Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2017

France Culture - L'esprit du Capitalisme (1/4) Dans la peau de Max Weber

A travers la vie et l'oeuvre monumentale de Max Weber, nous reviendrons aux origines de la naissance et de la diffusion de l' "esprit" du capitalisme.

Nous commençons, aujourd’hui, une nouvelle série consacrée à l’esprit du capitalisme.

Le capitalisme dont les auteurs ont identifiés des racines différentes. Des racines d’abord historiques - mises en évidence par Marx qui voit dans l’origine du capitalisme des facteurs principalement politiques - et des racines également culturelles et religieuses sur lesquelles s’est penché le sociologue Max Weber qui a inspiré cette série.

Nous nous glissons aujourd’hui dans la peau et l’oeuvre de Max Weber, sociologue en compagnie de Patrice Duran, et d'Hinnerk Bruhns.

Ecouter la suite
________________
________________

20:48 Publié dans Vidéo | Tags : max weber, capitalisme | Lien permanent

10/12/2016

Claude Garcia - Cours d’éco express: Weber aussi a la classe [sociale]

Que vous prépariez un bac ES, le concours commun des IEP ou un autre concours Sciences-Po, ou tout simplement que vous souhaitiez étendre vos connaissances, ce dialogue imaginaire entre un prof [Bastien] et ses élèves vous aidera à comprendre une notion importante en économie ou en sociologie, en moins de 3 minutes. Aujourd’hui Weber, ou une autre conception des classes sociales que celle de Marx.

Bastien rappelle qu’avant la récréation, la conception marxiste des classes sociales a été présentée. Il martèle :

–  Attention, il faut bien avoir à l’esprit, qu’il n’y a pas que les marxistes qui parlent de classes sociales.

Soupir de Samira qui se dit, encore une source de confusion.

Lire la suite
_____________________
_____________________

20:40 Publié dans Article du jour | Tags : calude garcia, marx, max weber | Lien permanent

02/11/2014

Non Fiction - La ville et la formation du capitalisme occidental

Résumé : Un ouvrage essentiel du sociologue Max Weber, dans une nouvelle traduction assortie de commentaires éclairants.

Sur le même ouvrage, voir également la recension : "La ville, miroir de la société."

Passons sur les considérations techniques qui ont abouti à la constitution de ce volume. Les spécialistes de Max Weber (1864-1920) sauront s’y retrouver. La note éditoriale précédant le texte résume les difficultés. Passons aussi sur le jeu des traductions qui n’est pas indifférent, mais qui, là encore, sera aisément repéré par les spécialistes. Le passage de l’allemand au français n’est pas simple, il relève moins de difficultés de langue que de difficultés culturelles, évidemment. Ceci surmonté, il nous reste un volume incontournable de réflexions sur la ville, susceptible de passionner, certes les spécialistes, mais aussi les étudiants en philosophie, en histoire de l’art, en urbanisme, en sociologie, à tout le moins. Encore convient-il de souligner que l’examen auquel l’ouvrage nous entraîne n’a pas pour objet l’urbanisme, mais les rapports entre la ville et le ou les citoyens. Weber poursuit de son commentaire l’établissement en ville des forces sociales, il s’intéresse aux bailleurs de fonds, aux activités commerciales, à la domination des métiers, et au poids des conseils divers à partir des lignages ou des cours de justice du Moyen Âge. Il instaure des chronologies qui, au passage, peuvent déstabiliser un Français, dans la mesure où les Français rapportent systématiquement les institutions modernes à la constitution de l’Etat central, tandis que les Allemands abordent avec beaucoup plus d’aisance et de précision la question des communes médiévales dont ils font la source du mouvement urbain. Bref, il ne se contente pas d’une vague définition de la ville en entité politique autonome. Il s’attache à la cité-Etat, celle qui donne un statut au citoyen, en le faisant porteur de droits spécifiques, et en le laissant déployer les caractéristiques culturelles de son groupe social, ainsi qu’une conduite spécifique.

Lire la suite
____________________________
____________________________

09:07 Publié dans Réflexions | Tags : max weber, non fiction | Lien permanent