Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2014

L'actualité des socialistes du 24 au 30 novembre (mise à jour)

A la une

20 minutes - A Paris, des «frondeurs» PS dialoguent avec des militants déboussolés

Appels à la mobilisation à gauche et contre l'austérité, mais aussi de nombreux témoignages de militants déboussolés: Benoît Hamon, Aurélie Filippetti et des "frondeurs" du PS se sont réunis samedi dans un gymnase parisien pour préparer 2017.

LCP - Réunion samedi du collectif "Vive la gauche" avec Hamon et Filippetti

Le collectif "Vive la gauche", principalement des "frondeurs" du PS, se réunit samedi à Paris, en présence notamment des anciens ministres Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, pour s'ouvrir davantage aux "déçus de la gauche" dans la société et ne plus, selon ses organisateurs, se cantonner à l'action parlementaire

29 et 30 novembre

Le Figaro - Jean-Christophe Cambadélis propose un débat à Nicolas Sarkozy

Les socialistes ne se sont pas bousculés au portillon pour commenter samedi soir la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP. Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis s'est cependant fendu d'un tweet, dans lequel il note que Nicolas Sarkozy a été «mois bien élu que prévu».

MLyon - Le PS du Rhône condamne les débordements en marge de la manif contre le FN à Lyon

Ce samedi après-midi, alors que le Front National organisait son congrès à la Cité Internationale, une manifestation partait de la place Jean-Macé pour dénoncer la banalisation du parti.
En marge de ce mouvement contestataire, des débordements se sont produits : abribus et commerces vandalisés, charges des CRS…
Le Parti Socialiste, dont certains membres défilaient aux côtés du collectif de vigilance contre l’extrême-droite, a décidé de condamner ces actes.

Yagg - Rémi Féraud: «La “Manif pour tous” a été le vecteur de l’homophobie, quoi qu’elle en dise»

 

D'allure discrète, Rémi Féraud est l'un des hommes-clés de la mandature d'Anne Hidalgo à Paris. Yagg vous propose d'en savoir plus sur lui.

BFMTV - Quand Martine Aubry fait un pas de plus dans la bataille interne du PS

Martine Aubry, la maire de Lille, va déposer une contribution dans le cadre de la préparation du prochain Congrès du Parti socialiste, programmé en juin 2015. Une façon pour l’ancienne Première secrétaire du PS et ses proches de porter leurs idées. Avant de viser plus haut?

28 novembre

Le Monde - Le prochain congrès du PS sera organisé début juin 2015

.... L’un des enjeux politiques du congrès à venir est la capacité à s’unir de toutes les sensibilités critiques du PS. S’ils veulent peser contre les partisans de la politique gouvernementale et de l’axe Hollande-Valls, l’aile gauche du parti, les proches des anciens ministres Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, comme les amis de Martine Aubry, doivent s’entendre pour faire bloc.

27 novembre

Libé - René Dosière dénonce un «recul important des pouvoirs de contrôle des députés»

Le député socialiste s'indigne de l'allongement du délai de réponse du gouvernement aux questions des élus, dénonçant la «désinvolture» de l’exécutif.

Le Lab - Pour Valérie Rabault, Montauban a des airs de dictature après l'expulsion d'un journaliste du conseil municipal

#DeniDeDemocratie- Après l'évacuation musclée d'un journaliste au conseil municipal de Montauban mardi 25 novembre, la socialiste Valérie Rabault dénonce un "déni de démocratie" dans cette ville dirigée par la maire UMP Brigitte Barèges, membre de la Droite Populaire.

Paris Match - "La gauche ne doit pas mourir" Liêm Hoang-Ngoc, socialiste affligé mais remonté

L’économiste Liêm Hoang-Ngoc et le professeur de science politique Philippe Marlière publient «La gauche ne doit pas mourir», à la fois réquisitoire contre la politique du gouvernement et appel à la construction d'une véritable alternative à gauche.

26 novembre

Blog Mediapart - Gérard Filoche: "Un gouvernement Cambadélis, Laurent, Cosse, Mélenchon, vite !"

Gérard Filoche est un homme en colère. Membre du bureau national du PS, il critique durement l'orientation économique du gouvernement, incarné selon lui par le premier ministre, Manuel Valls. Souhaitant revenir à l'élan insufflé par le discours du Bourget, cet infatigable militant qui se considère toujours comme "socialiste", appelle de ses voeux un nouveau temps du quinquennat. Marqué à gauche, bien sûr, avec la présence des écologistes et des communistes.

Le Lab - Pour répondre à Valérie Trierweiler, le député PS Eduardo Rihan Cypel souhaite que Hollande raconte lui-même son histoire

IDEE DU JOUR - François Hollande bientôt auteur d'un best-seller ? C'est ce à quoi l’encourage le député PS de Seine-et-Marne, Eduardo Rihan Cypel. Interviewé ce mardi 25 novembre par #DirectPolitique sur le succès de Valérie Trierweiler en tournée promotionnelle à l’étranger, le porte-parole du parti socialiste a exprimé son souhait de voir le président de la République raconter "aussi lui-même son histoire". L'élu prend "très au sérieux les effets de ce que dit Mme Trierweiler sur le président de la République".

Le Point- Prisons : la promesse politique qui ne sera jamais tenue

Le président PS de la commission des Lois, Jean-Jacques Urvoas, rend public un rapport au vitriol sur l'emprisonnement individuel en France.

