Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2016

L'invité : Benoit Hamon - La Nouvelle Edition - 11/10/2016


L'invité : Benoit Hamon - La Nouvelle Edition... par lanouvelleedition

L'actualité des socialistes du 30 septembre au 6 octobre

A LA UNE : PAUL ALLIES

Paul Alliès - Et si les «Primaires citoyennes» étaient le début d’autre chose

Le Conseil national du PS a adopté ce dimanche 2 octobre une résolution (accompagnée d’un vade-mecum détaillé) pour l’organisation de « Primaires citoyennes ». Les conditions pourraient être réunies pour qu’elles ne restent pas au stade de l’opération pro-Hollande telle qu’imaginée par la direction du parti.
 
Les péripéties de l’idée même de Primaire chez les socialistes mériteraient un récit spécifique : entre le 7 juin 2015, quand la majorité du congrès de Poitiers l’enterre, en passant par le 10 janvier 2016, date de l’appel à « Notre Primaire » lancé par un collectif pluraliste,  jusqu’à une résolution du Conseil national du PS le 18 juin dernier, le cheminement de la direction Cambadélis aura été contradictoire et erratique. Disons qu’elle est passée de l’hypothèse même d’effacer les Primaires des nouveaux statuts du Parti dans un congrès extraordinaire, à la défense d’une Primaire a minima, réduite au périmètre improbable et restreint de la Belle Alliance Populaire. Le vote de ce dimanche ouvre une nouvelle séquence : les doutes sérieux qui pesaient sur l’organisation du scrutin ont été levés ; celui-ci est ouvert à toute la gauche tant pour ses éventuels candidats (jusqu’au 15 décembre) que pour ses électeurs (les 22 et 29 janvier 2017). La bataille opiniâtre menée par Christian Paul et la gauche du parti (essentiellement le courant « A gauche pour Gagner ») a donc fini par l’emporter. Les résistances de l’appareil, tout entier tourné vers la satisfaction des besoins changeants de François Hollande, ont bel et bien été vaincues.
 
MELANCOLIE
 
Libé - «Mélancolie de gauche», partis d’échecs Par Samuel Hayat Chargé de recherche au CNRS (Ceraps)
Manuel Valls l’a dit et répété : «La gauche peut mourir.» Le Premier ministre entend par là désigner le risque d’un échec électoral pour un parti dit socialiste, mais qui n’est plus rattaché à la gauche que par atavisme topologique. Cependant, cette mort serait peut-être le symptôme d’un phénomène plus profond : la difficulté de la gauche, c’est-à-dire des mouvements multiples luttant pour l’égalité, à se remettre d’une autre défaite. Cette défaite, c’est celle du socialisme réel qui s’est effondré à la fin des années 80, mais aussi celle des luttes révolutionnaires qui ont marqué le XXe siècle, dans le monde occidental, au sein même du bloc soviétique, et dans les combats anti-impérialistes du tiers-monde. Dès lors, ce qui peut mourir, qui est déjà mort, peut-être, c’est la perspective même de l’émancipation ; une perte dont on ne saurait entièrement faire le deuil et qui plonge aujourd’hui la gauche dans une impuissance mélancolique.

CHRISTIAN PAUL

LCI - Frondeur du PS : avec Valls, "le verbe a remplacé l'action"

TIEDE BILAN - Invité de "24 Heures en questions" sur LCI mardi soir, le député PS Christian Paul a éreinté le bilan de Manuel Valls. Ce "frondeur" socialiste fustige le bilan "tiède" du gouvernement et juge que la primaire devra trancher les désaccords de la gauche.

PRIMAIRE DE LA GAUCHE

Le Lab - Pour Cambadélis, si Hollande ne va pas à la primaire, "le PS explose"

Jean-Christophe Cambadélis souhaite que François Hollande soit candidat à la primaire de la BAP. Le soutien du Premier secrétaire du PS au président de la République est connu. Mais ce dimanche 2 octobre, le député de Paris va plus loin et conditionne la survie de son parti à la candidature du chef de l’État.

Public Sénat - Primaire de la gauche : un front anti-Hollande peut-il l’emporter ?

