Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2014

L'actualité des socialistes du 9 au 16 juin (mise à jour)

A la une

Le Monde - Manuel Valls : « La gauche n'a jamais été aussi faible »

Face aux risques de division de sa majorité avant le vote crucial sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR), Manuel Valls n'y est pas allé par quatre chemins. « La gauche peut mourir », a-t-il assené lors du Conseil national du Parti socialiste à la maison de la Chimie à Paris, samedi 14 juin. « Elle n'a jamais été aussi faible dans l'histoire de la Ve République », a-t-il ajouté, en référence à la gifle des européennes.

13, 14 et 15 juin

Le Monde - Benoît Hamon, un ministre entre deux costumes

Rue de Grenelle, chaque jour apporte son lot de turbulences. Benoît Hamon est-il dépassé par les événements ? Lundi 9 juin, le président du Conseil supérieur des programmes (CSP), Alain Boissinot, remet sa démission, laissant le chantier des programmes de la maternelle au collège, l'enseignement de la morale laïque et d'autres pans majeurs de la refondation de l'école.

Libé - Valls au PS: «le risque de voir Marine Le Pen au second tour de la présidentielle existe»

Le Premier ministre, qui s'exprime devant le conseil nationa, a aussi prévenu que «la gauche n'a jamais été aussi faible» depuis 1958 et «peut mourir».

Laurent Baumel - Interview sur LCI après mon rendez-vous avec le Premier ministre 

J’étais hier soir l’invité de LCI pour évoquer le rendez-vous que j’ai eu à Matignon avec Manuel Valls et d’autres collègues de l’Appel des 100.

Le Monde - De la City à l'Elysée, le profil de Laurence Boone irrite la gauche

« J'ai des inclinations de gauche », assure au Monde Laurence Boone. La précision est d'importance. Car l'annonce, mercredi 11 juin, de l'arrivée à l'Elysée de celle qui remplacera dans une quinzaine de jours Emmanuel Macron comme conseiller pour les affaires macroéconomiques, a fait jaser dans la majorité. La nouvelle entrante ne procède ni de l'appareil socialiste ni de la haute fonction publique : elle débarquera directement de la City londonienne au cabinet de François Hollande, ce qui suscite, évidemment, le débat.

L'Express - Élysée: "La nomination de Laurence Boone n'est pas un bon signal"

En choisissant pour conseillère une économiste de banque qui a eu des propos très durs sur "l'absence de politique économique du gouvernement", François Hollande a surpris. Mais il a aussi inquiété les députés PS frondeurs
 
 
Le compte à rebours est engagé. A trois mois d'une rentrée scolaire qui doit voir 100 % des écoliers revenir à l'école une matinée supplémentaire, la plupart des villes en sont à ajuster, parfois difficilement, leur futur emploi du temps. Près de 1 400 communes se sont saisies de la possibilité d'« assouplissement » offerte par le ministre de l'éducation, Benoît Hamon, pour regrouper sur une seule après-midi leurs ateliers. Paris, elle, propose des « aménagements ».
 
 
Comment faire plus avec moins ? C'est, une nouvelle fois, la périlleuse équation à laquelle est confronté le gouvernement à l'occasion de la présentation du projet de loi de finances rectificative (PLFR), mercredi 11 juin en conseil des ministres, qui précède d'une semaine celle du projet de loi de financement rectificative pour la Sécurité sociale (PLFRSS).
 
 
C'est une des priorités affichées du quinquennat. Un thème majeur servi par deux lois portées par l'ex-ministre du logement Cécile Duflot. Le logement va-t-il devenir un point de fragilité supplémentaire pour François Hollande ?
 
 
Si la région Midi-Pyrénées se cherche un compagnon, qu'elle se mette en ménage avec l'Aquitaine ! C'est, en substance, le message qu'a envoyé Christian Bourquin, président (ex-PS) de la région Languedoc-Roussillon, à Martin Malvy, son homologue de Midi-Pyrénées.

France 3 - Barbara Romagnan: « L’argent public est gaspillé »

Pour Barbara Romagnan, les solutions du gouvernement face à la crise sont « injustes et pas efficaces » (DR)

Elle fait partie de ceux qu’on appelle « les députés frondeurs ». Ceux qui, au groupe PS à l’Assemblée, s’affranchissent plus souvent qu’à leur tour des consignes de vote. Barbara Romagnan n’a voté ni la confiance à Manuel Valls, ni le plan de 50 milliards d’économies du Premier ministre, ni la réforme des retraites ou l’accord sur l’emploi du précédent gouvernement. 

