Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2017

Primaire de la gauche : Benoît Hamon a "l'arithmétique pour lui"

Pour Edouard Lecerf, directeur du département politique et opinion de Kantar Public, l'avance de Benoît Hamon ne garantit pas nécessairement sa victoire à la primaire de la gauche. Mais...


Primaire de la gauche : Benoît Hamon a "l... par Europe1fr

22:00 Publié dans Vidéo | Tags : hamon, primaire de la gauche | Lien permanent

En un tour de primaire, Hamon est passé de Jean-Claude Dusse à Alain Delon ! Le Billet de Charline


En un tour de primaire, Hamon est passé de Jean... par franceinter

Marianne - Primaire à gauche : le PS reconnaît avoir manipulé le résultat !

Effarant pataquès autour de la participation à la primaire à gauche, ce lundi 23 janvier. L'organisateur, Christophe Borgel, reconnaît avoir modifié les résultats du scrutin, sous la pression des médias. Ou comment décrédibiliser un exercice démocratique...

Lire la suite
______________________
______________________

 

20 minutes - Primaire de la gauche: Hamon arrive en tête à Lyon où les électeurs se sont plus mobilisés qu'ailleurs

POLITIQUE Malgré les appels réitérés du maire de Lyon à bocoytter la primaire, les électeurs se sont davantage mobilisés dimanche que dans d'autres villes...

7,25 % de taux de participation, comme un pied de nez à Gérard Collomb, fervent soutien d’Emmanuel Macron. Malgré les appels réitérés du maire de Lyon à ne pas aller voter à la primaire de la gauche, les électeurs se sont davantage déplacés aux urnes dimanche à Lyon intra-muros, bien plus qu’à l’échelle nationale (5 %). Le taux de participation a même atteint 10 % dans certains bureaux de vote.

Lire la suite
__________________
__________________

Manuel Valls, invité de RTL, lundi 23 janvier 2017


Manuel Valls, invité de RTL, lundi 23 janvier 2017 par rtl-fr

Benoit Hamon répond aux questions de Patrick Cohen


Benoit Hamon répond aux questions de Patrick Cohen par franceinter

Benoit Hamon répond aux questions des auditeurs de France Inter


Benoit Hamon répond aux questions des auditeurs... par franceinter

Discours de Benoit Hamon en tête du 1er tour de la Primaire de la gauche

La primaire spéciale 2ème tour

Le Monde - Primaire de la gauche, en direct : une deuxième campagne démarre pour Hamon et Valls  

Minute par minute, l’information politique rapportée, décryptée, analysée par la rédaction du « Monde ».
 

Le député des Yvelines, arrivé en tête du premier tour de la primaire, a voulu se démarquer dans cette campagne en revendiquant son ancrage à gauche.

Au soir du premier tour de la primaire à gauche, le dimanche 22 janvier, Benoît Hamon prend la parole à son QG de campagne. « En me plaçant en tête, vous avez adressé un message clair d’espoir et de renouveau, le désir d’écrire une nouvelle page » déclare-t-il après avoir eu un mot pour chacun de ses concurrents. L’ex-ministre de François Hollande est arrivé en première position du scrutin avec 36,35 % des voix.
 
 
L'ancien ministre est arrivé en tête du premier tour avec plus de 36% des voix. 
 
Benoît Hamon est parvenu à créer la sensation en arrivant en tête du premier tour de la primaire de la gauche, dimanche 22 janvier, avec plus de 36% des voix. D'abord dans une position d'outsider, l'ancien ministre de l'Education est parvenu à créer une dynamique autour de sa candidature. Franceinfo vous explique comment il a réussi à créer la surprise.
 
 
L'ex ministre de l'Education, défenseur du revenu universel, est arrivé en tête de la primaire de la gauche, devant Manuel Valls. Récit d'une campagne "à la Fillon".

C'est la surprise de la primaire de la gauche. Benoît Hamon termine en tête des suffrages au premier tour du scrutin de la Belle Alliance populaire, devant Manuel Valls. L'ancien ministre de l'Education, qui s'était fait débarquer du gouvernement à l'été 2014 en même temps qu'Arnaud Montebourg, est désormais le favori pour être le candidat du PS à la présidentielle. Un scénario « à la Fillon », qui était très, très loin d'être écrit au début de la campagne. Ira-t-il jusqu'au bout ? 

Le candidat arrivé en tête du premier tour de la primaire propose un cocktail mêlant revenu universel, réformes institutionnelles et mesures environnementales.

C’est la surprise du premier tour : Benoît Hamon est arrivé en tête de la primaire à gauche, dimanche 22 janvier, avec 36,3 % des voix, selon les derniers résultats donnés par le Parti socialiste. L’ancien ministre a réussi son pari d’imposer ses idées au terme d’une campagne éclair. Voici les mesures phares de son programme, qui ont séduit une partie des électeurs de gauche.
 

« Je serais un des sept candidats, je me poserais la question de la crédibilité de l’organisation », a lancé Thierry Solère qui avait organisé la primaire de la droite.

1ER TOUR

L'Obs - Résultats de la primaire à gauche : Hamon (36,0%) devant Valls (31,3%), Montebourg éliminé

Les résultats sont encore loin d'être définitifs. Mais les premières tendances, sur plus d'un tiers des bureaux de vote dépouillés, sont très claires. Benoît Hamon et Manuel Valls sont qualifiés pour le second tour de la primaire de la gauche. Arnaud Montebourg, éliminé, a annoncé son ralliement à Benoît Hamon. Le député des Yvelines est donc dans une position favorable pour le second tour face à l'ancien Premier ministre, qui a pour sa part enregistré le soutien de Sylvia Pinel.

