Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2020

Prime pour les soignants : quand et combien ? - Question de Christine Pirès Beaune

22:30 Publié dans Vidéo | Tags : ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

La Vie des idées - Quand les citoyens écrivent la loi - La convention citoyenne pour le climat

Les citoyens sont-ils capables de participer à l’élaboration de politiques publiques aussi complexes que la transition écologique, et par quels procédés ? Comprendre le détail de la conception de la convention citoyenne pour le climat et écouter les citoyen·ne·s tiré·e·s au sort permet d’apporter quelques réponses à ces questions.

Au cours de la session 5, Emilie Frenkiel (maîtresse de conférences à l’Université Paris-Est Créteil) a interrogé deux membres du comité de gouvernance, Loïc Blondiaux (professeur à l’Université Paris 1) et Mathilde Imer (Gilets citoyens et Démocratie Ouverte) et des citoyen·ne·s tiré·e·s au sort : Nadine et Vita, Said et Sylvain.

20:55 Publié dans Audio | Tags : blondiaux | Lien permanent

Le Parisien - Une université de rentrée commune à la gauche, ça avance !

Le leader écologiste Julien Bayou a réuni toute la gauche, sauf la France insoumise, mardi soir en visioconférence pour travailler au projet d’une rentrée politique commune après l’été.

Lentement mais sûrement. Selon nos informations, Julien Bayou, le secrétaire national d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV) a réussi à réunir, ce mardi soir, en visioconférence une cinquantaine de représentants de partis, d'associations, de « collectifs » et de « think tanks » en vue d'organiser, à la rentrée - en été ou à l'automne, selon l'évolution de la crise sanitaire — une université commune à la gauche. Un comité de pilotage sera mis en place dès la semaine prochaine.

Lire la suite
__________________
__________________

17:20 | Lien permanent

Jean-Marie Harribey - La preuve de la RTT par le chômage partiel

Dans la dernière semaine du confinement, les forces patronales sont montées au créneau pour exprimer leur revendication essentielle de toujours : augmenter le temps de travail ; et en vouant aux gémonies leur cauchemar perpétuel : la réduction du temps de travail. Aux déclarations martiales du Medef et de l’Institut Montaigne [1] se sont ajoutées celles de la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFRAP) encore plus précises : « Débloquer le temps de travail hebdomadaire, débloquer les heures supplémentaires, repousser l’âge de départ à la retraite. Tout simplement nous retrousser les manches pour reconstruire notre économie. Cela ne fera pas peur aux Français qui sont volontaires pour travailler si leurs syndicats ne leur mettent pas des bâtons dans les roues avec des demandes exorbitantes. En temps normal, la France perd plus de 100 milliards de valeur ajoutée en faisant travailler moins, et moins longtemps ses salariés. »[2] Pour que tout soit clair : « Le gros avantage [de l’allongement jusqu’à 60 heures de travail hebdomadaires prévu par le gouvernement] est que les entreprises des secteurs essentiels et leurs dirigeants pourront appliquer ces nouvelles règles sans accord collectif préalable et donc de manière unilatérale et immédiate. »[3]

Lire la suite
_________________
_________________

11:50 Publié dans Analyses | Tags : harribey | Lien permanent

Non Fiction - Entretien avec Eloi Laurent à propos de "Sortir de la croissance"

Crise sanitaire aidant, la santé et plus largement le bien-être soutenable pourraient devenir les critères selon lesquels toutes les politiques économiques seront jugées à l'avenir par les citoyen-nes

Eloi Laurent a publié fin 2019, Sortir de la croissance. Mode d'emploi (Les liens qui libèrent), et il a accepté de répondre à nouveau à quelques questions pour présenter son livre, qui est par ailleurs en libre accès ici.

Nonfiction : Votre dernier ouvrage fait suite à une série de livres que vous avez publiés sur le même thème. Peut-être pourriez-vous alors préciser pour commencer comment il se situe par rapport aux précédents ?   

Eloi Laurent : Cet ouvrage s’inscrit dans un temps court, celui de la décennie écoulée depuis la parution du Rapport Stiglitz   et un temps long, les presque deux siècles passés depuis la formulation de critiques fondamentales à l’encontre de la croissance économique par John Stuart Mill au plus fort de la révolution industrielle. Ma propre réflexion sur le sujet s’apparente à une conversion : macroéconomiste orthodoxe de formation - en l’occurrence keynésien - j’ai été intellectuellement séduit puis totalement convaincu par les travaux pionniers en France de Dominique Méda, Jean Gadrey et Florence Jany-Catrice, qui ont vu l’essentiel et ouvert pour une génération de chercheur(e)s dont je suis un superbe programme de réflexion et de réforme.