12 juin

Direct matin - Cambadélis tend la main à gauche et aux écologistes

Après les récentes claques électorales, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, veut raffermir les liens avec les autres formations de gauche et les écologistes, sans pour autant ressusciter la défunte "gauche plurielle".

Le Parisien - Budget : Valls va recevoir des députés PS frondeurs

Des députés socialistes frondeurs, auteurs de contre-propositions économiques et sociales, doivent rencontrer le Premier ministre, ce mercredi soir, le jour même de la présentation du budget rectificatif pour 2014.

Le Parisien - Laurence Boone : de Barclays Capital à l'Elysée

Et une femme de plus ! En passe de devenir conseillère économique à l'Elysée, Laurence Boone est la troisième femme du nouveau casting de . A cette économiste chevronnée, âgée de 45 ans, d'éclairer à partir de la mi-juillet le sur, notamment, le « retournement » qu'il avait annoncé.

Metro - Eduardo Rihan Cypel sur le Budget: «Tout peut être discuté, il n'y a pas de tabous»

INTERVIEW - L'ex-porte-parole du PS défend le projet de finances rectificatif du gouvernement mais souhaite que les classes moyennes soient soulagées...

Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ?

Projet de loi ferroviaire
- See more at: http://www.humanite.fr/quelle-reforme-faut-il-pour-remettre-le-service-public-sur-les-rails-544147#sthash.glGNoj5o.dpuf

L'Humanité - Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ? Projet de loi ferroviaire

Débat avec Gilbert Garrel, secrétaire général de 
la fédération CGT des cheminots, Gilles Savary, député PS et rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire et André Chassaigne, député PCF.

Les Echos - Les frondeurs du PS proposent leur contre-budget

Les députés PS de l’« Appel des 100 » ont publié leur plate-forme budgétaire. Ils veulent cibler les aides aux entreprises et relancer le pouvoir d’achat. Ils passent à nouveau à l’offensive sur le terrain des propositions. A quelques jours de la présentation en Conseil des ministres des collectifs budgétaires pour l’Etat et la Sécurité sociale, les députés frondeurs du PS ont envoyé hier soir un texte aux président, Premier ministre et premier secrétaire du PS.

11 juin

La Tribune - L'appel des "députés frondeurs" reçu avec tiédeur au PS, chaleur au Front de gauche

Les suggestions des "100" députés socialistes en matière budgétaire dévoilées lundi soir ont reçu un accueil mitigé au sein du PS, beaucoup moins au Front de Gauche, tandis qu'à droite, c'est une toute autre proposition que formule l'UMP.

Le Monde - Thomas Thévenoud, nouveau porte-parole des députés PS

Proche d'Arnaud Montebourg, le député de Saône-et-Loire prend la succession de Thierry Mandon, entré au gouvernement.

Metro - Elysée : Hollande lâché par une demi-douzaine de ses conseillers

DEMISSION - Le château a annoncé mardi un vaste remaniement avec les départs de Emmanuel Macron (économie et finances), David Kessler (culture et communication) et Thierry Rey (sport, jeunesse et vie associative). La démission de Claude Sérillon (communication) n'est pas confirmée.

Le Parisien - Elysée : Hollande remanie son cabinet et se sépare de son conseiller économique

.... Emmanuel Macron, l'influent conseiller économique et financier, est ainsi remplacé par Laurence Boone. Chef économiste de Bank of America, elle lui succédera le 15 juillet. Macron ne sera en revanche pas remplacé dans sa fonction de secrétaire général adjoint de l'Elysée.

Reuters - Sapin tient bon sur le pacte malgré l'appel des 100 députés, par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le ministre des Finances promet de tenir bon sur le pacte de responsabilité, malgré l'appel de députés socialistes à une réorientation vers les ménages d'une partie des aides aux entreprises, a déclaré mardi à Reuters le président de la CGPME.

Le Monde - Les députés demandent à l'Etat de prendre en main la filière nucléaire

A quelques jours de la présentation au conseil des ministres, le 18 juin, du projet de loi sur la transition énergétique, voilà un nouveau document qui va nourrir les débats. Une commission d'enquête parlementaire présidée par François Brottes (PS, Isère), et dont le rapporteur est Denis Baupin (EE-LV), a remis au président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, mardi 10 juin, son rapport sur les coûts de la filière nucléaire.

