Evénement sidérant par son ampleur et sa violence, le 13 Novembre commence par laisser de nombreuses personnes interloquées. D’abord, il y a donc l’émotion, l’attachement immédiat que l’on peut ressentir, presque malgré soi, pour le pays dans lequel on vit et qui vient d’être frappé. Mais faut-il alors manifester cet attachement jusqu’à risquer de cristalliser une vision excluante de la France ? Comment, aussi, considérer l’ennemi – est-il un barbare contre qui on est en guerre, ou un semblable ? Enfin, peut-on accepter de rogner nos libertés alors que ce sont elles qui ont été attaquées ?

Lire la suite
___________________
___________________