Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pena-ruiz

  • Le vent se lève - Marx, penseur de l’écologie – Entretien avec Henri Peña-Ruiz

    Henri Peña-Ruiz est agrégé de philosophie et maître de conférences à l’IEP de Paris. Il a consacré plusieurs ouvrages à l’oeuvre de Karl Marx : Marx, quand même, Entretien avec Karl Marx en 2012, puis plus récemment Karl Marx, penseur de l’écologie (publié en 2018 aux éditions Le Seuil). L’entretien qu’il nous accorde est l’occasion d’aborder cette dimension méconnue de l’oeuvre marxienne, celle de la prise en compte du rapport à la nature et plus globalement d’envisager Marx comme un penseur de l’émancipation. Entretien réalisé par Sébastien Polveche.

    Le Vent Se Lève – Vous avez consacré plusieurs ouvrages à Marx, dont le dernier, intitulé Karl Marx, penseur de l’écologie. Cette dimension de l’oeuvre de Marx peut sembler contre-intuitive. Dans quelle mesure Karl Marx intègre-t-il l’écologie et le rapport à la nature à ses réflexions politiques et économiques ?

    Lire la suite
    _________________
    _________________

  • Le Média - Marx et l'écologie : Henri Pena-Ruiz

    Ce soir dans « L’Entretien Libre », Aude Lancelin accueillera le philosophe Henri Pena-Ruiz. Spécialiste des questions de laïcité, il a également consacré plusieurs livres à la pensée de Marx. Il revient en librairie aujourd'hui avec une réflexion passionnante sur la place qu’occupe le rapport à la nature dans la pensée de l’auteur du « Capital ». Une réflexion dont le titre peut résonner comme une provocation, « Marx penseur de l’écologie » (éditions du Seuil), tant on a en tête les catastrophes orchestrées par le stalinisme dans le domaine de l’environnement naturel, et son productivisme à marche forcée. Pourtant, on le découvrira au cours de cette discussion, Marx ainsi qu’Engels étaient bel et bien porteurs de fortes intuitions dans le domaine écologique, dont la modernité est même tout à fait troublante. « Le capitalisme n’épuise pas seulement l’homme, il épuise la terre ». Aujourd’hui plus que jamais, il nous appartient de redécouvrir et de faire vivre cette tradition oubliée.