Un sondage donne Arnaud Montebourg vainqueur face à François Hollande à la primaire de la gauche. Le rassemblement des frondeurs, autour notamment de Montebourg-Hamon-Lienemann, se prépare.

« Le scenario n’est pas écrit. A la présidentielle, ce n’est jamais le scénario prévu 6 mois avant qui se réalise ». Marie-Noëlle Lienemann est remontée comme une pendule. La candidate à la primaire de la gauche, dont les modalités viennent d’être arrêtées, y croit. La gauche du PS pourraient réussir à « battre la ligne Hollande-Valls pour redonner une chance à la gauche d’être au second tour de la présidentielle » espère la sénatrice de Paris.

Libé - Montebourg (bien) candidat à la primaire

L'ancien ministre a confirmé dimanche sa candidature à la primaire de la Belle Alliance Populaire, dont les modalités d'organisation ont été précisées par le PS. Ce lundi, un sondage le donne vainqueur du scrutin.

FEKL

 
Il entend réunir « des jeunes, des intellectuels, des élus de toutes les tendances du Parti socialiste (PS), des sympathisants », pour « alimenter le débat public ». Le secrétaire d’Etat au commerce extérieur, Matthias Fekl, va lancer son propre mouvement « pour la vie des idées et des alternatives », baptisé « Movida », a-t-il annoncé au magazine L’Express
 
 
Matthias Fekl, secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, a lancé ce mardi 4 octobre au soir son propre mouvement destiné à "alimenter le débat public" d'ici à la présidentielle. Le jeune ministre, "très critique du social-libéralisme" pourra servir d'atout à un François Hollande en pleine quête de légitimation à gauche.
 
HOLLANDE
 
 
Bercy publie un rapport détaillant les hausses et les baisses d'impôts sur le quinquennat, en triant ce qui est imputable à l'administration actuelle, et ce qui l'est à celle de Nicolas Sarkozy.
 
 
Un intime de François Hollande envoie aux secrétaires fédéraux du PS un message appelant à soutenir la candidature du chef de l'État à la présidentielle 2017.
 
MACRON
 
 
Dans un débat avec Jean-François Kahn organisé par "Marianne", Emmanuel Macron se positionne sur le sujet de la laïcité, s'opposant vivement aux appels "à la discrétion" des musulmans de Jean-Pierre Chevènement et Manuel Valls. Il estime que la République est "ce lieu magique qui permet à des gens de vivre dans l'intensité de leur religion" et pense qu'un catholique pratiquant, par exemple, peut "considérer que les lois de la religion dépassent les lois de la République", "dans sa conscience profonde". Extrait.
 

« L’État doit donner plus de souplesse au marché du travail », « Le libéralisme est une valeur de gauche », « Le statut de fonctionnaire est de moins en moins défendable », « Il y a la politique des artisans et la politique des fainéants »… Qui a dit cela ? Emmanuel Macron.

Temps de travail, indemnisation chômage, statut des fonctionnaires, modèle social… Les auteurs décryptent la vision de l’économie et de la société française du jeune ex-ministre (38 ans) et montrent que, derrière un discours qui s’affiche comme « moderne », se cache une vision de l’économie dépassée, héritière du libéralisme du XIXe siècle.

JEUNESSE

Marianne - La Cour des comptes dézingue les emplois aidés pour les jeunes

Ce cadre posé, l’explosif rapport de la sur « L’accès des jeunes à l’emploi », rendu public ce mercredi 5 octobre, éclaire comment les pouvoirs publics ont en partie aggravé le sort de la jeunesse tricolore en dirigeant des bataillons de moins de 25 ans vers des contrats aidés (CUI-CIE, CUI-CAE de 20 heures puis des emplois d’avenir) dans les entreprises et plus encore dans les administrations - 160 000 bénéficiaires fin 2014 ! -, plutôt que vers des formations qualifiantes en alternance (apprentissage ou contrat de professionnalisation).

