Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2021

LCP - L'Assemblée rejette le "minimum jeunesse" proposé par les députés socialistes

Les députés n'ont pas adopté jeudi la proposition de loi socialiste "relative à la création d’une aide individuelle à l’émancipation solidaire". Ce texte proposait notamment de créer un revenu de base versé dès l'âge de 18 ans.

L'Assemblée nationale n'a pas donné son feu vert, jeudi, à la tentative du groupe "Socialistes" de créer un "revenu de base inconditionnel". Les élus PS ont défendu sans succès, dans le cadre de leur niche parlementaire, leur proposition de loi "relative à la création d’une aide individuelle à l’émancipation solidaire". Face à l'impasse constatée, ils l'ont finalement retirée avant même que son examen ne soit achevé.

Le texte, présenté par le député Boris Vallaud, avait pour objectif de répondre à la "détresse" et aux "appels au secours" d'une partie de la jeunesse, durement touchée par la crise. "La jeunesse s'enfonce dans la précarité et a le sentiment, parfois, de l'indifférence des adultes", a expliqué l'élu des Landes.

Lire la suite
__________________________
__________________________

Public Sénat - Projet de loi sur les principes républicains : les socialistes craignent la surenchère de la droite au Sénat

La balle est bientôt dans le camp du Sénat. L’examen en première lecture du projet de loi confortant les principes républicains va faire l’objet d’un vote solennel à l’Assemblée nationale mardi 16 février. Les socialistes emmenés par la députée Valérie Rabault pourraient s’abstenir. Le groupe PS du Sénat pourrait aller plus loin, en s’opposant frontalement. « Il est fort probable que nous votions contre ce texte », a prévenu leur président Patrick Kanner. Le chef de file du groupe socialiste, écologiste et républicain du Sénat était l’invité d’Audition publique, ce 15 février 2021, sur Public Sénat, LCP-AN, en partenariat avec Le Figaro.

Lire la suite
_________________________
_________________________

20 minutes - RSA : « Notre "minimum jeunesse" vise à tendre la main à des jeunes qui se noient », explique Boris Vallaud

INTERVIEW Député PS des Landes, Boris Vallaud a répondu aux questions de « 20 Minutes » sur la proposition de loi dont il est le rapporteur et qui sera examinée ce jeudi à l'Assemblée

« La société ne veut pas laisser tomber la jeunesse. » Fort de cette conviction, et alors que les questions liées à un revenu universel suscitent de plus en plus d'intérêt chez les responsables politiques en raison de la crise économique et sociale liée à l’épidémie de coronavirus, les députés socialistes ont fait inscrire à l’ordre du jour de l'Assemblée nationale, ce jeudi, leur proposition de création d’un « minimum jeunesse ».

Défendue notamment par Boris Vallaud, député des Landes et coauteur du texte, elle vise notamment à réformer le RSA et la prime d’activité pour donner naissance à un « revenu de base » accessible à partir de 18 ans, contre 25 ans aujourd’hui pour le RSA.

Lire la suite
___________________________
___________________________

13:55 | Lien permanent

Libé - Zéro Covid : pour une stratégie sanitaire d’élimination du coronavirus

La stratégie qui vise à en finir avec le virus a été appliquée avec succès dans plusieurs pays, qui ont retrouvé leur vie sociale. Il est possible de diminuer drastiquement le taux de contamination sans pour autant rogner les libertés et notre capacité de délibération, plaident 620 scientifiques dans une tribune.
 
Il y a un an, alors que l’épidémie de coronavirus était en expansion rapide, une note de l’OMS exposait les deux stratégies sanitaires envisageables : contenir l’épidémie ou l’éliminer. La première stratégie, dite de mitigation ou d’aplatissement de la courbe, a été celle adoptée par l’exécutif : elle vise à limiter le taux de reproduction épidémique pour maintenir les services de réanimation en dessous de la saturation. Cette stratégie, qui impose à la population des contraintes considérables pour une durée indéfinie, a conduit à un haut plateau épidémique faisant 400 morts et 20 000 contaminés par jour. L’absurdité de ce choix est évidente : puisque le contrôle s’effectue sur le taux de reproduction, l’épidémie pourrait aussi bien être contenue sur un plateau très bas sans demander d’effort supplémentaire.
 
