Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2018

France Culture - Les acteurs du marché avec Michel Callon

Michel Callon, sociologue, auteur de L’emprise des marchés : comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer (La découverte, octobre 2017)

"Les marchés ont un tas de vices, mais aussi des vertus. Pour retrouver les vertus, il faut dissocier les marchés du capitalisme."  Michel Callon

L’économie de marché, on est pour ou on est contre, mais sait-on seulement ce qu’est réellement un marché ?Michel Callon est spécialiste de sociologie économique, professeur à l’école des Mines-Paris tech, chercheur au Centre de sociologie de l’innovation, proche de Bruno Latour et John Law avec lesquels il a initié « la théorie de l’acteur-réseau » ou sociologie de la traduction qui analyse autant les acteurs que leurs discours, leur production que leur impact social. Il revient aujourd’hui avec un livre-somme consacré à la réalité concrète des échanges marchands : L’Emprise des marchés : comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer, à la Découverte.Dépassant le lieu commun, qui le réduit à un lieu de confrontation entre l’offre et la demande, sur lequel règnerait une main invisible, qui fixerait seule un prix, à une énigme, Michel Callon investit ce monde des marchés pour en montrer diversité et complexité, à partir de la notion « d’agencements marchands » qu’il développe et qui le guide. Une nouvelle approche sociologique d’un concept économique. 

Lire la suite
__________________
__________________

14:27 Publié dans Analyses | Tags : michel callon | Lien permanent

01/11/2018

Le vent se lève - Vers la fin du dollar et de l’euro : le projet de monnaie mondiale commune

« Le dollar est notre devise, mais votre problème », selon la formule d’un ministre américain de l’Economie. Pour lutter contre les effets néfastes d’un système monétaire international dominé par le billet vert, de nombreux économistes ont envisagé la mise en place d’une devise mondiale unique, tels Keynes dès 1944, ou de manière plus contemporaine Michel Aglietta, Agnès Benassy-Quéré et Jean Pisani-Ferry. Concrètement, un projet de monnaie mondiale commune est sur les rails depuis 2009, poussé par les puissances émergentes comme la Russie et la Chine.

Le dollar américain : une devise quasi-hégémonique à l’échelle internationale

A l’échelle mondiale nous payons et épargnons majoritairement en dollar : il représente la principale devise « de transaction » (en 2013, 87 % des échanges internationaux concernaient le dollar contre une autre devise ; 33% pour l’euro), ainsi que la principale devise de réserve, ou « monnaie refuge » (environ 62% des réserves de change mondiales seraient en dollars ; 22% en euros). Bien que géré par l’institution d’un seul Etat, à savoir la Banque centrale américaine (la FED), le dollar est donc incontournable pour tous les Etats du monde.

Lire la suite
____________________
____________________

17:48 Publié dans Analyses | Tags : monnaie, dollar | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Le tableau de bord de la pauvreté en France

Comment évolue la pauvreté en France ? Qui concerne-t-elle ? Peut-on s’en sortir ? Le tableau de bord de la pauvreté en France, par Anne Brunner. Extrait de notre premier Rapport sur la pauvreté en France.

Depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente. Cette aggravation est l’un des phénomènes les plus marquants parmi les évolutions analysées par l’Observatoire des inégalités. En considérant une définition restrictive, c’est-à-dire le seuil de pauvreté situé à la moitié du revenu médian (855 euros par mois), le nombre de personnes pauvres a augmenté de 600 000 en dix ans, de 4,4 millions à 5 millions. Au cours de la même période, le taux de pauvreté est passé de 7,3 % à 8 % de l’ensemble de la population. La décennie 2000, et plus encore la crise déclenchée en 2008, ont marqué un retournement historique de la tendance : la pauvreté ne diminue plus en France.

Lire la suite
__________________
__________________

14:43 Publié dans Analyses | Tags : pauvreté | Lien permanent

La Vie des idées - Un économiste tire la sonnette d’alarme

À propos de : Daniel Cohen, « Il faut dire que les temps ont changé… » Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète, Albin Michel

Daniel Cohen aborde avec une inquiétude rarement perceptible chez les économistes les mutations de notre monde globalisé. L’avènement de l’homo digitalis, les réseaux sociaux, la robotisation des économies appellent à chercher les voies d’une maîtrise collective des bouleversements à l’œuvre.

Il est rare qu’un économiste fasse état de ses émotions. C’est pourtant l’exercice auquel se livre Daniel Cohen dès le titre de son livre. « D’étranges glissements se sont produits qui nous ont fait passer d’un monde à un autre, totalement étranger à celui qui l’avait enfanté. » C’est bien le changement qui constitue l’objet central de cet ouvrage. Et un changement d’une ampleur considérable puisqu’il s’agit du passage « d’un monde à un autre. » Rien de moins.

Lire la suite
___________________
___________________

09:41 Publié dans Analyses, Idées | Tags : daniel cohen | Lien permanent

26/10/2018

France Culture - Dominique Méda : "Le Parti socialiste a un problème structurel"

Depuis le séisme de 2002, lorsque le FN a évincé la gauche du second tour de l'élection présidentielle, le Parti socialiste semble en perdition. Entre manque de clarté idéologique et pratique du pouvoir en décalage avec ses discours, les reproches faits au PS sont nombreux, et pourtant aucune analyse en profondeur de cet échec n’a été faite. Dominique Méda, directrice du laboratoire de sciences sociales de l’université Paris Dauphine et professeure de sociologie, dresse à notre micro un état des lieux de cette gauche éclatée.

