Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2018

Observatoire des inégalités - Inégalités d’accès à la culture : démocratiser les pratiques par l’éducation

Propositions 15 octobre 2018

Pour réduire les inégalités d’accès aux pratiques culturelles, il ne suffit pas d’apporter la culture au peuple. Il faut mettre en place des politiques de démocratisation dotées de moyens plus importants en direction des publics, en particulier les plus jeunes. Les propositions d’Olivier Donnat, extraites de notre ouvrage Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent.

La question des inégalités d’accès à la culture est, en France, aussi ancienne que la politique culturelle puisque la principale mission assignée au ministère des Affaires culturelles à sa création en 1959 était de « rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français ». Plus d’un demi-siècle est passé, le nombre d’équipements culturels et d’artistes a augmenté de manière spectaculaire et pourtant, les résultats d’enquêtes montrent que les pratiques culturelles des Français sont toujours fortement liées à leurs niveaux de vie ou de diplôme [1].

Lire la suite
___________________
___________________

Le vent se lève - Vers la fin du dollar et de l’euro : le projet de monnaie mondiale commune

« Le dollar est notre devise, mais votre problème », selon la formule d’un ministre américain de l’Economie. Pour lutter contre les effets néfastes d’un système monétaire international dominé par le billet vert, de nombreux économistes ont envisagé la mise en place d’une devise mondiale unique, tels Keynes dès 1944, ou de manière plus contemporaine Michel Aglietta, Agnès Benassy-Quéré et Jean Pisani-Ferry. Concrètement, un projet de monnaie mondiale commune est sur les rails depuis 2009, poussé par les puissances émergentes comme la Russie et la Chine.

Le dollar américain : une devise quasi-hégémonique à l’échelle internationale

A l’échelle mondiale nous payons et épargnons majoritairement en dollar : il représente la principale devise « de transaction » (en 2013, 87 % des échanges internationaux concernaient le dollar contre une autre devise ; 33% pour l’euro), ainsi que la principale devise de réserve, ou « monnaie refuge » (environ 62% des réserves de change mondiales seraient en dollars ; 22% en euros). Bien que géré par l’institution d’un seul Etat, à savoir la Banque centrale américaine (la FED), le dollar est donc incontournable pour tous les Etats du monde.

Lire la suite
____________________
____________________

17:48 Publié dans Analyses | Tags : monnaie, dollar | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Le tableau de bord de la pauvreté en France

Comment évolue la pauvreté en France ? Qui concerne-t-elle ? Peut-on s’en sortir ? Le tableau de bord de la pauvreté en France, par Anne Brunner. Extrait de notre premier Rapport sur la pauvreté en France.

Depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente. Cette aggravation est l’un des phénomènes les plus marquants parmi les évolutions analysées par l’Observatoire des inégalités. En considérant une définition restrictive, c’est-à-dire le seuil de pauvreté situé à la moitié du revenu médian (855 euros par mois), le nombre de personnes pauvres a augmenté de 600 000 en dix ans, de 4,4 millions à 5 millions. Au cours de la même période, le taux de pauvreté est passé de 7,3 % à 8 % de l’ensemble de la population. La décennie 2000, et plus encore la crise déclenchée en 2008, ont marqué un retournement historique de la tendance : la pauvreté ne diminue plus en France.

Lire la suite
__________________
__________________

14:43 Publié dans Analyses | Tags : pauvreté | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Comment imaginer en politique ? Images et imagination socialistes au temps de Jaurès par Christophe Prochasson

Étudier les images des socialistes revient aussi à prendre les idées comme autant d’émotions engendrant les figures de l’avenir. Tout aussi marié à la science que fut le socialisme, il reste aussi une doctrine dont les adhérents font des rêves peuplés d’images. C’est ce que l’historien Christophe Prochasson, président de l’EHESS, rappelle dans cette note issue de la conférence qu’il a donnée aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2018 à l’invitation de la Fondation et de la Société d’études jaurésiennes. 