Cour des comptes - L’accès des jeunes à l’emploi : construire des parcours, adapter les aides

La structure du marché du travail en France pénalise tout particulièrement les jeunes. Leur durée d’accès à un emploi stable s’est allongée ; ils sont plus confrontés à la précarité dans l’emploi et au temps partiel subi ; leur taux de pauvreté est élevé. Depuis plusieurs décennies, de très nombreuses aides, mises en œuvre par des opérateurs multiples, ont été déployées pour corriger cette situation. Ce système d’aides publiques présente un coût élevé (10,5 Md€ en 2015) et croissant, mais les résultats obtenus du point de vue de l’accès à un emploi durable ne sont à la mesure ni des objectifs affichés, ni des moyens mobilisés.
Les juridictions financières préconisent de concentrer davantage les aides publiques sur les jeunes les plus éloignés de l’emploi et de privilégier les réponses rapides et les dispositifs intensifs. Leur rapport comprend sept cahiers territoriaux : Est-Ensemble, Le Creusot – Montceau-Les-Mines, Limoux, Saint-Étienne, Seine-Eure / Haute-Normandie, Thiers et Toulouse.

ISLAM
 
 
Le professeur de philosophie avait vivement critiqué dans une tribune le lycée musulman Averroès, à Lille.

Le parquet a requis mardi la relaxe d'un ex-enseignant d'un lycée musulman de Lille poursuivi pour avoir publié plusieurs articles qui faisaient état de dérives islamistes au sein de l'établissement. La décision du tribunal correctionnel de Nanterre, devant lequel l'affaire était plaidée, a été mise en délibéré.

10/10/2016

Benoît Hamon donne de sa personne lors de vendanges bio

04/10/2016

Benoit Hamon répond aux questions de Léa Salamé


Benoit Hamon répond aux questions de Léa Salamé par franceinter

29/09/2016

L'actualité des socialistes du 16 au 22 septembre

Le Monde - Jeremy Corbyn renforce son emprise sur le Labour et tourne la page du blairisme

Réélu à une large majorité, le dirigeant du Parti travailliste britannique inflige une défaite cinglante aux députés du Labour qui voulaient se débarrasser de lui.

MONTEBOUG

Francetvinfo - Revivez "L'Emission politique" dont Arnaud Montebourg était l'invité

Arnaud Montebourg, candidat à l'élection présidentielle de 2017, est le deuxième invité de "L'Emission politique", jeudi 22 septembre, sur France 2. L'ancien ministre du Redressement productif, puis de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique du gouvernement Valls, démissionnaire en août 2014, sera-t-il candidat à la primaire du Parti socialiste ? En compagnie de David Pujadas et Léa Salamé, il dressera le bilan de la présidence de François Hollande, détaillera les raisons qui le poussent à s'engager de nouveau en politique et expliquera les grands axes de son programme pour lutter contre le chômage, contrôler les marchés financiers et revivifier la démocratie. 

Le Monde - Direct politique : notre décryptage de l’interview d’Arnaud Montebourg sur France 2  

L’ancien ministre et candidat à l’élection présidentielle est l’invité de « L’émission politique » sur France 2 ce soir. Suivez notre décryptage en direct.
 

Dans « L’émission politique » de France 2, le candidat à la présidentielle a renouvelé ses appels à pouvoir choisir une entreprise pour un marché public au motif que c’est une PME ou qu’elle est française.

Le Figaro - Primaire à gauche : Montebourg se prépare au match face à Hollande

«Notre match à nous, il est face à François Hollande. Il sera ensuite face à la droite.» L'équipe d'Arnaud Montebourg misait gros sur sa participation à L'Émission politique, dont le deuxième numéro est programmé jeudi soir sur France 2. Elle savait qu'une partie de ce premier match pouvait se jouer au fil de cette émission, étrennée par Nicolas Sarkozy la semaine dernière. L'ancien ministre du Redressement productif s'y était préparé depuis des semaines. «Nous avons mobilisé des ressources, des expertises avec ceux qui nous ont proposé leur aide. Nous avons organisé des réunions thématiques et généralistes», explique le député PS Laurent Baumel, responsable du pôle programme du candidat à la primaire socialiste, voire à la présidentielle.