Lire la suite
__________________
__________________

08:40 Publié dans Analyses | Tags : eloi laurent | Lien permanent

L'actualité spécial covid et "jour d'après" du 8 au 14 mai

France Inter -  "Au cœur de la crise, construisons l’avenir" : la grande tribune de personnalités de gauche

Une revenante : la gauche. Paradoxalement ressuscitée par le coronavirus, elle redonne de la voix, quasi unie. Une Tribune qui paraît simultanément dans sept grands médias dont France Inter propose des solutions pour l’après-crise.

Parmi les signataires, le communiste Ian Brossat, Raphaël Glucksmann du mouvement Place publique, l’écologiste Yannick Jadot, le patron du Parti socialiste Olivier Faure ou l’ancien chef des frondeurs Christian Paul. À l’exception du NPA et de France Insoumise, c’est tout l’éventail de la gauche sociale et écologiste qui est représenté. Si l’idée est bien à terme de construire les conditions d’une victoire de gauche en 2022, il n’est pas question de refaire à ce stade le programme commun mais plutôt de poser des principes forts pour l’après crise. Une première salve contre "l’impasse des politiques dominantes depuis 40 ans et le capitalisme financier."
____________________

Libé - «Nous ne pouvons pas penser la défense de la culture sans inclure ceux qui ont été passés sous silence»

Par Christophe Honoré , Catherine Deneuve , Pascale Ferran , Omar Sy , Mati Diop , Marion Cotillard , Jeanne Balibar , Virginie Efira , Lomepal et plus de 800 personnalités du monde de la culture (mis à jour le )

Après avoir interpellé Emmanuel Macron sur le sort des intermittents, le collectif de plus de 800 personnalités du monde de la culture repart à l'attaque en soutien aux intérimaires et autres «extras» du secteur, massivement hors des radars des politiques de soutien mises en œuvre par le gouvernement et qui vont basculer au RSA.
_____________________
 
Fondation Jean Jaurès - Confinement : comment le monde de la musique se réinvente-t-il ?
 
Événements de dimension mondiale, sessions live, prime aux réseaux sociaux : en dépit du contexte, l’industrie musicale tente de continuer à divertir. Mais comment donc les artistes gardent-ils le contact avec leur public en temps de confinement ? Laurent-David Samama livre une deuxième analyse pour la série de la Fondation Jean-Jaurès consacrée à la place des artistes et de la culture durant le confinement
_________________
 
France Inter - Covid-19 : pourquoi le laboratoire français Sanofi servira en premier les Américains s'il trouve un vaccin
 
C’est une information de l’agence Bloomberg : si Sanofi parvient à mettre au point un vaccin contre le Covid, les Américains seront les premiers à en bénéficier. Pourquoi les Américains, alors que Sanofi est un laboratoire français?
__________________

Libé - «Non, le protocole sanitaire ne pourra pas être respecté à la lettre dans les écoles»

Thomas Watanabe-Vermorel, candidat aux municipales sur une liste écolo dans le Xe, est directeur d’une école maternelle classée REP, dans le XIXe arrondissement à Paris.

Thomas Watanabe-Vermorel est directeur d’une école maternelle classée REP, dans le XIXe arrondissement à Paris. Il est également candidat aux municipales sur la liste Ecologie Paris 10. C’est sous cette casquette qu’il s’exprime aujourd’hui, avec un message : que les représentants de l’Etat arrêtent de faire croire que le protocole sanitaire est applicable à la lettre.
___________________

L'Huma - Tribune. Ne faisons pas semblant de découvrir les inégalités scolaires

"La maladie a rendu visible la longue casse de l’hôpital public. Les élèves devenus invisibles ont rendu visible la longue casse du service public d’éducation."

Une tribune de Sarah P. universitaire, Isabelle S. inspectrice retraitée, Marie-Jeanne S. professeure et Christophe E. professeur, membres du groupe de travail éducation de Place publique.
______________________

L'Obs - Partager les connaissances scientifiques, une clé de la sortie de crise...

TRIBUNE. Pour accepter les restrictions, les citoyens doivent les comprendre. En appeler à la peur ne suffit pas, expliquent Annabel Desgrées du Loû, directrice de recherche, Institut de recherche pour le développement (IRD) et Olivier Nay, professeur de science politique, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Pendant la sortie de crise, les restrictions vont continuer. Pour les accepter, les citoyens devront les comprendre. Alors que la parole gouvernementale ne cesse de générer de l’anxiété, il est impératif de construire l’adhésion en partageant largement les informations scientifiques. Cela s’appelle « le transfert des connaissances ». C’est l’une des clés pour responsabiliser les individus et donner à la société les capacités de son auto-organisation.
__________________

The Conversation - Débat : N’oublions pas l’importance sanitaire et sociale des cantines scolaires !