Au temps de Jaurès, le monde politique est d’abord un univers de mots. La République parlementaire a fait de la parole le principal instrument de l’action : le discours règle et organise les confits, distribue les rôles et définit les identités. Il assigne les places, comme le fit dès ses débuts la Révolution française en distinguant ceux qui s’installaient dans la partie gauche ou dans la partie droite de l’hémicycle.

Lire la suite
___________________
___________________

La Vie des idées - Un économiste tire la sonnette d’alarme

À propos de : Daniel Cohen, « Il faut dire que les temps ont changé… » Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète, Albin Michel

Daniel Cohen aborde avec une inquiétude rarement perceptible chez les économistes les mutations de notre monde globalisé. L’avènement de l’homo digitalis, les réseaux sociaux, la robotisation des économies appellent à chercher les voies d’une maîtrise collective des bouleversements à l’œuvre.

Il est rare qu’un économiste fasse état de ses émotions. C’est pourtant l’exercice auquel se livre Daniel Cohen dès le titre de son livre. « D’étranges glissements se sont produits qui nous ont fait passer d’un monde à un autre, totalement étranger à celui qui l’avait enfanté. » C’est bien le changement qui constitue l’objet central de cet ouvrage. Et un changement d’une ampleur considérable puisqu’il s’agit du passage « d’un monde à un autre. » Rien de moins.

Lire la suite
___________________
___________________

09:41 Publié dans Analyses, Idées | Tags : daniel cohen | Lien permanent

L'actualité des socialistes du 19 au 25 octobre

A LA UNE

Fondation Jean Jaurès - Portrait-robot des sympathisants du Parti socialiste

S’appuyant sur les données du panel que le Cevipof et Ipsos ont lancé depuis novembre 2015, Gilles Finchelstein dresse, dans cette étude inédite menée à partir d’un échantillon sans équivalent de 1058 sympathisants socialistes, un véritable portrait-robot. Elle permet de comprendre qui ils sont, ce à quoi ils croient et leurs positions sur les principaux enjeux politiques.

INEGALITES

Le Vent se lève - La « loi de l’offre et de la demande » sert surtout à justifier les inégalités – Entretien avec David Cayla

Respecter la « loi de l’offre et de la demande », « faire triompher la concurrence libre et non faussée », « favoriser l’innovation »… Ces expressions sont désormais familières à tout un chacun, tant elles sont ressassées en boucle par des légions d’économistes et d’éditorialistes sur les chaînes de télévision. Elles sont constitutives de la vision du monde qui domine la sphère politico-médiatique : le néolibéralisme. Dans son nouveau livre, L’économie du réel face aux modèles trompeurs, David Cayla – Maître de conférences à l’Université d’Angers – s’attache à l’analyse et la déconstruction de ces concepts qui sont présentés comme des évidences incontestables. Il expose les fondements économiques, mais aussi anthropologiques et philosophiques du néolibéralisme, et la manière dont cette déclinaison du libéralisme s’est imposée comme la pensée dominante… jusqu’à exclure, comme non-scientifiques, toutes les conceptions divergentes de l’économie.

PS

Libé - Ségolène Royal, «meilleure carte» d'un parti socialiste moribond ?

L'ancienne ministre de l'Ecologie se retrouve au centre de la scène politique après ses attaques contre la ligne écolo de Macron. Au PS, un petit groupe oeuvre pour qu'elle prenne la tête de liste lors des européennes de 2019 et des députés écolos l'invitent à un colloque début novembre.

Le Figaro - Immigration : Faure (PS) évoque le sentiment d'une «colonisation à l'envers» dans certains quartiers

«Il y a des endroits (...) qui donnent le sentiment que l'on est dans une forme de “colonisation à l'envers”», a déclaré le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, jeudi sur France inter, répondant à une question sur le «racisme anti-blanc». Des propos nuancés par l'intéressé.

Ce sont des mots rares dans la bouche d'un socialiste. «Il y a des endroits où il y a des regroupements qui se sont faits, génération après génération, et qui donnent le sentiment que l'on est dans une forme de “colonisation à l'envers”», a affirmé Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), jeudi matin sur France inter, en reprenant les termes d'une «concitoyenne».