Lire la suite
____________________________
____________________________

11:55 Publié dans Tribune | Tags : covid | Lien permanent

Neon - Pureté militante, culture du « callout » : quand les activistes s’entre-déchirent

Des mécaniques brutales de dénonciation et de mise au ban font des ravages au sein de milieux militants progressistes. Témoignages sur un fléau longtemps tabou.

Elle est étudiante et souhaite s’engager pour la première fois dans l’association dont je suis membre*. Au téléphone, elle tourne autour du pot, hésitante, comme tourmentée. Et finit par admettre qu’elle a très peur de mal s’exprimer. De ne pas employer les mots justes. De ne pas savoir. Sa crainte a étouffé jusqu’ici ses envies d’engagement. Tandis que je tente de la rassurer, je lis dans son angoisse la confirmation d’un phénomène que j’observe depuis que j’ai l’œil sur les mouvements de défense de la justice sociale : une forme d’intransigeance affichée, propre à inhiber ou décourager certaines bonnes volontés. Une course à la pureté militante qui fait des ravages.

Lire la suite
_________________________
-------------------------

08:26 Publié dans Analyses | Tags : callout | Lien permanent

Loi Séparatisme - Explication de vote de Boris Vallaud

CNEWS | Olivier Faure dans #LaMatinale

00:15 | Lien permanent

Marianne -  Trappes : Didier Lemaire, mytho ou héros ?

Notre pays se déchire depuis dix jours entre pro et anti sur le cas de Didier Lemaire, ce professeur de philosophie à Trappes. Et si c’était plus compliqué qu’un débat binaire ? Tentative d’éclaircissement de la situation.

« Zozo de la République » ou « vrai lanceur d'alerte » ? « Philosophe mythomane » ou « citoyen laïque jusqu’au bout des ongles » ? À moins que ce soit les deux en même temps ou alternativement ? L’affaire n’est pas simple à dénouer. Pourtant, ça n’empêche pas notre pays de se déchirer depuis dix jours entre pro et anti sur le cas de Didier Lemaire, professeur de philosophie désormais démissionnaire de l’Éducation nationale exerçant au lycée de la Plaine de Neauphle à Trappes. Un établissement de 650 élèves où les résultats au bac frôlent chaque année les 90 % de réussite. Et une commune, aussi, qui, il faut bien le dire, n’a rien d’un territoire apaisé de la République et a vu plusieurs de ses habitants rejoindre la zone irako-syrienne.

Lire la suite
_________________________
_________________________

00:05 Publié dans Article du jour | Tags : didier lemaire | Lien permanent

Revue de presse du 5 au 11 février

COVID

Le vent se lève - Pandémies : responsabilité anthropique, réponse écologique ?

Alors que la crise du Covid-19 frappe durement notre société, la responsabilité anthropique dans la multiplication des pandémies à travers le monde est maintenant avérée. La destruction de la biodiversité et des écosystèmes, la déforestation ou le trafic de la vie sauvage favorisent l’apparition de nouveaux virus. Pour lutter contre cela, une approche préventive fondée sur l’écologie et la préservation des écosystèmes est nécessaire.

Reporterre - Virus du Covid : l’humanité est son écosystème

Le Covid-19 nous semble cruel, habile ou déroutant, mais ses apparents caprices résultent simplement de la reproduction incessante du virus responsable de la maladie, le Sars-CoV2. Pour maximiser sa transmissibilité, il s’adapte constamment à l’environnement le plus favorable pour lui, les humains… En bref, il a le comportement écologique des organismes vivants.

Qu’est-ce qui fait courir le Sars-CoV2 ? Comment s’explique son comportement ? La question peut se poser, à entendre moult experts. « On a affaire à un virus diabolique et beaucoup plus intelligent qu’on ne le pense » estime ainsi le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique. D’autres parlent de sa capacité « à exploiter nos moindres failles ». Ces métaphores capturent certes l’imagination mais n’éclairent guère les choses. Car prêter une conscience malfaisante à un virus ne permet pas de comprendre sa logique, ni les scénarios possibles de son évolution.