Les Echos - Primaire du PS : le grand froid

Hamon et Valls lancent leur match dans un climat glacière pour le PS qui n’a pas été capable d’atteindre la barre des 2 millions de votants.

Une contre-performance et une surprise, laquelle l'emportera sur l'autre ? Le PS a raté ce dimanche sa première marche. Il espérait faire la démonstration de sa vitalité. Las. Avec environ 1,8 million de votants à sa primaire, le « coup de booster » attendu ressemble plutôt à un démarrage de 2 CV pour le futur candidat.

Le Monde - Primaire à gauche : ce qu’il faut retenir du premier tour

Les premiers dépouillements donnent Benoît Hamon en tête avec 35 % des voix et Manuel Valls en deuxième position à 31 % des voix, dans un tiers des bureaux de vote. Les organisateurs ont par ailleurs annoncé une participation entre 1,5 et 2 millions de votants.

Deux mois après la primaire à droite, c’est au tour du Parti socialiste (PS) et de ses alliés de choisir leur candidat pour l’élection présidentielle. Après une campagne très courte, les 7 500 bureaux de vote ont ouvert à 9 heures dimanche 22 janvier à l’occasion du premier tour. Les électeurs pouvaient s’y rendre jusqu’à 19 heures.
 
PRIMAIRE
 
 
Benoît Hamon, la surprise de ce premier tour. Manuel Valls relégué à la deuxième place. Arnaud Montebourg, « décroché ». Quelles alliances pour le second tour. Et l’avenir du Parti socialiste ? L’analyse d’Adelaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA Opinion.

C’est une surprise. À l’issue du premier tour de la primaire de la gauche, organisée par le PS, Benoît Hamon devance Manuel Valls. Les deux candidats, qui représentent deux lignes bien distinctes au sein de la gauche, s’affronteront au deuxième tour, dimanche 29 juin. L’analyse d’Adelaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA Opinion.

Ecartelé entre des courants qui semblent difficilement conciliables, le Parti socialiste pourrait bien jouer sa survie avant même le premier tour de l'élection présidentielle.

Combien d'électeurs vont-ils se déplacer pour voter à la primaire à gauche, les 22 et 29 janvier ? Et quelle en sera l'issue ? Pour certains ces questions n'ont guère d'importance, le Parti socialiste étant, à leurs yeux, d'ores et déjà disqualifié. La campagne qui se termine a pourtant révélé de fortes divergences entre les candidats et pourrait bien anticiper mutations et recompositions. Au moment où l'ensemble des partis sociaux-démocrates européens connaissent de graves difficultés, le politologue Fabien Escalona analyse la situation du PS à l'orée d'une année qui, sur le plan politique, pourrait bien constituer un tournant.

Le vent se lève - La gauche à la croisée des chemins – Entretien avec Emmanuel Maurel

Entretien avec Emmanuel Maurel, eurodéputé PS, animateur du courant Maintenant La Gauche au sein du PS et soutien d’Arnaud Montebourg pour les primaires du PS. Au programme : littérature, primaires du PS et crise de la social-démocratie européenne.

Vous êtes un des derniers littéraires de la classe politique. Lorsque l’on pense à François Mitterrand et à l’image qu’il s’est construite, l’homme de lettre, ayant un rapport charnel à la culture française, ressort immédiatement. Depuis trente ans, le personnel politique a subi un profond renouvellement, laissant toujours plus de place aux discours et aux logiques de gestionnaires. On pense évidemment à la fameuse « inversion de la courbe du chômage », et l’on voit parallèlement l’autorité de l’État s’affaiblir de plus en plus. Selon vous, quel rapport la culture littéraire entretient-elle avec la politique et avec l’autorité ?

PETITES PHRASES

L'Obs - "Les politiques partagent une langue très uniformisée. Sauf Mélenchon"

Parce qu'elle en avait marre des "petites phrases", la chercheuse Cécile Alduy a mouliné des millions de mots prononcés par les candidats à la présidentielle de 2017. Avec un objectif : comprendre "ce qu'ils disent vraiment". Edifiant.

NUMERIQUE

Usine Digitale - Cinq chiffres à retenir sur les programmes des candidats à la primaire de gauche

Chaque semaine le think tank Renaissance Numérique décortique les propositions des candidats déclarés à la présidentielle 2017 (ou à l'une de ses primaires). Aujourd'hui, analyse quantitative des propositions numériques des candidats à la primaire de gauche, dont le premier tour est programmé ce 22 janvier.

INEGALITES FEMMES/HOMMES

Observatoire des inégalités - Les inégalités entre les femmes et les hommes en France

17 janvier 2017 - Où en est-on des inégalités entre les femmes et les hommes ? L’Observatoire des inégalités présente son tableau de bord.

  • Les inégalités entre les hommes et les femmes se réduisent en matière d’éducation

En France, les filles représentent 57 % des étudiants à l’université en 2015-2016 contre 43 % en 1960-1961. La situation s’est nettement améliorée ces cinquante dernières années pour elles. Mais les écarts persistent dans le choix des filières. Les filles représentent 75 % des étudiants en lettres et sciences humaines, mais seulement 25 % dans le domaine des sciences fondamentales qui mènent aux carrières les plus prestigieuses et les plus rémunératrices. Déjà au lycée, les filles sont moins nombreuses en série scientifique au moment du bac. Les modes de vie, l’éducation ou encore le fonctionnement du système éducatif expliquent ces choix d’orientation différenciés.

22/01/2017

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis


Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis par PartiSocialiste