Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2020

Quelle protocole de dépistage ? - Question de Christophe Bouillon

Libé - A Lyon, «tout ce qui était impossible devient possible» avec le Covid

Le clan Collomb, qui a pris une claque le 15 mars à la fois dans la ville-centre et dans la métropole, tente de se verdir face aux écologistes. Et fait des appels du pied aux dissidents LREM.

Ce sont deux totems de l’écologie selon Gérard Collomb qui n’ont pas survécu à Lyon à la crise du Covid-19. Il y a d’abord eu l’annonce, le 4 mai, du retrait des bacs à fleurs de la rue Edouard-Herriot, obtenu par le président de la métropole, David Kimelfeld, candidat à sa réélection face à l’ex-ministre de l’Intérieur.

Lire la suite
__________________
__________________

Le Figaro - Municipales à Marseille : le candidat EELV se retire et rejoint le Printemps marseillais

Le cartel de gauche, qui rassemble des socialistes, des communistes et des Insoumis derrière l'écologiste Michèle Rubirola, était arrivé en tête du premier tour le 15 mars dernier.

La campagne reprend peu à peu ses droits... Et elle réserve son lot de surprises et de rebondissements. Alors que les municipales ont été suspendues au lendemain du premier tour face à l'ampleur de la crise du coronavirus, l'hypothèse d'un second tour au mois de juin circule de nouveau avec insistance. En attendant le rapport du Conseil scientifique - qui dévoilera cette semaine ses recommandations sur l'organisation du scrutin -, l'exécutif observe avec attention l'évolution de la situation sanitaire, qui semble continuer de s'améliorer jour après jour.

Lire la suite
__________________
__________________

15:22 Publié dans Article du jour | Tags : municipales | Lien permanent

Politis - La gauche au grand complet engage un travail commun sur le « monde d'après »

Une visioconférence rassemblait le 20 mai les principaux partis et mouvements politiques de gauche, la CGT, Greenpeace, Attac et une quinzaine d'organisations écologiques et sociales. Une discussion « historique » qui révèle une volonté de travailler ensemble.

Toutes les formations de gauche étaient là, ou presque. Mercredi 20 mai, à l'invitation d’une large palette de syndicats et organisations de la société civile (1) qui avaient initié le 27 mars l'appel commun « Plus jamais ça », EELV, France insoumise, NPA, PS, PCF et Place publique ont accepté de se mettre autour de la même table (virtuelle) pour envisager une initiative commune.

Lire la suite
_________________
_________________