de l’agglomération, cette exposition maximale est source d’étonnement, parfois d’agacement dans une ville touristique, pourtant habituée à se montrer et à être vue. Elle dessine une géographie de l’espace bien particulière. Petit tour de ville.

Le Nouvel Economiste - Michel Rocard : « Travailler plus collectivement, mais moins individuellement. Voilà la solution »

Le retour d’une proposition, la réduction du temps de travail, – aujourd’hui à contre-courant -, pour sortir de la crise du chômage

Michel Rocard, l’homme du “parler vrai”, fait un retour remarqué dans le débat public. Il le fait tel qu’en lui-même, c’est-à-dire en n’hésitant pas à sortir des sentiers battus et à aller sur les voies innovantes. Son nouveau cheval de bataille, avec son compère Pierre Larrouturou, un sujet devenu tabou en France, la réduction du temps du travail. Un processus qu’il envisage de façon radicale. “Pour résorber significativement notre chômage, passer aux 35 heures ne suffit pas. Ce sont les 32 heures ou moins qu’il faut viser”, affirme-t-il.

1er septembre

Le Nouvel Obs - A La Rochelle, Valls n'a pas fait danser les foules

A défaut d'avoir rassuré tous les socialistes, le Premier ministre s'est rassuré lui-même. Non, sa famille politique ne l'a pas rejeté lors de la clôture de l'université d'été du PS.

Rue 89 - Scoop : en réalité, Valls « aime » les socialistes

(De La Rochelle) En fait, tout va bien. Le Parti socialiste ne s’est jamais aussi bien porté. Toute cette semaine n’a été qu’un grand malentendu et on n’est pas loin de croire que c’est aussi le cas de ces derniers mois. Manuel Valls est bien socialiste. Lui aussi pense que la réduction des déficits « n’est pas un but en soi » et fait pression pour desserrer la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Quant au parti, il n’est pas au bord de l’implosion. Enfin, qui pourrait croire cela ?

Rue 89, Philippe Marlière - « Manuel Valls, c’est le blairisme, mais plus à droite encore »

Depuis la déclaration d’amour de Manuel Valls aux chefs d’entreprise mercredi et l’interview du nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron au Point, les socialistes français croient voir débarquer la « Troisième voie », concept politique et économique appliqué en Grande-Bretagne de 1997 à 2007 par le couple Tony Blair – Gordon Brown.

Libé - «Montebourg pose un débat politique de fond»

INTERVIEW Compagnon de route depuis 2009 puis collaborateur de l'ex-ministre de l'Economie, Valentin Przyluski demande à ce qu'on discute à gauche des choix économiques du gouvernement.

Libé - Le PS face au désaveu des Français

SONDAGE Une majorité de Français ne fait plus confiance au Parti socialiste car ils estiment qu'il ne soutient pas assez le gouvernement et n'a pas de projet.

Les commentaires sont fermés.