Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2017

Le Lab - Le fatalisme de Kalfon sur le tournage de Baron Noir au siège du PS : "On sert de propre décor à nos turpitudes"

Après deux débâcles électorales à la présidentielle puis aux législatives, le Parti socialiste doit affronter les conséquences financières qui en découlent. Et le tournage en cours de la saison 2 de Baron Noir au siège de la rue de Solférino, à Paris, doit permettre au PS de renflouer ses caisses de "quelques milliers d’euros"… en attendant les possibles vente ou hypothèque du bâtiment, envisagées par le trésorier Jean-François Debat.

Lire la suite
__________________
__________________

01/03/2016

Le plus vertigineux dans «Baron noir», c'est que tout était vrai

C’est une œuvre d’art et de vertige qui aura tiré sa révérence, lundi 29 février, avec la diffusion sur Canal+ des deux derniers épisode de Baron noir, cette fiction politique où tout est vrai. On a attendu la fin de la saison 1 pour le dire, parce que spoiler est une méchanceté facile, mais enfin, voici: tout est vrai, et là est le vertige. Tout est vrai ou plutôt, tout est traçable, compréhensible, tout ce qui trame l’odyssée de Philippe Rickwaert, député et maire de Dunkerque qui va passer huit heures de feuilleton à éviter la prison et la honte pour y aboutir finalement, ayant au passage fait tomber un président de la République, Francis Laugier, qui avait été son ami… Tout ce qui trame cette odyssée, donc, exception faite de sa conclusion provisoire –un président français poussé à la démission, hérésie ou rêve fantasmatique des journalistes– est une transposition de la simple vérité.

Lire la suite
__________________
__________________

16:40 Publié dans Tribune | Tags : baron noir | Lien permanent