L'Obs - Lepetit (PS) appelle une partie de la gauche à moins "débiner" le gouvernement

Annick Lepetit, porte-parole des députés socialistes, a critiqué mardi ceux qui à gauche passent du temps à "débiner" l'action du gouvernement, en faisant allusion à Aurélie Filippetti au sujet de Florange.

FranceTVinfo - Manuel Valls veut faciliter le retour des Français vivant à l'étranger

Le Premier ministre a chargé Hélène Conway-Mouret, ex-ministre des Français de l'étranger, de faire des propositions pour inverser la tendance et faire revenir les Français expatriés.

Le Monde - La fuite d'un rapport prônant une modification des 35 heures irrite le PS

Les hiérarques socialistes montent au créneau. Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, a assuré, lundi 24 novembre, qu’il n’y aurait pas en France de remise en cause des trente-cinq heures. Une réaction à des informations parues dans le magazine allemand Der Spiegel assurant qu’un assouplissement des trente-cinq heures et un gel des salaires sur trois ans en France figuraient parmi les propositions d’un rapport sur la croissance commandé par Paris et Berlin.

25 novembre

Le Monde - A Florange, la « visite Potemkine » de François Hollande

Le président qui, malgré les apparences, tient ses promesses. Ou, du moins, qui fait tout pour ne pas trop les bafouer. C’est la posture qu’a résolument adoptée François Hollande, et le message qu’il entendait diffuser, lundi 24 novembre, à l’occasion de son troisième déplacement à Florange (Moselle) en un peu plus de trois ans.

Le JDD - Quatre questions sur une primaire à gauche

Ces dernières semaines, le débat sur l’opportunité d’une primaire pour l’élection présidentielle de 2017 a été relancé à gauche. Malgré son impopularité record, François Hollande ne rejette pas d’emblée l’idée d’une primaire. Questions sur un processus qui n’est plus si improbable.

Le Figaro - 35 heures : pour le PS, un totem qu'on ne touche pas impunément

Cela tient du réflexe de Pavlov. À la seule évocation des 35 heures, la gauche monte sur ses ergots pour défendre ce qu'elle considère comme sa dernière grande réforme sociale, pourtant largement assouplie depuis sa création par Martine Aubry il y a bientôt quinze ans. Sans surprise, le rapport franco-allemand dévoilé par Der Spiegel et prônant un assouplissement des 35 heures dans de nombreux secteurs a provoqué une levée de boucliers orchestrée en trois temps au PS et sur sa gauche.

Les Echos - Florange, ce marqueur ambigu du quinquennat de François Hollande

Dans la vallée de la Fensch, le président a martelé que ses engagements du printemps 2012 avaient été tenus. Un constat que certains ne partagent pas, à l'instar de la députée PS de la Moselle, Aurélie Filippetti.

Marianne - PS : la machine à transformer les ouvriers en tristes "technos"

Edouard Martin, eurodéputé PS et ex-syndicaliste CFDT, a estimé, ce matin sur France inter, que les trente nouveaux CDI sur le site de Florange sont un signal "plutôt positif" et traduisent une reprise de "la dynamique des embauches". Il est loin le leader ouvrier qui n’hésitait pas à qualifier de "traître" le gouvernement Ayrault. Désormais, il s'exprime comme un parfait technocrate.

Paul Alliès - Maupassant à Solférino

 

La direction du Parti socialiste vient d'adopter une "Charte des socialistes pour le progrès humain". C'est un texte de dix pages qui prétend faire la synthèse de 5600 contributions. Il sera adopté par un vote des militants puis par les Etats Généraux réunis le 6 décembre à Paris. Tant sur la forme que sur le fond, le compte n'y est pas. Voilà un texte qui procède plus d'un exercice littéraire que de l'écriture d'une nouvelle perspective politique. Maupassant plutôt que Jaurès.

24 novembre

L'Obs - Légalisation du cannabis : la position de Mme Touraine est rétrograde et manque de courage

LE PLUS. Un éternel débat. Cette semaine, Marisol Touraine, la ministre de la Santé s'est dit opposée à un changement de la loi concernant le cannabis. Plus tôt, une députée PS avait préconisé une légalisation contrôlée dans la sphère privée. Quelle solution choisir ? Le décryptage de Jean-François Hauteville, médecin addictologue.

RTL - Kader Arif serait inquiété par une autre affaire, à Paris

Le "Journal du Dimanche" croit savoir que les affaires de favoritisme qui inquiètent l'ex-secrétaire d'État aux anciens combattants s'étendraient jusqu'à Paris.

France 3 - Philippe Saurel, maire de Montpellier veut deux capitales régionales ?

Quelle capitale régionale pour la nouvelle région englobant Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ? L'annonce officielle de la fusion date de deux jour et, le maire de Montpellier affirme d'ores et déjà ne pas vouloir jouer les potiches. Tout en prônant la complémentarité.

France 3 - Pascal Cherki, député PS : "Je n'écarte pas l'idée d'une primaire même si François Hollande veut se représenter"

Pascal Cherki était l'invité de Samedi Politique à midi sur l'antenne de France3 Ile-de-France. Le député PS de Paris est plutôt favorable à une primaire à gauche pour l'élection présidentielle même si François Hollande devait se représenter.