Francetvinfo - Présidentielle : Arnaud Montebourg, candidat en construction

Un mois après sa déclaration de candidature à la présidentielle, l'ancien ministre socialiste déroule un "projet France", qui n'est encore que partiellement ficelé.

 
Chaque semaine, une personnalité répond à un questionnaire de Proust revisité par « L’Epoque ». L’ex-ministre du redressement productif, candidat à l’élection présidentielle, s’est prêté à l’exercice.
 
 
Gonesse (France) - Arnaud Montebourg (PS), candidat à l'élection présidentielle de 2017, a affirmé lundi soir lors d'une réunion publique à Gonesse (Val-d'Oise) qu'il ne fallait pas faire des "promesses" mais présenter "un projet", appelant "les déçus" du quinquennat Hollande à "construire le futur".
 
PRINTEMPS REPUBLICAIN
 
 
Le collectif citoyen fondé en mars dernier par des personnalités de gauche autour de la défense de la laïcité et du pacte républicain organise une grande soirée ce mercredi 21 septembre à partir de 19 heures à l’Ecole normale supérieure, 10, rue d’Ulm 75005 Paris.
 
 
Le Printemps républicain, un mouvement qui rassemble les femmes et les hommes de gauche autour de la défense de la laïcité et du pacte républicain, a commandé une enquête sur le thème : "Qu'est-ce qui fait qu'on est français ?". Particulièrement instructif à l'heure où certains, à l'image de Nicolas Sarkozy, invoquent "nos ancêtres les Gaulois" pour décrire ce qui nous réunit...
 
HAMON
 
 
Benoît Hamon, l’Américain ? Le candidat à la primaire du Parti socialiste (PS) a débuté une tournée aux Etats-Unis dans le cadre de sa campagne française, avec pour point d’orgue une rencontre avec Bernie Sanders, mercredi 21 septembre, à Washington.

L’information a été gardée secrète jusqu’au dernier moment, mais l’ancien ministre de l’éducation nationale a passé près d’une heure en tête à tête, au Sénat des Etats-Unis, avec le candidat surprise de la primaire du Parti démocrate, qui s’est incliné, en juillet face à Hillary Clinton. A 73 ans, le sénateur du Vermont, représentant de l’aile gauche des démocrates, avait bousculé la primaire, en portant le fer contre Wall Street et les multinationales.

PRIMAIRE
 
 
Un sondage qui ne devrait rassurer personne à gauche. Selon une enquête Harris Interactive pour France Télévisions*, publiée jeudi 22 septembre, les sympathisants de gauche sont très partagés entre les différents candidats potentiels à la primaire qui sera organisée par le Parti socialiste en janvier 2017.

Le Figaro - Primaire à gauche : les candidats devront réunir autant de parrains qu'en 2011

Les modalités de parrainages pour les candidats à la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP) ont été fixées lors d'une réunion au siège du PS, mardi.

La primaire de la belle Alliance Populaire, annoncée pour le mois de janvier prochain aura bien lieu. Un certain nombre de candidats sont déjà annoncés la ligne de départ, bien que les conditions précises de déroulement du scrutin restaient jusqu'ici assez floues.

Le JDD - La primaire de gauche, un casse-tête financier pour le PS

Une réunion a lieu mardi au siège du Parti socialiste pour examiner les enjeux budgétaires liés à la primaire de gauche. À l’Élysée, un proche du Président est déjà discrètement chargé de cette mission.

HOLLANDE

Le Monde - Le testament de François Hollande sur la Syrie

Le président a réaffirmé devant l’Assemblée générale de l’ONU la position de la France sur le conflit syrien : soutien à l’opposition et départ de Bachar Al-Assad.

Il faut lui reconnaître le mérite de la constance. Le soutien à la rébellion et l’engagement pour une Syrie démocratique, unitaire et pluraliste en lieu et place de la sanglante dictature de Bachar Al-Assad sont restés, tout au long de son quinquennat, au cœur de l’action diplomatique de François Hollande. Le président français l’a à nouveau montré mardi 20 septembre, dans son discours à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU).