Le Monde - Faouzi Lamdaoui, conseiller de Hollande, soupçonné de fraude fiscale

Le conseiller de François Hollande, chargé des questions d'égalité et de diversité à l'Elysée, Faouzi Lamdaoui, pourrait être entendu dans le cadre d'une enquête préliminaire, révèle mardi 10 juin L'Express, pour d'éventuels « recel d'abus de biens sociaux » et « fraude fiscale ».

Le Nouvel Obs - Des députés sonnent l'alarme sur le vrai coût du nucléaire

Le rapport de la Commission parlementaire remis ce mardi pointe l'incertitude qui règne quant au chiffrage du devenir de la filière.

10 juin
 
 
Ils sont à l'aube de leur premier combat. La presse les a baptisés les « frondeurs » et ils n'ont pas hésité à reprendre le qualificatif à leur compte. Alors que le gouvernement doit présenter, mercredi 11 juin, son projet de loi de finances rectificatives mettant en oeuvre le « pacte de responsabilité », ces députés socialistes non alignés savent que leur heure est venue. Leurs amendements sont déjà prêts et ils comptent bien mener bataille jusqu'au bout.
 
Le JDD - L'ancien ministre Philippe Martin rejoint la fronde

INDISCRET - L'ancien ministre de l'Ecologie Philippe Martin, débarqué lors du dernier remaniement, participe désormais à la réunion du mardi des "41 frondeurs socialistes".

 
Coup de chaleur en Haute-Saône. Et coup de chaud pour le ministre de l'Économie qui se débat dans les filets de la solidarité gouvernementale. Arnaud Montebourg a fait lundi, sous un soleil de plomb, son ascension annuelle du mont Beuvray. Accompagné comme de coutume du chef de file des «frondeurs», le député PS de la Nièvre Christian Paul, le ministre a fait entendre sa petite musique sur la politique économique voulue par François Hollande.
 

Un autre socialisme est possible. C’est le message qu’ont martelé samedi à Paris les membres d’un tout nouveau club : les «Socialistes affligés». Ses deux fondateurs, l’ex-eurodéputé socialiste Liêm Hoang-Ngoc et le politologue proche du Front de Gauche Philippe Marlière, avaient réuni pour l’occasion plusieurs dirigeants du Front de gauche et d’Europe Ecologie-les Verts ainsi que des figures de l’aile gauche du PS. Tous se sont accordés sur le même constat : l’heure est grave.

Les Echos - La délicate tâche de Manuel Valls pour sauver les festivals

La tâche du gouvernement pour désamorcer la crise des intermittents s’annonce difficile. La nomination, samedi, du député PS Jean-Patrick Gille comme médiateur n’a pas apaisé la colère des protestataires. A Montpellier, les intermittents ont reconduit la grève qui paralyse le 28e Printemps des comédiens depuis le 3 juin et qui se traduit par des annulations de spectacles. « Montpellier en grève aujourd’hui, tous en grève demain », pouvait-on lire sur une banderole apposée sur l’Opéra Bastille, ce week-end, où des intermittents ont retardé le début de la représentation de « La Traviata »

Le Monde - Transition énergétique : Royal maintient l'objectif d'adoption d'une loi dès 2014

Au grand dam de Ségolène Royal, le projet de loi sur la transition énergétique n'est pas encore ficelé. Forte de son poids politique, la ministre de l'écologie pensait en avoir fini avec les arbitrages interministériels pour pouvoir présenter les grandes lignes du texte au conseil des ministres du mercredi 11 juin. Finalement, la présentation aura lieu le 18 juin.

Le Lab - François Hollande, incapable de terminer son mandat? Laurent Fabius cite (encohttp://www.hautetfort.com/admin/posts/post.phpre !) François Mitterrand

PUNCHLINE - "Il ne faut pas prendre toutes les mouches qui volent pour des idées." C'est par cette formule que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a conclu l'émission du Grand Rendez-vous Europe1/Le Monde/i>Télé diffusé dimanche 8 juin

Mediaprt, Socialistes affligés - « Le gouvernement prépare un champ de ruines pour la gauche »

Député européen sortant (il n’a pas été reconduit par le PS), l’économiste Liêm Hoang Ngoc ne décolère pas contre le tournant pris par sa famille socialiste depuis plus d’un an.

