Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2018

Nos causes communes : Atelier "Que reste-t-il du clivage gauche-droite ?"

avec - Rachid Temal, sénateur, secrétaire national du PS - Lenny Benbara, directeur de la publication "Le vent se lève" - Pierre Dharréville, député PCF - Christian Proust, ancien président MRC du conseil général du Territoire de Belfort. Le clivage gauche-droite s'est installé dans la vie française depuis la Révolution française et a survécu à de nombreuses crises. En 2017, l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République a pourtant semblé consacrer son extinction. Mais le clivage a-t-il réellement disparu ou bien est-il en cours de redéfinition ? Comment la Gauche peut-elle se définir au XXIème siècle ?

Nos causes communes - Atelier "la souveraineté populaire face au marché"

14/09/2018

Huffington Post - Européennes 2019: sondage inquiétant pour LREM, alarmant pour Les Républicains et désastreux pour le PS

..... A huit mois de l'élection, qui sera le premier scrutin intermédiaire du quinquennat en France, LREM et le RN devancent Les Républicains (14%), La France insoumise (12,5%).

Suivent Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan (6%), Europe Ecologie-Les Verts (5%) devant le PS (4,5%), le parti Générations de Benoît Hamon (4%) et les centristes de l'UDI (3%).

Lire la suite
_________________
_________________

18:14 Publié dans Sondages | Tags : ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

PS - Le chemin du progrès social passe par la mise en place du revenu de base.

Hier, dans une tribune parue dans le journal Le Monde 19 présidents socialistes de département demandent un projet de loi d’expérimentation du revenu de base dans le « plan pauvreté ».

Le Parti socialiste soutient cette démarche et demande au gouvernement de s’engager à adopter rapidement un texte législatif permettant sa mise en œuvre rapide. Près de 9 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, nous ne pouvons plus attendre pour améliorer notre système de solidarité et apporter de nouvelles réponses aux changements de la société.

Le revenu de base est un outil plus efficace, car il permet d’apporter une réponse au non recours aux prestations sociales (environ 35 % pour le seul RSA), et aux jeunes de moins de 25 ans (majoritairement exclus du RSA).

Il est un outil plus juste, car il répond également à la précarité de nombreux travailleurs qui touche de plus en plus certains métiers, comme les agriculteurs, en apportant un complément de ressources qui leur permette de maintenir leur activité dans les années difficiles.

Il est un outil plus moderne, car il permet de soutenir les parcours personnels d’insertion et d’engagement de chacun.

Une solidarité plus efficace, plus juste et plus moderne, c’est la proposition du Parti socialiste, portée par ces départements.

13/09/2018

Réaction du Parti socialiste au « plan pauvreté » du gouvernement

Toutes les actions menées pour aider nos concitoyens les plus pauvres sont à saluer et c’est le cas d’un certain nombre de mesures du « plan pauvreté » du gouvernement. Mais si ce plan va dans le bon sens, les moyens ne sont clairement pas à la hauteur de l’enjeu et marquent le manque d’ambition de cette majorité pour lutter contre la pauvreté.

L’arbuste des 8 milliards d’euros en 4 ans du plan pauvreté, dont 4 milliards qui sont du redéploiement, cache mal la forêt des 16 milliards d’euros de coût de la suppression de l’ISF et des 8,9 milliards de la « flat tax », soit un total de près de 24,9 milliards d’euros pour le « plan richesse » du quinquennat.

Comme le dit l’Observatoire des inégalités : « 2 milliards d’euros par an pour 9 millions de pauvres, 3 milliards par an pour 300 000 assujettis à l’ISF. La France fait des choix. » 8 milliards sur 4 ans, c’est 62 centimes par personne pauvre par jour : c’est sûr que ce n’est pas un « pognon de dingue ».

Le nouveau monde a-t-il tout inventé ? L’extension à 50 nouveaux territoires du dispositif « Zéro chômeurs de longue durée » est une heureuse reprise de l’innovation et de l’expérimentation engagées par les députés socialistes lors du précédent quinquennat. L’extension de la Garantie jeunes est la reconnaissance de l’efficacité de ce dispositif conçu et porté par les socialistes européens. L’élargissement de la CMU complémentaire est une mesure utile qui consolide une politique publique initiée lors de la précédente législature.

Le revenu universel d’activité annoncé comme une grande nouveauté par le président de la République n’est que le revenu de base que 19 départements socialistes demandent d’expérimenter depuis 1 an ! Et nous demandons son extension aux jeunes.