AUBRY

L'Obs - Présidentielle : 8 signes qui montrent que Martine Aubry va soutenir François Hollande

LE PLUS. Martine Aubry a fait sa rentrée politique à Lomme ce 17 septembre, en même temps que "l’université de l’engagement", soutien de François Hollande. La maire PS de Lille n'a pas confirmé qu’elle s’apprêtait à soutenir le président sortant, malgré les rumeurs d’un rapprochement entre les anciens adversaires de 2011. Une position qui ne fait pas oublier les nombreux signes de son futur soutien au chef de l’État, estime Thierry de Cabarrus.

SECU

 
Affaires sociales et de la Santé dévoile ce qui va changer pour la Sécurité sociale en 2017. 4 milliards d’économies vont être réalisés sur l’assurance-maladie. De nouvelles taxes seront instaurées sur l’industrie du tabac.
 
Le pari de ramener le régime général de la Sécurité sociale à l’équilibre serait-il sur le point d’être tenu ? Sans attendre la présentation officielle du dernier projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) du quinquennat, prévue vendredi 23 septembre, la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a tenu à annoncer elle-même la bonne nouvelle dès jeudi soir. « En 2017, le trou de la Sécu aura disparu », a-t-elle assuré aux Echos.
 
ISLAM
 
 
Une étude menée par l’IFOP et l’Institut Montaigne sur les choix des Français de confession musulmane confirme une religiosité dominante. 65% des sondés sont favorables au voile. Pour 28% - les plus jeunes - la charia prime sur les lois de la République.

HUIS CLOS

Libé - Un PS toujours plus à huis clos

Après les conseils nationaux, la direction du Parti socialiste ferme l'accès de ses ateliers organisés dans le cadre de ses «universités de l'engagement». Impossible d'observer les débats qui animent le parti au pouvoir.

ATTERRISSAGE

Libé - Cinq ministres à la recherche d’une piste d'atterrissage électoral

A quelques mois des investitures socialistes aux législatives, passage en revue des membres du gouvernement qui veulent tenter leur chance pour un poste de député en 2017.

En 2012, elles n’avaient pas tenté leur chance. Soit parce que leur mandat local leur suffisait, soit parce qu’elles n’étaient pas encore connues, soit parce que la circonscription qu’elles pouvaient viser était bien trop à droite. Mais pour 2017, elles sont plusieurs au gouvernement à se chercher une piste d’atterrissage électorale aux prochaines législatives et s’imaginer un futur de députée.

PS (communiqué)

60 000 postes dans l’éducation : engagement tenu !

Le Parti socialiste se félicite que l’engagement du président de la République devant les Français de créer 60 000 postes dans l’éducation soit tenu.

L’éducation est redevenue, et de loin, le premier budget de la Nation. Le projet de loi de finances 2017 conforte cette ambition pour les élèves avec la création de 12 842 postes dans l’Education qui s’ajoutent aux 47 158 postes créés à ce jour. Ainsi, entre les rentrées 2012 et 2017, 54 000 postes auront été créés dans l’Education nationale, 5 000 postes dans l’Enseignement supérieur et 1 000 dans l’Enseignement agricole.

Pour le Parti socialiste, la lutte contre la maladie d’Alzheimer est une priorité assumée par le Gouvernement

Dans le cadre de la 23ème journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer, le Parti socialiste souhaite réaffirmer sa solidarité avec les 900.000 français affectés par cette maladie et les 4 millions de nos concitoyens directement concernés au quotidien par la maladie d’un proche.
 
Paradoxalement, la croissance du nombre de malades est la conséquence directe d’une évolution positive : celle de l’allongement de la durée de la vie. Et, si cette maladie n’a pour l’heure trouvé aucun traitement permettant de ralentir sa progression, de fragiles espoirs existent toutefois d’une stabilisation à terme de sa prévalence.