25/10/2018

La Vie des idées - Bien nommer le mal, À propos de : Ugo Palheta, La possibilité du fascisme. France, la trajectoire du désastre, La Découverte

Que faire face à la lente montée du racisme et à l’enracinement de l’extrême droite ? Le fascisme est re-devenu possible en France, affirme le sociologue Ugo Palheta. Face à une crise protéiforme de l’État, il faut nommer le mal si l’on veut le combattre.

Les images d’un groupe cagoulé, pénétrant dans un amphithéâtre de l’Université de Montpellier en mars 2018, pour passer à tabac des étudiants mobilisés contre la loi ORE, ont donné à réfléchir sur la situation politique actuelle. Le fait que le doyen de l’Université ait encouragé cette action n’a fait qu’ajouter à la stupeur [1]. L’absence de réaction massive dans l’opinion publique de même. Utilisation de la violence politique, intimidation de militants, compromission des élites responsables : les ingrédients rappellent un cocktail, celui du fascisme. Pourtant, le terme n’a pas été utilisé dans les médias, pour la simple raison qu’il semble aujourd’hui ressortir du vocabulaire militant plutôt que d’une catégorie analytique fiable.

Lire la suite
___________________
___________________

17:34 Publié dans Analyses | Tags : palheta | Lien permanent

24/10/2018

La Vie des idées - Ce que demande la non-demande, Autour du non-recours aux aides sociales

Le non-recours aux aides sociales peut prendre plusieurs formes et s’expliquer diversement ; mais elle traduit fondamentalement, selon Philippe Warin, une attente de justification adressées aux pouvoirs publics.

Depuis plusieurs années, de nombreux constats attestent qu’un nombre important de personnes renoncent à faire valoir leurs droits en matière d’aides sociales. Le phénomène de non-recours n’est certainement pas nouveau, mais comme il fait de plus en plus l’objet de mesures, son ampleur apparaît et le besoin de réponses grandit. Avec des taux de non-recours variant entre 40 et 60 % dans les pays de l’Union européenne [1], des solutions techniques se mettent en place pour faciliter l’accès des aides sociales et services publics.

Lire la suite
___________________
___________________

20:50 Publié dans Analyses | Tags : warin, aides sociales | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Portrait-robot des sympathisants du Parti socialiste

S’appuyant sur les données du panel que le Cevipof et Ipsos ont lancé depuis novembre 2015, Gilles Finchelstein dresse, dans cette étude inédite menée à partir d’un échantillon sans équivalent de 1058 sympathisants socialistes, un véritable portrait-robot. Elle permet de comprendre qui ils sont, ce à quoi ils croient et leurs positions sur les principaux enjeux politiques.

Quelques chiffres

 
 
  • 9 % des Français se disent proches du PS (14 % LREM et LR ; 13 % FN ; 7 % FI ; 25 % aucun parti)
  • En 2017, 25 % des sympathisants socialistes ont été des électeurs socialistes ; ils étaient plus de 75 % en 2012 et 2015
  • 59 % des sympathisants du PS jugent le bilan d’Emmanuel Macron « assez » ou « très » négatif (55 % chez l’ensemble des Français ; 93 % chez les sympathisants de la FI)
  • 70 % des sympathisants socialistes pensent qu’Emmanuel Macron et son gouvernement sont trop autoritaires dans la mise en place des réformes et ne laissent pas assez de temps à la négociation (55 % chez l’ensemble des Français, 43 % chez les sympathisants LR, 18 % pour les sympathisants LREM)
  • Pour 89 % des sympathisants du PS, la politique économique et sociale profite avant tout aux catégories aisées (76 % chez l’ensemble des Français, 95 % chez les sympathisants de la FI)
  • 80 % des sympathisants du PS ont le sentiment que le pouvoir politique est soumis aux puissances économiques (79 % chez l’ensemble des Français ; 78 % chez les sympathisants de la LREM)
  • 19 % des sympathisants du PS estiment qu’il faudrait réduire le nombre de fonctionnaires (contre 52 % chez les sympathisants LREM, 66 % chez les sympathisants LR)

Lire la suite
__________________
__________________

20/10/2018

France Culture - Frédéric Lordon : "Le désir et les affects sont instituteurs de la valeur"

De l’art contemporain à la politique, les valeurs sont régulièrement brandies, mises en avant, et parfois aussi vite oubliées. Dans son nouvel essai, "La Condition anarchique – Affects et institutions de la valeur", l’économiste et philosophe Frédéric Lordon postule l’absence de valeur des valeurs et se demande dès lors à quoi tient une société qui ne tient à rien. Il en parle à La Grande table de France Culture.

09:43 Publié dans Analyses | Tags : lordon | Lien permanent

16/10/2018

France Culture - Le Parti socialiste va t-il devenir un groupuscule ?

Des lignes de fractures idéologiques ont mené le Parti socialiste dans l’impasse, impasse encore accentuée par le départ d’Emmanuel Maurel et de Marie-Noëlle Lienemann vendredi dernier.

Vendredi dernier, le PS quittait définitivement son siège historique de la rue de Solférino, pour s’installer à Ivry-sur-Seine, afin de renouer avec ses bases populaires. Mais cet événement symbolique est aussi représentatif d’une perte de pouvoir de la social-démocratie en France. 

Cet affaissement progressif remonte au séisme de 2002, avec la qualification de Jean-Marie Lepen et l’élimination de Lionel Jospin dès le premier tour. Depuis, aucune analyse en profondeur de cet échec n’a été faite : manque de clarté idéologique, pratique du pouvoir en décalage avec ses discours, la gauche de gouvernement sous Hollande ne rêve plus de « Changer la vie ». 

Lire et écouter la suite
_____________________
_____________________

14:54 Publié dans Analyses, Audio | Tags : ps, parti socialiste, politiqu, actualite | Lien permanent