Avec le politologue Philippe Marlière (ancien blogueur de Rue89), il a fondé un club visant à fédérer la gauche du PS« Les Socialistes affligés ».

Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière organisent ce samedi un colloque où sont invités plusieurs personnalités engagées contre l’austérité, qu’il s’agisse d’experts ou de dirigeants du PS, d’EELV ou du Front de gauche.

9 juin

Le Monde - François Hollande diffère l'explication avec la majorité parlementaire

François Hollande ne devrait pas rencontrer l'ensemble des parlementaires socialistes. Du moins, pas pour le moment. Rien de tel, contrairement à d'insistantes rumeurs, n'est pour l'heure l'inscrit à l'agenda du chef de l'Etat. « Je suis plus pour que le président voie un certain nombre de petits groupes de parlementaires, ou des membres des 41, que l'on raccommode bien avec le premier ministre tout le lien avec la majorité, plaide un intime du chef de l'Etat. La dégradation liée aux premières années est assez importante, il y a d'abord un travail de discipline à avoir. »

18/05/2014

L'actualité des socialistes du 12 au 18 mai (mise à jour)

A la une

Le Monde - Impôts : Valls détaille son geste fiscal pour près de 2 millions de ménages

Le premier ministre, Manuel Valls, a annoncé vendredi 16 mai que les nouvelles mesures fiscales annoncées après les élections municipales allaient bénéficier à 3 millions de Français. Au total, 1,8 million de ménages devraient sortir de l'impôt sur le revenu.

18 mai

Le Parisien - Baisse d'impôts : pourquoi Hollande et Valls se sont laissé convaincre ?

La décision a été définitivement arbitrée jeudi par l'Elysée et : il fallait aller plus vite, plus loin, plus fort ! Ce sont donc finalement 1,8 million de ménages qui échapperont à l'impôt sur le revenu dès cette année, et non plus 650 000 comme l'avait annoncé Manuel Valls dimanche soir sur TF1.

Le blog de Jean-Marcel Bouguereau - Des baisses d'impôts en trompe-l'oeil

Ce n'est pas encore Noël mais c'est déjà le temps des cadeaux. Les Européennes s'annoncent très mal pour la gauche. A dix jours du scrutin, plusieurs sondages donnent le FN en tête avec 25 %, creusant l'écart avec l'UMP (21 %) et enterrant le PS avec ses malheureux 18 % ! Il fallait faire quelque chose. Hier, Manuels Valls a donc sorti de sa hotte des cadeaux fiscaux à l'intention de 3 millions de ménages, soit un effort d'un milliard d'euros. Le double de ce qui était prévu.

Les Echos - Pierre-Alain Muet : « On ne sortira pas de la récession avec une politique de l'offre univoque »

Pierre-Alain Muet est l'un des 41 députés PS qui se sont abstenus sur le programme de stabilité du gouvernement. Vice-président de la commission des Finances, il a travaillé à l'Insee et à l'OFCE avant d'être conseiller économique du Premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2002.

17 mai

Libé - Les députés PS frondeurs satisfaits après les annonces de Valls

Le Premier ministre a déclaré que 1,8 million de ménages allaient sortir de l'impôt sur le revenu.

Certains députés PS ayant participé à la fronde sur les 50 milliards d’euros d’économies, y compris quelques abstentionnistes sur le programme de stabilité, ont salué les annonces de Manuel Valls vendredi. Le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures fiscales pour 3 millions de Français, qui permettront à 1,8 millions de ménages de sortir de l'impôt sur le revenu

Le Monde - Arnaud Montebourg : « Le décret sur les entreprises, c'est la fin du laisser-faire »

C'est l'outil dont rêvait Arnaud Montebourg. En élargissant le décret sur les entreprises « stratégiques », qui permet à l'Etat de s'opposer à la prise de contrôle d'une entreprise, à cinq nouveaux secteurs, la France se dote de la même arme que ses voisins, estime le ministre de l'économie. Qui compte bien l'utiliser dans le dossier Alstom.

16 mai

La Lab - Jean-Christophe Cambadélis : "les socialistes n’ont pas choisi Hollande sur le discours du Bourget"

RAPPEL HISTORIQUE - Un reniement ? Où ça ? Pas de la part de François Hollande en tous cas. Et c’est Jean-Christophe Cambadélis, pas vraiment hollandais historique, qui l'explique.