27/09/2016

Benoît Hamon invité du Grand Jury, dimanche 25 septembre 2016 - Partie 1


Benoît Hamon invité du Grand Jury, dimanche 25... par rtl-fr

Benoît Hamon invité du Grand Jury, dimanche 25 septembre 2016 - Partie 2


Benoît Hamon invité du Grand Jury, dimanche 25... par rtl-fr

20/09/2016

Invité : Benoît Hamon - Territoires d'infos - Le Best of (15/09/2016)

16/09/2016

Intervention de Benoît Hamon aux Journées d'été d'AGPG à La Rochelle le 11 septembre 2016


Intervention de Benoît Hamon aux Journées d'été... par agauchepourgagner

15/09/2016

L'actualité des socialistes du 2 au 8 septembre

ANALYSES

OFCE - Le quinquennat de François Hollande : enlisement ou rétablissement ?

Le quinquennat de François Hollande a été marqué par des difficultés économiques profondes mais également par un début d’embellie cette dernière année de mandat. La France aura donc connu une croissance faible de 2012 à 2014, du fait notamment de la politique de consolidation budgétaire, puis une croissance modérée au-delà.

L’ampleur du choc fiscal en début de quinquennat, dont l’impact négatif sur la croissance avait été sous-estimé par le gouvernement, n’était pas compatible avec une baisse du chômage au cours de la première moitié du mandat.

L’effort d’assainissement des finances publiques aura conduit à un ajustement budgétaire conséquent, en repoussant cependant l’objectif de 3 % de déficit public à la fin du quinquennat. Selon les calculs de la Commission européenne, le solde structurel français (c’est-à-dire le solde corrigé des effets de la conjoncture) se serait amélioré de 2,5 points sur la période 2012-2016. Malgré tout, cet effort n’a pas empêché la dette publique d’atteindre un point haut historique, et de diverger sensiblement par rapport à celle de l’Allemagne.

FRONDEURS

 
Ils font leur rentrée ce week-end à La Rochelle, sans parvenir à se mettre d’accord sur une candidature unique pour la primaire de la gauche.
En savoir plus sur
 
SONDAGE
 
 
Une très nette désaffection. C'est la principale leçon de l'enquête réalisée par Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS, pour le Cevipof et publiée cet été sur la relation entre les enseignants et le PS. Il observe « un affaissement important des intentions de vote en faveur de François Hollande entre janvier 2016 et mai 2016, passant de 30,7 % à 24,3 %. »
 
HOLLANDE
 
 
Le discours était très attendu. Et plus encore que le thème du colloque que François Hollande ouvre "la démocratie face au terrorisme", ce sont les petits cailloux semés par le chef de l'Etat en vue de 2017 qui étaient scrutés. Englué dans les bas-fonds des sondages, encadré par des candidatures dissidentes (Arnaud Montebourg sur sa gauche et Emmanuel Macron sur sa droite), le président de la République était pressé par une partie des siens d'envoyer un signal
 
 
Il était temps. Même les plus fidèles partisans de François Hollande commençaient à douter de sa capacité à parler à la gauche et à incarner sa possible unité. Les voilà rassurés. Hollande sait encore y faire. Même si un discours, aussi bon soit-il, ne suffira pas pour corriger les manquements et les incohérences de son quinquennat.
 
 
Tir nourri sur ses adversaires tous bords confondus, anaphores, intentions… Dans le discours le plus percutant de son quinquennat, jeudi à Paris, le chef de l’Etat a posé les premiers jalons de sa future campagne, sans pour autant se déclarer.
 
 
François Hollande n’a pas fait de déclaration de candidature ou d’annonce surprise dans son discours, jeudi 8 septembre, à la Salle Wagram, à Paris. Il a en revanche défendu son action en allant au-delà du seul thème annoncé de la « démocratie face au terrorisme ». Constitution, cumul des mandats, créations de postes… Retour sur ses principales affirmations.
 
MACRON
 
 
En décidant finalement de quitter le gouvernement, Emmanuel Macron a pris un risque calculé. Son pari est que François Hollande ne se représentera pas à l’élection présidentielle et que dans ces conditions il ne doit plus tarder à montrer clairement ses ambitions et à se préparer pour 2017. Ce pari est risqué dans la mesure où, s’il se trompe, il se trouvera dans une situation particulièrement inconfortable. En effet, son départ du gouvernement à lui seul ne lui permettra pas de se présenter contre le président sortant si, déjouant ses calculs, celui-ci se représente. L’image de Brutus serait alors trop prégnante. Il aurait fallu que Macron quitte beaucoup plus tôt le gouvernement et sur une rupture radicale pour pouvoir légitimement se présenter contre François Hollande. Ce ne fut pas le cas. Si le président se représente, il devra donc faire exploser sa fusée porteuse à peine lancée. Fâcheux. Tout repose donc sur le calcul du retrait probable de ce dernier. Ce calcul est-il juste ?