Libé - Le Parti socialiste a le «halo» loin du «noyau»

D’impénitents optimistes en voie de disparition rapide. C’est le portrait-robot des sympathisants socialistes que la Fondation Jean-Jaurès (FJJ) vient d’établir après une enquête auprès d’un millier d’entre eux, issus d’un panel de 12 500 personnes. En 2012, à la victoire de François Hollande, 22% des Français se disaient proches du PS. Six ans et une catastrophe présidentielle plus tard, cette base électorale socialiste - à ne pas confondre avec les militants encartés - a rétréci de plus de moitié : ils ne sont plus que 9%.

Paris Match - Mitterrand : le PS veut sa part de mémoire

Une partie de la bibliothèque ayant appartenu à l’ancien président va être mis aux enchères. Le PS s’y intéresse de près…

Après ses meubles, ses bouteilles de vins et même ses pantoufles, ses livres : année après année, la mémoire de François Mitterrand fait le bonheur des salles de ventes. La maison Piasa met aux enchères une partie de la bibliothèque de l’ancien président les 29 et 30 octobre prochains*. Hasard du calendrier, cet événement intervient quelques jours seulement après la date anniversaire de la naissance de «Tonton», le 26 octobre 1916.

AIDES SOCIALES

Le non-recours aux aides sociales peut prendre plusieurs formes et s’expliquer diversement ; mais elle traduit fondamentalement, selon Philippe Warin, une attente de justification adressées aux pouvoirs publics.

Depuis plusieurs années, de nombreux constats attestent qu’un nombre important de personnes renoncent à faire valoir leurs droits en matière d’aides sociales. Le phénomène de non-recours n’est certainement pas nouveau, mais comme il fait de plus en plus l’objet de mesures, son ampleur apparaît et le besoin de réponses grandit. Avec des taux de non-recours variant entre 40 et 60 % dans les pays de l’Union européenne [1], des solutions techniques se mettent en place pour faciliter l’accès des aides sociales et services publics.

BIO

Huffington Post - Manger bio réduit les risques de cancer? Ce que dit vraiment l'étude française

En suivant près de 70.000 personnes, les chercheurs ont décelé 25% moins de cancers chez les personnes mangeant du bio. Mais gare aux conclusions hâtives.

SCIENCE - "Manger bio réduit bien le risque de cancer". "L'alimentation bio réduit significativement les risques de cancer". Depuis lundi 22 octobre, de nombreux médias (dont Le HuffPost) relayent cette information. Son origine? Une étude publiée dans la revue scientifique JAMA, réalisée par des chercheurs de l'Inra, un institut de recherche français.

FASCISME

Que faire face à la lente montée du racisme et à l’enracinement de l’extrême droite ? Le fascisme est re-devenu possible en France, affirme le sociologue Ugo Palheta. Face à une crise protéiforme de l’État, il faut nommer le mal si l’on veut le combattre.

Les images d’un groupe cagoulé, pénétrant dans un amphithéâtre de l’Université de Montpellier en mars 2018, pour passer à tabac des étudiants mobilisés contre la loi ORE, ont donné à réfléchir sur la situation politique actuelle. Le fait que le doyen de l’Université ait encouragé cette action n’a fait qu’ajouter à la stupeur [1]. L’absence de réaction massive dans l’opinion publique de même. Utilisation de la violence politique, intimidation de militants, compromission des élites responsables : les ingrédients rappellent un cocktail, celui du fascisme. Pourtant, le terme n’a pas été utilisé dans les médias, pour la simple raison qu’il semble aujourd’hui ressortir du vocabulaire militant plutôt que d’une catégorie analytique fiable.

FMI

Le Vent se lève - Vers un FMI altermondialiste ?

En juillet 2014, les BRICS, principalement impulsés par la Chine qui représente 64% du PIB et plus de la moitié de la population, ont créé la Nouvelle banque de développement (NBD). Son ambition : être le contre-modèle des institutions financières internationales actuelles (IFI : Banque mondiale, Fonds monétaire international), et qui sait, les remplacer dans un avenir proche…

00:00 Publié dans Revue de presse | Lien permanent