Mercredi 13 mai, lors d’un débat organisé par Mediapart avec Emmanuelle Cosse et Jean-Luc Mélenchon, le premier secrétaire du Parti socialiste considère que, finalement, le discours du Bourget, ça ne comptait pas.

Marianne - Cambadélis aux déçus d'Hollande: fallait pas le choisir à la primaire !

Invité par Médiapart à un débat des gauches avec Emmanuelle Cosse et Jean-Luc Mélenchon, le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis n'a pas cherché à occulter la déception suscitée par François Hollande, renvoyant sèchement les sympathisants socialistes à leur choix au moment de la primaire. Un bref moment de vérité.

L'Hémicycle - Encadrement du lobbying : bilan contrasté des nouvelles mesures

Sur l’impulsion du président Claude Bartolone et du vice-président PS Christophe Sirugue, les modalités d’entrée des représentants d’intérêts sont devenues plus contraignantes. De quoi rebuter les marchands d’influence et recréer de l’opacité.

La tempête Cahuzac continue de produire ses effets. Si elle a conduit à la publicité du patrimoine des ministres, elle a aussi fait changer les règles d’encadrement des lobbys à l’Assemblée nationale. En toute discrétion, une petite révolution a eu lieu en octobre dans les couloirs du palais Bourbon. « Ni diabolisation, ni laisser-faire, tel a été l’état d’esprit du bureau de l’Assemblée nationale », insiste-t-on dans l’entourage du président Claude Bartolone, qui a été à la manœuvre avec le vice-président PS Christophe Sirugue.

Les Echos - Affaire Bygmalion : le PS engage Copé à s’expliquer

Le porte-parole du PS, Carlos Da Silva, estime que Jean-François Copé doit des explications aux Français suite aux facturations fictives dont l’accuse « Libération ». Accusations que le patron de l’UMP qualifie d’allégations mal vérifiées.

15 mai

Le Lab - Après le pacte de responsabilité, des députés PS frondeurs s'attaquent à la réforme territoriale de Manuel Valls

Temps 2 de la contestation. Deux semaines après s'être abstenus sur le vote consultatif du programme de stabilité, deux députés PS "frondeurs" s'en prennent à la réforme territoriale du gouvernement, déjà contestée par l'opposition.

Sur France Info, ce 14 mai, le député PS de Paris Pascal Cherki a semblé douter des résultats d'une réorganisation territoriale

Le Monde - Un député PS propose de nationaliser les autoroutes

Le député socialiste Jean-Paul Chanteguet, président et rapporteur de la mission d'information parlementaire sur l'écotaxe, engage une réflexion sur la nationalisation des autoroutes, dont le réseau avait achevé d'être privatisé en 2006.

Paris Match - Ségolène Royal "Je suis à ma place. Enfin"

Collier de perles grises, pull vert d’eau fermé par des rubans, vernis rose pâle sur les ongles, elle arrive au rendez-vous avec une bonne heure de retard mais le regard vif et la tête pleine de musique. La veille, Ségolène Royal était au palais Garnier pour assister à la représentation de l’opéra dansé de Pina Bausch, «Orphée et Eurydice», sur la musique de Gluck. La nuit a été courte. La ministre, qui était accompagnée de ses deux filles, Clémence et Flora, s’est couchée tard.

Libé - Royal vante «l'amitié et la solidarité entre ministres»

Alors que des propos parus dans «Paris Match», sur l'écotaxe et Alstom, laissaient penser à des désaccords, la ministre de l'Ecologie évoque des «petites phrases» et pas une «interview en tant que telle».

Nouvel Obs - Ségolène Royal ou l'habitude de la "rétropédalitude"

Depuis plusieurs années, la ministre de l'Ecologie s'est fait une spécialité de cogner ses camarades avant de démentir ses propos.

Libé - Hollande, plus impopulaire que jamais

Selon le baromètre Ipsos, le président de la République n'est pas soutenu par 78% des Français.

Le président de la République François Hollande a enregistré en mai un nouveau record d’impopularité, 78% des Français se disant défavorables à son action, selon le baromètre Ipsos pour «Le Point» publié mercredi.

Le Parisien - Ecotaxe : les députés plaident pour son maintien, Royal est sceptique

Oui à l'écotaxe, mais remaniée. C'est en substance ce que proposent les députés de la mission d'information parlementaire qui planchaient depuis novembre sur cet épineux dispositif, suspendu après avoir mis le feu à la Bretagne à l'automne dernier.