Ce plan pauvreté intervient hélas par ailleurs dans un premier bilan de ce gouvernement : comment faire en même temps l’accompagnement renforcé des bénéficiaires du RSA vers l’emploi et supprimer des milliers de postes à Pôle emploi ? Quelle cohérence à développer plus de contrats par l’insertion économique et en même temps supprimer des centaines de milliers d’emplois aidés ? Quelle logique à annoncer un plan pauvreté lorsque l’on baisse les APL dont un tiers des bénéficiaires vit sous le seuil de pauvreté ? Quelle sincérité dans l’annonce d’un plan pauvreté lorsque l’on décide de geler les aides sociales ? Comment prétendre se préoccuper de nos aînés les plus démunis quand – en même temps – le gouvernement ponctionne la CSG des retraités modestes et refuse de revaloriser le minimum retraite des agriculteurs ? Les effets de la politique d’Emmanuel Macron aggravent la pauvreté depuis 1 an.

11/09/2018

Nos Causes Communes - Discours d'ouverture de l'université de rentrée de Nora MEBAREK

Le Monde - Les députés socialistes vont à nouveau s’appeler… socialistes

Les trente élus socialistes de l’Assemblée nationale s’étaient choisis l’étiquette Nouvelle Gauche, depuis juin 2017.

Serait-ce le signe d’une fierté retrouvée ? En cette rentrée, les députés socialistes vont retrouver l’Assemblée nationale dans le groupe… socialiste. Les trente élus, qui s’étaient accolés, depuis juin 2017, l’étiquette Nouvelle Gauche, sont sur le point de changer de nom et de renouer avec leur dénomination historique, abandonnée sans grande protestation à la suite d’élections législatives calamiteuses.

Lire la suite
________________
________________

L'Obs - Au PS, Maurel tenté par Mélenchon : "Les ruptures, parfois ça fait du bien"

Le PS risque de perdre son aile gauche. Son leader, Emmanuel Maurel, est de plus en plus tenté par Jean-Luc Mélenchon. Confidences
 
C’est le choix le plus difficile de sa longue vie politique. Emmanuel Maurel est tombé dans la marmite socialiste à l’adolescence. Et aujourd’hui, il se pose "des questions existentielles", il est "dans une hésitation stratégique". Doit-il rester au PS ? Partir chez les Insoumis ? La tentation Mélenchon est grande. Les deux hommes sont amis, ils aiment discuter ensemble et ont milité pendant des années à l’aile gauche du PS.
 
Lire la suite
_________________
_________________

L'actualité des socialistes du 1er au 6 septembre

ECOLE

Fondation Jean Jaurès,Jérôme Fourquet, Iannis Roder  - L’école, catalyseur de la fragmentation de la société française

En dépit de sa vocation égalitaire, l’école de la République est concernée au premier chef par la persistance, voire le renforcement d’une fracture sociale qu’elle ne parvient pas à résorber. En cette veille de rentrée scolaire, Iannis Roder et Jérôme Fourquet montrent en quoi l’école est un terrain privilégié pour observer les divers processus de fragmentation de la société française.

I - Quand la fracture sociale s’invite à l’école 

L’enquête internationale PISA de 2015 a une nouvelle fois fait ressortir certaines spécificités du système éducatif français. Parmi tous les pays de l’OCDE, c’est en effet en France que la corrélation entre le niveau social des parents et les performances scolaires des élèves est la plus forte. Alors que notre pays affiche l’un des budgets les plus importants pour l’éducation des pays développés, le déterminisme social pèse toujours très fortement sur la trajectoire scolaire des enfants.

MOUNK

La Croix - La montée du populisme est-elle inéluctable ?

La présidence de Donald Trump, d’hommes forts en Russie, en Turquie et au Venezuela, l’émergence et l’élection de partis populistes en Europe, comme en Hongrie et en Italie, dessinent un phénomène mondial. Le politologue Yascha Mounk, engagé dans le think tank New America, analyse les causes structurelles du phénomène et propose des solutions pour le contrer.

Entretien avec Yascha Mounk, professeur de théorie politique à l’université Harvard (1)

MONNAIES

France Culture - Eté meurtrier pour les monnaies

Livre turque, bolivar vénézuélien, rial iranien... Autant de monnaies qui semblent en proie à la folie, qui ont fait la Une de l'actualité cet été, et qui font l'objet de cette première table ronde dans Entendez vous l'éco.

Ce fut un été particulièrement meurtrier pour les monnaies. Le 25 juillet dernier, en pleine torpeur estivale, le président du Venezuela nouvellement réélu, Nicola Maduro, annonce qu’il va supprimer cinq zéros de la monnaie nationale, le bolivar. A l’autre bout du globe, la République islamique d’Iran, est en proie à des manifestations monstres. Depuis que le Donald Trump, a annoncé le rétablissement des sanctions américaines envers l’Iran en mai dernier, la monnaie officielle, le rial, a perdu les deux tiers de sa valeur, provoquant une insoutenable hausse des prix. Non loin de là, la Turquie, elle aussi enferrée dans un bras de fer diplomatique avec les Etats-Unis, traverse une crise économique et sociale historique, avec une inflation frôlant désormais les 20%.

