Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parti socialiste - Page 6

  • Proche-Orient : L'urgence est de recréer les conditions d'un processus de paix

    Mardi 11 mai 2021

    Après des semaines d’escalade des tensions, les heurts de ces derniers jours entre civils palestiniens et policiers israéliens à Jérusalem-Est, suivis de tirs de roquettes sur Israël et de frappes en représailles sur Gaza, ont causé la mort d’au moins trente Palestiniens, dont 9 neufs enfants, et blessé un demi-millier d’autres. Ces violences témoignent d’un nouvel épisode meurtrier dans la crise du Proche-Orient et rappellent l’urgence d’une relance sérieuse d’un processus de paix.

    En ces nouvelles journées tragiques pour les peuples palestinien et israélien, le Parti socialiste se joint à la condamnation du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, et du Quartet, qui rappellent aux dirigeants des deux parties leurs responsabilités d’agir contre les extrémistes de tous bords, lesquels incitent à la haine et à la violence. 

    Alors que l’ONU et le Quartet ont également condamné les projets d’expulsion de familles palestiniennes des quartiers de Cheikh Jarrah et Silwan à Jérusalem-Est, à l’origine de l’escalade actuelle des violences, le Parti socialiste appelle l’ONU à s’engager fermement pour empêcher cet énième acte de déploiement de colonies sur un territoire officiellement reconnu comme occupé.

    Le Parti socialiste réaffirme sa position pour une résolution du conflit israélo-palestinien et pour une solution à deux États, vivant côte à côte en paix et en sécurité, conformément aux paramètres du droit international et des accords établis. 

    Après la présidence de Donald Trump qui avait envenimé la situation, le Parti socialiste attend de celle de Joe Biden qu’elle contribue à rétablir les conditions d’un retour constructif aux négociations pour une paix durable. Cela exigera également qu'en Israël et en Palestine, les institutions ne soient plus otages de forces régressives, ou qui alimentent le rejet et la haine, au détriment des citoyens des deux pays favorables au dialogue et à la réconciliation, pleinement respectueux du bon fonctionnement de la démocratie et de l’État de droit. 

    Le Parti socialiste attend également de l’Union européenne qu’elle assume pleinement ses responsabilités politiques avec l’ONU, ses partenaires des États arabes et les États-Unis, pour bâtir une nouvelle initiative. Dans cet objectif, il réitère son souhait que la France agisse avec d’autres États membres européens en faveur de la reconnaissance de l'État de Palestine aux contours prévus par les résolutions du conseil de sécurité de l'ONU.

  • Communiqué du Bureau national du Parti socialiste

     Mardi 11 mai 2021

    Après l’assassinat de Stéphanie Monfermé et le meurtre d’Eric Masson, et dans un contexte d’agressions répétées contre les policiers dans l’exercice de leurs fonctions, le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, accompagné d’une délégation du Bureau national et des groupes de l’Assemblée nationale et du Sénat, se rendra à la marche blanche nationale et citoyenne à l’appel unitaire des syndicats de police.

    Par cette participation, le Parti socialiste exprimera son attachement et son soutien plein et entier à la police républicaine. Il s’associera aux revendications portant sur l’amélioration des conditions de travail des policiers et des forces de l’ordre. Il réaffirmera la nécessité que notre État de droit évalue notre chaîne pénale et s’assure qu’elle réponde efficacement aux violences qui frappent les forces de l’ordre et, plus généralement, l’ensemble de celles et ceux qui assurent un service public auprès de la population.

  • France 2 | Olivier Faure dans « Les 4 Vérités »

    Ce matin, Olivier Faure était l’invité des « 4 vérités » avec Caroline Roux sur France 2 à l'occasion des 40 ans de l'élection de François Mitterrand.

  • Débrief du #LiveDuProjet​​​ sur la justice écologique !

    A la veille du 4ème #LiveDuProjet, c'est l'heure de voir ou revoir le Débrief du dernier Live sur la justice écologique Retrouvez la conclusion d'Olivier Faure et Boris Vallaud sur cette soirée riche en échange !

  • Libé - En Bretagne, la guerre de succession des héritiers de Le Drian

    Rassemblée derrière le ministre en 2015, qui a depuis rejoint Emmanuel Macron, la majorité bretonne affronte le scrutin du 20 juin divisée. D’un côté, le socialiste Loïg Chesnais-Girard, de l’autre Thierry Burlot et sa liste d’union LREM-Modem-UDI.

    L’atypique attelage breton, qui continuait d’associer socialistes et marcheurs, a fini par éclater. La majorité rassemblée par Jean-Yves Le Drian pour les régionales de 2015, déjà fragilisée depuis son ralliement à Macron en 2017, est désormais scindée en deux groupes. Elle avait tenu tant bien que mal, soudée par sa fidélité au «menhir», leader incontesté de la scène politique régionale depuis 2004, mais deux de ses fidèles se disputeront la tête de la Bretagne les 20 et 27 juin : le président sortant, Loïg Chesnais-Girard, sous bannière socialiste, et son vice-président à l’environnement, Thierry Burlot, sous étiquette LREM-Modem-UDI. Un divorce«à des choix de tactiques nationales, pilotés par Paris et guidés par 2022», dénonce le premier.

    Lire la suite
    _____________________
    _____________________

     

  • Libé - Henri Weber, «de la révolte à la réforme»

    En replay sur le site de France 5

    Si la vie de Henri Weber, décédé l’an dernier du Covid, pouvait tenir en quelques mots, le titre du portrait, que lui consacrent son épouse Fabienne Servan-Schreiber et le documentariste Patrick Rotman, a la concision de la formule bien troussée : Henri Weber, le rouge et la rose. Ou comment une ancienne figure révolutionnaire de mai 1968 deviendra à l’orée des années 80, l’une des têtes pensantes d’un PS en plein virage social-libéral, sous la houlette du jeune Laurent Fabius (alors fraîchement nommé Premier ministre de François Mitterrand) dont il sera un fidèle compagnon de route pendant plus de trente ans. Soit l’histoire d’une «génération passée de la révolte à la réforme».

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

     
  • L'Express - Boris Vallaud : "Je prône une rupture avec le monde tel qu'il va, ou plutôt qu'il ne va pas"

    Le député socialiste des Landes, qui publie son essai Un Esprit de résistance, revient pour L'Express sur le leg de Mitterrand, l'état de la gauche et du socialisme.

    À l'occasion de la sortie de son essai Un Esprit de résistance (éd. Flammarion), qu'il décrit lui-même davantage comme un "manifeste", le député socialiste des Landes, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée (sous François Hollande), revient pour L'Express sur l'héritage laissé par François Mitterrand, les causes du délitement de la gauche, et l'horizon vers lequel elle devrait tendre pour espérer revenir au pouvoir.  

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________