Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

meloni

  • ITALIE : LES DIX PREMIERS MOIS DE L'EXTRÊME DROITE

    Soutenez Blast, nouveau média indépendant : https://www.blast-info.fr/soutenir Une proposition de SMIC (présentée en juillet par l’opposition italienne et refusée par le gouvernement) crée une vague des confrontations entre gauche et droite et attire l’attention encore une fois sur l’action politique de la première ministre italienne Giorgia Meloni.

    Dix mois après la victoire des élections par Mme Meloni, Blast fait un bilan des lois et des mesures approuvées par le gouvernement d'extrême droite italien, par plusieurs appelé “fasciste”. Quelle politique économique et sociale Giorgia Meloni a-t-elle donc mise en œuvre au cours de ses 9 premiers mois ? Quelle politique migratoire? Quel rapport avec les droits civils et qu’est-ce que l’exemple italien peut enseigner à la France?

  • Le Vent se léve - « Meloni veut en finir avec le mouvement ouvrier » – Entretien avec David Broder

    L’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en Italie a fait couler beaucoup d’encre. Pour David Broder, historien et responsable de l’édition européenne du magazine Jacobin (partenaire de LVSL), la victoire électorale de l’an dernier n’est pourtant pas surprenante. Au cours des dernières décennies, et particulièrement depuis les années 1990, la mouvance « post-fasciste » (distincte par bien des aspects du fascisme historique) a réussi à réécrire l’histoire de la Seconde guerre mondiale, apparaître comme une opposante à l’establishment et devenir un mouvement légitime au sein des élites, grâce à une alliance des droites. Dans son livre Mussolini’s grandchildren (Pluto Books, non traduit en français), il revient sur l’histoire tourmentée de cette famille politique et la façon dont elle s’est progressivement installée au coeur du système politique. Entretien.

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • « L’exécutif deLe grand Continent - Meloni est en grande difficulté sur la question des migrants », une conversation avec Matteo Villa

    Assistera-t-on vraiment à une augmentation des arrivées de migrants en Europe par les côtes italiennes ?

    Alors que Meloni cherche à faire bouger l'agenda sur cette question à Bruxelles, les gouvernements européens ne cachent plus aujourd’hui qu'ils sont alignés sur les politiques italiennes : contrer autant que possible les départs irréguliers, et convaincre les pays tiers de rapatrier ceux qui arrivent. Nous faisons le point avec le chercheur Matteo Villa. 

    Le début de l’année 2023 est marqué une forte augmentation des débarquements par rapport aux années précédentes. Certains médias italiens ont relayé un rapport du renseignement qui prédirait près de 700 000 débarquements cette année. S’agit-il d’une hypothèse crédible ou les données ont-elles été déformées ?

    Matteo Villa : L’hypothèse de 700 000 à 900 000 arrivées en Italie cette année est totalement invraisemblable. L’estimation de « près de 700 000 » provient des services secrets italiens, mais elle se réfère au nombre d’étrangers se trouvant aujourd’hui en Libye, estimé par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • Le Grand Continent : Meloni renforcée dans les urnes mais embarassée par son allié Berlusconi

    Le résultat des élections régionales en Italie renforce la coalition de droite dirigée par Giorgia Meloni. Les victoires dans le Latium et la Lombardie, les deux régions les plus peuplées du pays avec 15 millions d’habitants, confirment l’hégémonie de Fratelli d’Italia, de la Ligue et de Forza Italia dans ces élections. La droite gouverne aujourd’hui dans 14 des 18 régions qui élisent directement le président avec un système majoritaire.....

    Pour l’opposition, la défaite est claire. Les électeurs qui n’étaient pas convaincus de voter pour la coalition de droite se sont retrouvés face à un tableau politique incohérent : en Lombardie, le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles ont présenté un candidat commun, tandis que les centristes ont fait cavalier seul ; dans le Latium, c’est le contraire qui s’est produit : les centristes et le PD se sont alliés, tandis que le Mouvement 5 étoiles a fait cavalier seul. Dans les deux cas, l’alliance élargie « Pd+autres » n’a même pas atteint 35 %, et rien ne permet de penser qu’une coalition plus large aurait pu changer le résultat électoral.

    Lire la suite
    ______________________
    ______________________

  • Le Vent se lève le 25 septembre - Pourquoi les centristes italiens n’arrivent pas à combattre l’extrême-droite

    Les Frères d’Italie, parti d’extrême-droite dirigé par Giorgia Meloni, sont en bonne voie pour remporter les élections italiennes ce dimanche. Il bénéficie de la complaisance des médias et de l’échec du centre-gauche à proposer une solution permettant au pays d’échapper à la stagnation. Article de David Broder, publié par Jacobin, traduit par Jean-Yves Cotté et édité par William Bouchardon.

    Selon les sondages, la coalition dite de « centre droit », du moins d’après les médias italiens, frôle les 50% d’intentions de vote pour le scrutin de ce dimanche. Dès lors, elle est quasiment assurée d’obtenir une large majorité au Parlement. Toutefois, force est de constater que parler de « centre droit » est un doux euphémisme. Tant Fratelli d’Italia (Frères d’Italie), le parti postfasciste de Giorgia Meloni qui est la force principale de cette alliance (crédité d’environ 24 % dans les sondages), que la Lega (Ligue) de Matteo Salvini (créditée de 14 %) font cause commune en promettant d’énormes réductions d’impôts tout en déversant une propagande haineuse visant, entre autres, les immigrants, les « lobbies » LGBTQ et « le remplacement ethnique en cours ».

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________