PS

20 minutes - Emmanuel Maurel et l'aile gauche du PS vont-ils rejoindre Jean-Luc Mélenchon?

Emmanuel Maurel ne s’en est jamais caché, il est resté proche de Jean-Luc Mélenchon malgré son départ du Parti socialiste il y a dix ans. Pas étonnant de voir le leader de l'aile gauche du PS inviter son ami à prendre la parole lors de l’université de rentrée de son club, Nos causes communes, ce dimanche à Marseille......

« Tout nouveau départ affaiblirait le PS, regrette Laurent Baumel, ancien frondeur. Le rapprochement avec Mélenchon ne doit pas se faire par ralliement, mais dans un processus d’alliance globale avec le PS, Hamon, les écologistes ». L’ancien député prévient : « Mélenchon semble osciller entre deux stratégies, qui sont probablement le reflet d’un débat interne au mouvement : offrir une alternative à Macron dans l’unité à gauche et avoir une attitude radicale pour s’assurer l’hégémonie à gauche ».

France Info - Nomination de François de Rugy : "La réponse n'est franchement pas à la hauteur", déplore Olivier Faure

Invité sur franceinfo, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a estimé mercredi sur franceinfo, que la nomination de François de Rugy au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire "n'était franchement pas à la hauteur" de la situation environnementale.

Olivier Faure, Premier secrétaire du PS, a estimé, mercredi 5 septembre sur franceinfo, que la nomination de François de Rugy au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire "n'était franchement pas à la hauteur" de la situation environnementale.

Le Figaro - Pendant que Macron s'enlise, le PS resserre ses rangs

La direction du PS a fait sa rentrée mardi soir à Paris dans une ambiance moins divisée que prévu. Les rangs socialistes se resserrent alors qu'Emmanuel Macron dévisse dans les sondages.

Mardi soir lors du bureau national de rentrée du PS, deux ténors se sont sérieusement accrochés: la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann et le maire du Mans Stéphane Le Foll. Deux interventions de colère. L'une menaçant sérieusement de quitter le parti si aucune clarification de ligne n'intervenait rapidement - Lienemann est plutôt favorable à une alliance avec Jean-Luc Mélenchon aux européennes et dénonce le retour de François Hollande - et l'autre lui répondant de partir, soulignant son ras-le-bol d'une menace permanente... Mais en dehors de ces mises au point, les autres interventions, une quinzaine en tout, se sont déroulées dans le calme.

LOTO

La Croix - « Il y a une inadéquation entre la mission d’État et le Loto du patrimoine »

Le loto du patrimoine, une bonne idée ? La réponse de Jean-Paul Ciret, codirecteur de l’observatoire de la culture de la Fondation Jean-Jaurès (1).

Ce qui permet de soutenir le patrimoine doit être considéré a priori d’un œil sympathique, mais l’idée de recourir à un jeu fait appel à tout un contexte qui rend méfiant. D’abord, c’est une très vieille idée, que l’on voit ressurgir périodiquement. En 1914, quand on a créé la Caisse nationale des monuments historiques, on l’a tout de suite adossée à une taxe sur les jeux de hasard. Mais l’histoire montre que ce type de mesures ne dure jamais longtemps.

ORWELL

Non Fiction - Orwell, un socialiste inclassable

Dans ce court ouvrage , Kévin Boucaud-Victoire propose une synthèse des idées politiques d’Orwell. L’œuvre du romancier, en effet, est souvent envisagée d’un seul bloc comme une critique du totalitarisme. Cette critique est certes apparente dans La Ferme des animaux et 1984 ; cependant, on ne saurait réduire l’œuvre d’Orwell à ces deux ouvrages. De plus, le romancier se prête à des lectures partisanes et simplificatrices : à gauche comme à droite de l’échiquier politique, Orwell est souvent « récupéré » par ses commentateurs. La droite libérale voit ainsi en lui un pourfendeur du communisme stalinien, en oubliant la radicalité de ses positions et le fait qu’Orwell était socialiste – sympathisant du mouvement travailliste anglais et anti-impérialiste. Quant à la gauche, stalinienne ou progressiste, elle a reproché à Orwell son attachement aux traditions et l’a accusé d’avoir dénoncé aux autorités anglaises des militants communistes. S’il est vrai qu’Orwell a dénoncé le totalitarisme stalinien – au point que La Ferme des animaux, satire virulente de la révolution bolchévique, a été publiée difficilement – il n’en a pas moins critiqué le capitalisme et construit son œuvre comme une défense des opprimés.

