Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guesde

  • Le meilleur de la fin 2022 - Fondation Jean Jaurès - Jules Guesde : devenir socialiste

    En 1922 disparaissait Jules Guesde, un des principaux fondateurs du socialisme français avec Jean Jaurès. L’historien Maxime Surman revient dans cette analyse historique sur sa trajectoire intellectuelle, de son républicanisme radical à un socialisme intransigeant.

    Depuis la disparition de l’« apôtre » le 28 juillet 19221, la mémoire et l’oubli se sont emparés de son nom. En dehors d’étroits cercles militants et savants, ce dernier n’évoque plus qu’un toponyme parfois familier. Même si, de temps en temps, le conflit mémoriel l’opposant à la figure d’un Jaurès érigé au rang du plus républicain des hommes de gauche réactive celle d’un Guesde réinventé au présent. Il sert d’adversaire fictif qu’il convient de condamner en analogie d’un courant rival trop sectaire. Il serait alors pour cette mémoire vive d’un socialisme français au milieu du gué un « anti-Jaurès2 ». Il incarne l’intransigeance révolutionnaire. « Le réformisme fait face à la radicalité, la République à la Revanche, le Caporalisme à la liberté3 » Ce dualisme entre ces deux figures s’inscrit dans la longue lignée des binômes servant à codifier les lignes de clivage à gauche4.

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • Fondation Jean Jaurès - Jaurès et Guesde : « les deux méthodes »

    « Les deux méthodes » est le nom célèbre donné aux allocutions contradictoires prononcées par Jean Jaurès et Jules Guesde le 26 novembre 1900 à l’hippodrome de Lille, devant 8000 personnes. Aux lendemains de l’Affaire Dreyfus, les dissensions sont apparues au sein du mouvement socialiste, entre les tenants d’une défense républicaine et ceux pour qui la lutte de classe passe avant tout autre sujet. Quelles sont ces divergences ? Leur postérité ? Que nous disent-elles aujourd’hui ? Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes, et Jean-Numa Ducange, auteur d’une réédition commentée de ces discours en 2014, livrent, cent vingts ans après, des éléments de réponse dans un dialogue pour la Fondation Jean-Jaurès.