LCP - Européennes : Edouard Martin distingue le PS de "Hollande ou Ayrault"

"Le PS, ça n'est pas que Hollande et Ayrault", a affirmé Edouard Martin, tête de la liste socialiste dans le Grand-Est pour les européennes et ex-leader syndical d'ArcelorMittal à Florange, en appelant à "l'Europe du juste échange" lors de son premier grand meeting de campagne, mardi soir à Metz.

Libé - Ecotaxe: le rapport parlementaire plaide pour une «éco-redevance»

Il faut faire disparaître le mot «écotaxe» mais pas abandonner le principe d’une redevance payée par les poids lourds, qui nécessite des aménagements, a conclu la mission d’information parlementaire dans son rapport, remis mercredi, sur ce dispositif suspendu à l’automne après la fronde des «bonnets rouges».

Rue 89 - Rythmes scolaires : Gérard Collomb trouve-t-il à Lyon l’emploi du temps idéal ?

A Lyon, il avait traîné les pieds, refusant de la mettre au débat. Le socialiste Gérard Collomb n’avait pas caché que la réforme des rythmes scolaires le gênait du fait de son impopularité et, comme pour toutes les communes, à cause de sa mise en place complexe. Plus possible de faire l’impasse, en vue de la rentrée 2014. Cette fois un emploi du temps a été fixé pour les écoles publiques de Lyon.

Le Figaro - Christian Paul : «Nous sommes une majorité à souhaiter des inflexions substantielles»

INTERVIEW - Élu de la Nièvre, Christian Paul est un des chefs de file des 41 députés qui s'étaient abstenus sur le programme de stabilité.

14 mai

LCP - Valls en mission pour ressouder députés PS et gouvernement

Entre "câlinothérapie" et rappels à la discipline, Manuel Valls, venu devant les députés socialistes avec la quasi-totalité du gouvernement, veut resserrer les liens avec une majorité toujours en proie au doute, à deux semaines de nouvelles élections périlleuses pour le PS.

Les Echos - Foyers modestes : un geste sur les impôts locaux dès cette année

Les ménages modestes vont bénéficier d’une remise d’impôt sur le revenu, mais aussi de taxe d’habitation.

Europe 1 - Bienvenue au "club des socialistes affligés"

LE COURANT QUI VA FAIRE PARLER - Ce groupe de réflexion dénonce la politique économique menée par le gouvernement.

Tout est dans l'intitulé. Pas sûr que leur initiative plaise à Solférino. Liêm Hoang Ngoc, eurodéputé socialiste sortant, annonce lundi la création d'un nouveau courant au PS, autobaptisé le "club des socialistes affligés". Ce groupe de réflexion entend surfer sur la dynamique enclenchée par les 41 députés frondeurs, qui se sont abstenus lors du vote sur le programme de stabilité budgétaire à l'Assemblée, le 29 avril dernier.

Le Monde - Le « Club des socialistes affligés » veut contester la politique de l'offre de Hollande

Rien que par son intitulé, cette initiative ne devrait pas passer inaperçue. Le socialiste Liêm Hoang Ngoc lance, lundi 12 mai, un « club des socialistes affligés », pour battre en brèche la politique économique suivie par le tandem François Hollande-Manuel Valls.

Le manifeste des socialistes affligés

13 mai

Lyon Capitale - Européennes : Manuel Valls à Lyon le 23 mai

Manuel Valls viendra à Lyon le vendredi 23 mai pour le meeting de clôture de la campagne du parti socialiste des élections européennes. Il sera accompagné de Vincent Peillon mais aussi de l'allemand Martin Schulz.

Le Monde - Hollande et Valls s'engagent dans la bataille des européennes

François Hollande et Manuel Valls semblent avoir retenu la leçon des municipales, au moins sur la forme. Le gouvernement et le Parti socialiste ont en effet choisi de ne pas mettre leur rose dans la poche dans la campagne pour les élections européennes. A deux semaines du vote, le choix a été fait par l'exécutif de s'impliquer personnellement dans la bataille.