EUROPE

OFCE - Politique économique et économie politique dans l’UE après la crise

« Politique économique et économie politique dans l’UE après la crise ». Tel était le thème du 15e Colloque EUROFRAME sur les questions de politique économique dans l’Union européenne, qui s’est tenu le 8 juin 2018 à Milan. EUROFRAME est un réseau d’instituts économiques européens qui regroupe : DIW et IFW (Allemagne), WIFO (Autriche), ETLA (Finlande), OFCE (France), ESRI (Irlande), PROMETEIA (Italie), CPB (Pays-Bas), CASE (Pologne) et NIESR (Royaume-Uni). Depuis 2004, EUROFRAME organise chaque année un colloque sur un sujet important pour les économies européennes. Cette année, 25 contributions de chercheurs ont été présentées, dont la plupart sont disponibles sur la page web du colloque. Cette note fournit un résumé des travaux présentés et discutés lors du colloque.

L'EUROPE DU NORD

La Vie des Idées - Les dilemmes de l’Europe nordique

Les élections législatives du 9 septembre 2018 pourraient bouleverser le paysage politique en Suède. Le parti national-populiste menace les sociaux-démocrates. Les mutations de l’État-providence et l’immigration ont modifié en profondeur le paysage social et politique.

Depuis maintenant une vingtaine d’années, la situation politique dans les pays nordiques semble être devenue de plus en plus instable. Sans doute est-ce un constat plus marquant par contraste avec « l’oasis » de stabilité politique, à dominante social-démocrate, qu’a longtemps constitué cette région nordique. D’aucuns considéreront cependant qu’il faut remonter aux années 1970 pour comprendre les origines de cette déstabilisation progressive, avec l’avènement des partis du progrès danois et norvégiens [1], les premières dissensions sur le projet européen et les effets d’une conjoncture économique et idéologique profondément renouvelée.

AUTOCRATES

Telos - La punition économique des autocrates

Chavez et Maduro, Mugabe, Milosevic, les époux Kirchner et Erdogan (entre autres) ont en commun d’être des autocrates. Ils partagent aussi le privilège douteux d’avoir plongé leurs pays dans le chaos économique. Ils rejoignent une longue lignée de dirigeants trop sûrs de leur génie pour prendre des conseils et laisser des personnes compétentes s’occuper des questions économiques. Ce n’est d’ailleurs pas une loi du genre. Certains, malgré toutes les horreurs qu’ils perpétuent, ont parfois la sagesse de faire appel à des économistes compétents.

LES DONNEES

Non Fiction - Entretien avec Jérôme Denis à propos de son livre Le travail invisible

Jérôme Denis, professeur au Centre de sociologie de l’innovation de Mines ParisTech, se penche quant à lui, de manière originale, sur les données en amont de l’utilisation que l’on peut en faire, en se centrant sur leurs conditions de production et de transmission. Pour cela, il récapitule dans une première partie de son dernier ouvrage les résultats dégagés par toute une série d’auteurs, à partir de méthodes et de disciplines différentes, allant de l’ethnographie de laboratoire à celle de l’activité et du travail visible et invisible, en passant par l’anthropologie de la raison graphique ou encore les travaux portant sur les innovations managériales et administratives et leurs développements. Il restitue dans une deuxième partie les résultats de deux études de cas, portant, pour le premier, sur le traitement de dossiers clients dans une banque (soit le back-office des entretiens menés par les conseillers financiers) et, pour le second, sur les relations entre une start-up et l’administration de deux collectivités territoriales autour de la question des informations disponibles. Dans cet entretien, il revient sur les lignes directrices de son enquête.

IDENTITE

L'aurore - Par Laurent Bouvet - 31 Août 2018

Endiguer la progression de la peste brune

Manifestations violentes de l’extrême-droite en Allemagne, score historique en vue pour l’extrême-droite suédoise aux élections législatives du 9 septembre prochain, progression régulière de la cote de popularité du ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini et de son parti… Les nouvelles d’où qu’elles nous viennent en Europe annoncent toutes la même chose : la progression de l’extrême-droite. Une extrême-droite néo-populiste – développant la thèse d’une démocratie illibérale –, moderne, gestionnaire, assumant le pouvoir et désireuse de construire une Europe à sa main plutôt que d’un simple revival nationaliste nostalgique. Une extrême-droite plus déterminée et donc plus dangereuse que jamais politiquement.

10/09/2018

Nos Causes Communes : JL Mélenchon, Marseille, le 9 septembre

Jean-Luc Mélenchon, député France Insoumise, était l'invité de la rentrée de Nos causes communes, mouvement initié notamment par Emmanuel Maurel, le 9 septembre 2018.