Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2021

La Vie des idées - La ville au prisme de la finance

À propos de : Gilles Pinson, La ville néolibérale, Puf

Comment le néolibéralisme modifie-t-il notre espace ? Depuis un demi-siècle, une nouvelle géographie du capital entraîne la mise en concurrence des territoires, la financiarisation de l’immobilier, la gentrification des villes et l’éviction des classes populaires.

Le néolibéralisme a profondément altéré la manière dont les grandes villes et les territoires se fabriquent et se vivent depuis cinquante ans. Le passage d’une société fordiste et keynésienne à un monde sous l’influence de Milton Friedman et des monétaristes n’a pas été sans effet sur le cadre de vie. C’est au décryptage de ce nouveau système que s’est attelé Gilles Pinson dans son ouvrage, s’intéressant plus aux cadres économiques théoriques de production qu’à la forme architecturale.

Lire la suite
______________________
______________________

22:30 Publié dans Analyses | Lien permanent

Pour une garantie à l’emploi vert par Institut Rousseau et Hémisphère Gauche, le 7 février 2021

Le chômage est une épreuve. Pour qui est privé d’emploi, sa prolongation constitue une expérience d’autant plus difficile que le travail utile à la société est inépuisable. Comment qualifier une société qui condamne des millions de gens à « l’inutilité » ? Comment accepter un phénomène de marginalisation sociale à grande échelle ? L’habitude du chômage nous fait parfois oublier à quel point il est une absurdité. Le chômage, au sens moderne du terme, est la privation d’un emploi salarié. Il naît avec l’essor du salariat et les premières crises du capitalisme industriel au XIXème siècle. Il se «massifie » au crépuscule des Trente Glorieuses, pour atteindre des taux oscillant entre 7 et 11 % de la population active française. Aucun gouvernement n’en est venu à bout.

Nous nous accommodons trop souvent du chômage de masse. Il ne serait, finalement, qu’une variable d’ajustement douloureuse en période de crise, le pendant négatif d’un modèle économique par ailleurs vertueux. En dépit de sa nécessité, l’assurance chômage contribue à entretenir cette apparence de normalité. Comme son nom l’indique, elle assure les personnes contre un nouveau risque créé par la société industrielle. Pourtant, le chômage de longue durée provoque la dissolution du lien social. En France, il est plus élevé que la moyenne des pays développés.

Lire la suite
____________________________
____________________________

Eva Sadoun veut incarner une autre économie, plus solidaire et écologique

Eva Sadoun est à la fois à la tête de Lita.co, une entreprise de finance durable, et de Rift, une application qui permet de suivre l'impact concret de son épargne. Mais elle est aussi engagée auprès de mouvements qu'elle co-préside : le Mouvement Impact France, une coalition qui milite en faveur des entrepreneurs sociaux, et de Tech for Good France.

17:29 Publié dans Vidéo | Tags : eva sadoun | Lien permanent

Les Economistes atterrés : Benjamin Coriat dans l'Humanité du 12 février

Comment sortir du "nouvel état permanent" des crises sanitaires et climatiques. A l'aune de son dernier ouvrage La pandémie, l'Anthropocène et le bien commun, Benjamin Coriat, membre des Economistes atterrés, explique dans un entretien accordé à L'Humanité pourquoi nous sommes entrés dans l’âge des pandémies à répétition. Dans ce contexte, une nécessaire bifurcation, portée par le mouvement des biens naturels accessibles, forêts, pôles, mers…, permettra de faire face au double défi du climat et de la santé.

Lire la suite
___________________________
___________________________

08:40 Publié dans Analyses | Tags : coriat, economiste atterré | Lien permanent

Principes républicains : Patrick Kanner redoute que la droite du Sénat durcisse le projet de loi

Le président des sénateurs socialistes a déclaré dans Audition publique, ce 15 février 2021, qu'il était « fort probable » que son groupe ne vote pas le projet de loi confortant les principes républicains. Patrick Kanner redoute un durcissement du projet de loi par la droite sénatoriale, majoritaire au palais du Luxembourg.