Challenges -Pourquoi Macron est obligé d’être candidat socialiste, malgré lui

Un sondage TNS SOFRES pour Le Figaro montre que Macron est surtout perçu par les électeurs de gauche comme un candidat socialiste avant tout tandis que son succès dans l’électorat de droite est faible. A lui d’en tirer les leçons en renonçant à son credo ni gauche, ni droite

MONTEBOURG

Le JDD - SONDAGE. Primaire du PS : le match Hollande-Montebourg

Selon notre sondage Ifop-JDD, la primaire organisée par le PS s'annonce serrée. S'il devance un peu Arnaud Montebourg au premier tour, François Hollande pourrait être confronté à un second tour très compliqué.

HAMON

L'Express - Primaire à gauche: Benoît Hamon crée son micro-parti, baptisé "Elpis"

Le candidat de l'aile gauche du PS vient de créer son parti de poche pour recevoir des dons en vue de financer sa campagne pour la primaire à gauche.

KIMELFELD

Lyon Première - "J'ai très envie d'être maire de Lyon" David Kimelfeld (PS)

David Kimelfeld, maire du 4ème arrondissement et premier fédéral du PS du Rhône, a été désigné par Gérard Collomb comme son dauphin pour les élections de 2020.

JACQUEMAIN

L'Humanité - Dans les entrailles du hollandisme

Un ex-conseiller de Myriam El Khomri lève le voile sur la genèse de la loi travail. Un voyage hallucinant où l’on découvre qui détient le vrai pouvoir.

On ne ressort pas indemne du « petit bout de chemin » dans les entrailles du pouvoir de la présidence Hollande que ­raconte Pierre Jacquemain. Ex-conseiller « stratégie » de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, il a démissionné en février de ses fonctions, précisément en raison de son opposition à la loi qui porte désormais le nom de son ancienne patronne. L’auteur d’Ils ont tué la gauche (Fayard, 198 pages, 16 euros) lève aujourd’hui « le voile sur la fabrique de la politique » du quinquennat finissant, depuis cet observatoire ô combien privilégié.

CAROLINE FOUREST

Menteuse, vous avez dit menteuse ?

La Cour d’appel de Paris vient de confirmer ce que je disais sur le plateau d’On n’est pas couché en mai 2015. Elle a constaté que depuis janvier 2015, soit plusieurs mois avant l’enregistrement de cette émission, la plainte que me reprochait Aymeric Caron était bien prescrite. J’ai donc bien gagné le procès intenté par Madame Rabia Bentot, condamnée à me verser 4000 euros pour frais de procédure.

IDEES

Le Monde - Une révolution conservatrice qui avance à visage découvert, Par Daniel Lindenberg

« Déchéance de nationalité », « constitutionnalisation de l’état d’urgence », « expliquer le terrorisme, c’est déjà l’excuser », « tous pouvoirs à la police »… Que ces mots et ces déclarations d’intention soient à présent ceux d’un gouvernement de gauche devrait stupéfier. C’est tout de même le cas pour certains. Mais même ceux-là savent-ils vraiment comment « en un plomb vil l’or pur s’est-il changé » ? Que Jean Racine nous pardonne, mais l’Olympe n’a rien à voir dans cet affaissement des principes républicains les plus basiques.

ISLAM

Slate - Il faut accepter le lien de la majorité des musulmans de France avec l'islam de l'Algérie ou du Maroc

Quelle instance représentative pour les musulmans de France? Comment financer les lieux de culte? Comment former les imams? Alors que les interrogations se multiplient dans un pays en proie à la violence djihadiste, notre spécialiste religion Henri Tincq et l'islamologue Rachid Benzine font le point.