Charlie Hebdo - Vaccins : le magnifique plantage de la Commission européenne, Jacques Littauer ·

Pour Ursula van der Leyen et Emmanuel Macron, le Covid était l’occasion rêvée de démontrer l’efficacité de l’Union européenne pour les citoyens. Mais rien ne s’est passé comme prévu, et, aujourd’hui, c’est Bruxelles qui pleure, et Boris Johnson qui boit du petit lait dans son tea.

Le labo anglo-suédois AstraZeneca, dont le produit devait être « le vaccin de masse pour le premier trimestre 2021 », n’a finalement pu garantir que 25 % des plus de 100 millions de doses promises à la Commission européenne. Bien sûr, la Commission accuse le labo de favoriser le Royaume-Uni. Mais la réalité est plus simple : c’est Bruxelles qui a très mal négocié.

PS

Print - Face à la précarité étudiante, les députés PS proposent un « minimum jeunesse »

Un RSA ouvert aux jeunes et un capital de 5000€, à 18ans, pour démarrer dans la vie, telle est la proposition du député Boris Vallaud (PS). Mais à quoi cela correspond ?

Depuis 2018, et suite à la consultation citoyenne, les députés PS réfléchissent à l’élargissement du RSA aux 18-25ans et à mettre à disposition 5000€ de capital pour un jeune démarrant dans la vie active. La proposition de loi AILES sera discuté à partir de cette semaine à l’Assemblée Nationale. Mais les refus précédents des députés de la majorité ainsi que la possibilité du financement d’une telle mesure reste en suspens.

Le Point - Scrutin proportionnel : il est « trop tard » selon Olivier Faure

Le premier secrétaire du PS estime qu’on ne peut pas « tripatouiller » un mode de scrutin à un an d’une élection comme le souhaite François Bayrou.

Premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a estimé dimanche qu'il était « trop tard » pour introduire la proportionnelle aux législatives de 2022, se montrant réservé face à l'offensive engagée par François Bayrou et plusieurs autres présidents de partis. « Un mode de scrutin, on ne le tripatouille pas à un an d'une échéance électorale » et « si on faisait simplement cette réforme-là on aurait un Jupiter encore plus puissant et un Parlement plus affaibli », car « on aurait un seul personnage en France directement élu par les Français : le président de la République », a argumenté le patron du PS dans l'émission Dimanche en politique sur France 3.

Capital - Les comptes du PS dans le rouge, la campagne pour la présidentielle de 2022 en danger

Une “désorganisation financière” du parti, remontant à plusieurs années, est pointée du doigt dans un rapport confidentiel.

“Nous aurons les moyens financiers de tenir une campagne présidentielle dans de bonnes conditions avec un budget qui correspond à un candidat de premier plan.” C’est ce qu’a assuré Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, sur France 3 dimanche 8 février. Mais à en croire Le Point, rien ne serait moins sûr. Selon un document confidentiel de la direction du parti, les comptes seraient dans le rouge. Ces difficultés financières pourraient mettre en danger une candidature socialiste en vue de la présidentielle 2022.

INEGALITES

Observatoire des inégalités - Le sur-chômage des quartiers prioritaires

Données 5 février 2021

Les quartiers dits « prioritaires » de la politique de la ville, les plus défavorisés du point de vue des revenus de leurs habitants, concentrent les difficultés sociales, notamment en matière d’emploi. Un quart de leurs habitants sont au chômage, principalement des jeunes et des personnes peu qualifiées.

Le taux de chômage dans les quartiers dits « prioritaires » de la politique de la ville (QPV) [1] – 23,4 % – est près de trois fois plus important que dans les quartiers environnants [2] (8,9 %), selon les données 2018 de l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) [3]. Chez les jeunes actifs de moins de 30 ans, le taux approche même les 33 %, contre 15 % dans les autres quartiers.

REVENU UNIVERSEL

Libé - Revenu universel : les partis prennent la mesure

De gauche à droite, toutes les formations politiques reprennent le concept, qui revient en force avec la crise sociale due au Covid. Mais les modalités d’application divergent fortement, et les syndicats y restent hostiles.

«Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage.» L’adage de Boileau vaut ces temps-ci pour le revenu universel, dont l’idée revient s’installer dans le débat politique à la faveur de la crise économique et sociale, engendrée par la pandémie de Covid-19. Marginalisé depuis l’élection présidentielle de 2017 et la sévère défaite de Benoît Hamon (6,36 %), dont la mesure était bien placée dans le programme, le concept est désormais présenté par certains comme remède possible à l’explosion de la pauvreté et de la précarité.

A l'occasion des journées Solutions Solidaires dont Libération est partenaire, l'Ifop a mené une enquête sur le besoin de protection des Français en période de crise. La création d’un revenu de base minimum qui serait versé à tout le monde arrive en tête des citations. Une analyse de Jérôme Fourquet.
 
L'enquête réalisée par l'Ifop pour Solutions solidaires permet de disposer d'un diagnostic actualisé sur les attentes des Français en matière sociale. Premier enseignement et non des moindres, quand les sondés sont appelés à choisir parmi différentes solutions qui aideraient les gens dans leur vie quotidienne, la création d'un revenu de base minimum qui serait versé à tout le monde arrive en tête des citations. 
 
VIOLENCES SEXUELLES
 
 
Posant un «interdit clair», la proposition de créer un crime de viol sur mineur de 15 ans est saluée, mais la prescription «réactivée» suscite des interrogations.
C’est une réponse tambour battant à la déflagration qui traverse la France depuis un mois. Après consultation des associations de victimes et de protection de l’enfance, le gouvernement a présenté mardi ses mesures face à l’onde de choc suscitée par le livre de Camille Kouchner et le mouvement #MeTooInceste. Sous la double houlette du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti et du secrétaire d’Etat à l’Enfance et aux Familles, Adrien Taquet, l’exécutif formule deux propositions – en vue d’un dispositif législatif qui aboutirait, selon nos informations, dans les trois mois – lesquelles s’inscrivent dans la lignée du travail de l’ex-rapporteure de la loi Schiappa Alexandra Louis (LREM), qui a déposé une proposition de loi mardi.
 
LA NATION
 

« Qu’est-ce qu’une nation ? » est la question posée au XIXe siècle par Ernest Renan que l’historien Pascal Ory reprend dans un ouvrage récemment paru en se plaçant dans une perspective résolument planétaire ; une autre manière de faire de l’histoire globale. Milan Sen l’a lu pour la Fondation en s’interrogeant plus spécifiquement sur ce que cet ouvrage nous apprend sur le lien entre gauche et Nation.

Qu’est-ce qu’une Nation ? Voilà une question récurrente dans les débats politico-philosophiques, à laquelle l’on répond souvent par les expressions restées célèbres d’Ernest Renan[1] : « Possession en commun d’un riche legs de souvenirs », « désir de vivre ensemble », « plébiscite de tous les jours », etc. Les formules marquantes ne manquent pas. Pascal Ory n’entend pas dans son ouvrage contredire le magnifique exposé de l’auteur de la Vie de Jésus, mais y apporter une approche critique d’historien. Ce livre peut, par ses enseignements, nous apporter des éléments de réflexion sur les liens entre la gauche et la Nation.

INTERNATIONAL

Libé - Equateur : la surprise Yaku Pérez à la présidentielle

Le candidat écologiste et indigène a rassemblé près de 20% des voix lors du scrutin de dimanche. Mais il faut attendre la fin du dépouillement pour savoir s’il affrontera au second tour, le 11 avril, le socialiste Andrés Arauz, arrivé largement en tête.... La deuxième place de Yaku Pérez a provoqué la stupeur dans le pays. A la fermeture des bureaux de vote, dimanche soir, les sondages de sorties des urnes avaient crédité Arauz de 34,9% à 36,2% des voix, plaçant Lasso deuxième entre 21% et 21,7% et Pérez troisième entre 16,7% et 18%. 

00:00 Publié dans Revue de presse | Tags : covid | Lien permanent