Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2018

Slate - Et si à Calais, comme à Notre-Dame-des-Landes, naissait un nouveau monde?

La venue de Macron à Calais a encore empiré les relations avec nombre d'associations, qui lui reprochent sa politique migratoire. Mais cet affrontement dépasse peut-être cette question pour dire quelque chose sur le monde que l'on veut.

Emmanuel Macron est venu en personne, à Calais, donner un grand coup de pied dans la fourmilière. Histoire de voir. De juger des effets de son coup de force sur le climat de tension qui pèse entre les autorités et les quelque 500 migrants revenus en ville, dans l’espoir de trouver un passage pour l’Angleterre.

Le chef de l’État ne livre pas les noms de ceux qu’il accuse de «mensonges» et de «manipulations», mais dans l’assistance qui se presse à son discours, le 16 janvier, dans les locaux de la gendarmerie de Calais, personne n’ignore qu’il vise directement les associations locales d’aide aux migrants. À commencer par les plus connues: l’Auberge des Migrants, Utopia 56, Salam, et les antennes régionales du Secours catholique et de Human Rights Watch, toutes soupçonnées de chercher à contrecarrer la politique migratoire du gouvernement.

Lire la suite
_________________
_________________

06/06/2017

Le ministre de l’intérieur envoie des policiers supplémentaires à Calais et adopte une ligne dure anti-migrants Par Maryline Baumard Gérard Collomb a présenté dans « Le Parisien » ses priorités et en particulier sa volonté de mettre en œuvre une politiq

Le Monde Par Maryline Baumard

Gérard Collomb a présenté dans « Le Parisien » ses priorités et en particulier sa volonté de mettre en œuvre une politique répressive en matière migratoire.

Face à l’afflux de migrants à Calais, le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb joue le tout répressif et annonce avoir envoyé ce jour « trois unités supplémentaires de forces mobiles, soit plus de 150 policiers et gendarmes (…). Notre priorité, ajoute-t-il, c’est que Calais et le Dunkerquois ne demeurent pas des lieux de fixation et que les jungles ne s’y reconstituent pas. » C’est dans les colonnes du Parisien que le locataire de la Place Beauvau a choisi de divulguer ses priorités, au rang desquelles la gestion des migrants tient bonne place.

Lire la suite
__________________
__________________

15:45 Publié dans Article du jour | Tags : collomb, migrant, calais | Lien permanent