Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2013

La Vie des idées - Réduire la dette publique, une priorité ? par Henri Sterdyniak

La priorité est, nous dit-on, de réduire les dettes publiques, pour rétablir la confiance, faire baisser les impôts, relancer la croissance. Selon H. Sterdyniak, une politique générale de restriction budgétaire se traduirait au contraire par une chute de la production, une baisse des recettes fiscales, une dégradation du ratio d’endettement, sans pour autant rassurer les marchés. La crise n’en serait que prolongée.

La crise des années 2008-2012 ne provient pas de la hausse excessive des dépenses, des déficits ou des dettes publics. En 2007, le solde public de l’ensemble des pays de l’OCDE ne présentait qu’un déficit de 1,3% du PIB ; celui de l’ensemble des pays de la zone euro de 0,7%. Les dettes publiques étaient stables, à 40% du PIB pour la dette nette de l’ensemble des pays de l’OCDE (Voir Mathieu et Sterdyniak, 2019). Mais la crise a provoqué une forte hausse des déficits et dettes publics puisque les États ont dû intervenir pour sauver les systèmes financiers, pour soutenir l’activité et ont enregistré une forte baisse de leurs recettes fiscales. La plupart des pays développés ont connu une hausse de leur dette publique nette de l’ordre de 30 points de PIB. En 2012, les déficits des États-Unis et du Royaume-Uni restent de 8,5% du PIB, celui du Japon de 10%, dans la zone euro, le déficit moyen est de 3,3% du PIB, mais il dépasse 6% en Grèce, 8% en Irlande et en Espagne.

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : sterdyniak, ofce, vie des idees | Lien permanent

07/11/2012

Libé - Henri Sterdyniak «Ces choix ont été catastrophiques pour une partie de l’Europe»

Henri Sterdyniak, de l’Observatoire français des conjonctures économiques, s’inquiète de l’impact de mesures similaires dans toute la zone euro : Recueilli par Vittorio de filippis

Pour Henri Sterdyniak, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le «Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi» provoquera plus de mal que de bien.

En quoi le gouvernement fait-il fausse route lorsqu’il décide d’améliorer la compétitivité des entreprises ?

Faut-il rappeler que nous sommes dans une zone euro en récession ? Depuis 2011, tous les pays qui ont adopté la monnaie unique ont mis en place des politiques restrictives. On en connaît les conséquences : une demande atone, des entreprises qui ont des capacités de production inemployées et qui n’ont absolument pas besoin de faire le moindre investissement, et des profits en baisse. Ce sont essentiellement ces enchaînements-là qui expliquent la chute du taux de marge des entreprises en France et ce depuis le début de la crise, en 2007.

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

10:10 Publié dans Réflexions | Tags : sterdyniak, ofce | Lien permanent