Le Monde - Martine Aubry, cette alternative qui ne vient pas

La mise au point date d'avant le second tour des élections municipales : « Je ne serai pas premier ministre ni demain ni après-demain, mettez-vous ça dans le crâne une bonne fois pour toutes ! Quant à mes soi-disant amis qui parlent à ma place, ça commence à bien faire ! », avait sèchement expliqué au Monde Martine Aubry.

Les Echos - Départementales 2015 : une élection qui s’annonce difficile pour le PS et l’UMP

LE CERCLE. Planifiées pour mars 2015(1), les élections départementales s’appuieront sur un redécoupage général des cantons et des candidatures paritaires, le tout sur fond de remise en cause des conseils généraux. Un contexte qui risque de poser problème pour le PS menacé d'un nouveau vote sanction mais aussi pour l’UMP.

12 avril

Le Monde - Aubry et Cambadélis veulent une autre réforme de l'intermittence

Est-ce une ultime tentative de sensibiliser le gouvernement au sort des intermittents du spectacle, alors que l'accord du 22 mars sur l'assurance-chômage ne cesse d'être contesté, et que le gouvernement a décidé malgré tout d'agréer l'accord ? Ou bien est-ce le signe d'une divergence interne au parti socialiste sur la question des annexes 8 (techniciens) et 10 (artistes) de l'Unedic ? Toujours est-il que le courrier adressé le 7 mai par la maire de Lille, Martine Aubry, au ministre du travail François Rebsamen, lui demandant de « ne pas agréer le texte de la convention Unedic qui sera soumis au gouvernement dans les prochains jours »,  n'est pas passé inaperçu.

Le Figaro - Élections européennes : Valls tente de mobiliser la gauche

Ils espéraient limiter la casse, ils veulent maintenant sauver les meubles. Deux mois après la déroute des élections municipales, les socialistes abordent avec appréhension le scrutin européen du 25 mai. «Ces élections ne peuvent pas être bonnes pour nous, tranche un membre du bureau national du PS. Y a-t-il une seule raison, même infime, de voter socialiste aujourd'hui? J'ai beau chercher, je n'en vois aucune.»

Ce qu'il faut retenir de l'interview de Manuel Valls sur TF1

Impôts, élections européennes, crise ukrainienne... Le Premier ministre était l'invité du 20 heures de TF1 et a notamment annoncé la sortie de l'impôt de 650.000 ménages dès 2014.

Le Monde - Malgré la crise en Ukraine, la France livrera bien ses Mistral à la Russie

Le doute n'est désormais plus permis. Malgré la crise en Ukraine, la France n'a aucune intention de suspendre la livraison des deux navires de guerre de type Mistral à la Russie. Ce contrat de 1,2 milliard d'euros n'a pas vocation à faire partie d'un paquet d'éventuelles sanctions économiques de l'Union européenne à l'encontre de Moscou.

Le JDD - Boko Haram : Hollande annonce un sommet africain

François Hollande a annoncé dimanche soir la possible tenue, en fin de semaine, d'un sommet de dirigeants africains sur la sécurité au Nigeria, après l'enlèvement par le groupe terroriste Boko Haram de plus de 200 jeunes filles.

FranceTVinfo - François Hollande continue de chuter dans les sondages

Le président enregistre son plus bas score avec le baromètre OpinionWay publié dimanche pour Clai-Metronews-LCI. Seuls 18% des sondés sont satisfaits de son action.

Le JDD - "Je suis pour supprimer les conseils généraux"

VERBATIM - Didier Guillaume, patron des sénateurs PS et président du conseil général de la Drôme.

La Tribune - Plus d'un Français sur deux favorable à la suppression des départements

Selon un sondage Ifop pour le "Journal du Dimanche", 55% des Français hors Paris est favorable à la suppression des conseils généraux.

Le Monde - Vallini : la réforme territoriale permettra d'économiser jusqu'à « 25 milliards d'euros par an »

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale, André Vallini, estime, vendredi 9 mai dans un entretien au Figaro, que la réforme territoriale permettrait un gain « annuel de 12 à 25 milliards d'euros ».

« Le budget des collectivités locales représente au total 250 milliards d'euros. Les meilleurs spécialistes pensent qu'en tablant sur des économies d'échelle et des suppressions de doublons qui pourraient à terme représenter de 5 % à 10 % on arrive à un gain annuel de 12 à 25 milliards d'euros à moyen terme. Ce qui est beaucoup. Sans parler des gains de temps et d'efficacité qui sont difficilement quantifiables mais sans doute très importants ».