La préoccupation sanitaire quasi exclusive accordée à la lutte contre la contamination virale du Covid-19 avait conduit initialement les rédacteurs du projet de protocole pour la réouverture des écoles à recommander que la restauration scolaire se fasse dans chaque classe. Les regroupements dans les cantines étaient en effet considérés comme des facteurs de risques importants, dans la lignée même des avis du Conseil scientifique.

Cette recommandation n’a finalement pas été retenue dans la version officielle définitive, publiée le 3 mai. Et on peut le comprendre si l’on a bien en tête que les cantines scolaires jouent un rôle à la fois sanitaire et social qui a d’ailleurs été au fondement même de la politique nationale menée pour leur développement.
__________________

Terra Nova Par Frédéric Keck - Les formes de l’expertise expriment des rapports différents à la nature

Si l’on veut réfléchir aux modalités d’articulation de la crise sanitaire du Covid-19 avec la catastrophe écologique en cours depuis une quarantaine d’années, on peut faire travailler ensemble spécialistes de la santé publique et spécialistes des sciences sociales et environnementales ; mais on peut aussi décrire comment les différents savoirs mobilisés dans la gestion d’une crise sanitaire engagent des rapports différents à la nature et aux événements qui l’affectent.
____________________

Basta - De la production à la distribution et à la vente de masques : pourquoi ça coince encore

A partir du 11 mai, les masques seront obligatoires dans les transports ou à l’école. Les masques en tissu sont-ils assez efficaces ? Y en aura t-il suffisamment et à quel prix ? Les enseignes ont-elles le droit de les réserver en priorité aux titulaires de cartes de fidélité ? Le coût des masques jetables ne risque t-il pas de gréver les budgets des familles ? État des lieux.

Il aura fallu attendre plus de 130 000 contaminations confirmées et 25 000 morts en France pour que le masque s’impose, lentement, dans les recommandations du gouvernement. Dans son discours le 28 avril devant les députés, Édouard Philippe reconnaît avoir dû gérer « le risque d’une pénurie » et opté durant plusieurs semaines pour la mise à disposition en priorité pour le personnel soignant. A partir du 11 mai, date de levée progressive du confinement, les masques vont être obligatoires dans les transports et fortement recommandés dans l’espace public.
__________________

Terra Nova - Un balcon en forêt 2020 : Essai comparatif sur l’épidémie de Covid

Depuis le début de l’épidémie, des nombreuses comparaisons sont faites d’un pays à l’autre, le plus souvent à partir d’un indicateur de mortalité. La présente étude propose un classement plus sophistiqué en expliquant quelle comparaison est possible entre des pays très différents. Il faut tenir compte notamment des écarts de densité et de concentration de la population, de la structure d'âge des populations et de l'intensité des flux de circulation sur le territoire. Un pays ouvert sur le monde, dense, dont la population est plutôt plus âgée et concentrée dans quelques métropoles, est à l'évidence plus exposé aux ravages du virus qu'un pays moins connecté aux échanges, peu dense, plus jeune et sans grande métropole. L’examen minutieux des données à partir de ces critères pour 24 pays (dont la France) par l'historien des populations Paul-André Rosental pour Terra Nova permet de les placer sur un pied de comparaison stable. La hiérarchie des résultats présente plusieurs surprises. Sur la base d'un indicateur de mortalité ainsi corrigé, l'étude tente ensuite d'évaluer les politiques publiques mises en place pour faire face à la crise dans ces différents pays.
__________________

The Conversation - Débat : le savant et le politique en 2020, un attelage de fortune ?

Les images montrant M. Philippe ou M. Véran au côté de M. Delfraissy, le président du conseil scientifique français dédié au Covid-19, se sont multipliées ces dernières semaines. Elles avaient évidemment pour but de rassurer les Français sur la place que tient l’expertise scientifique dans les choix politiques et de crédibiliser la parole du politique dans une situation où les inconnues qui entourent le virus sont nombreuses. Pour autant qu’elle se conçoive naturellement, cette relation du politique au scientifique n’est pas sans dangers ni écueils. Cent ans après la parution de l’ouvrage Le Savant et le politique de Max Weber, il convient de s’interroger notre rapport à la science et au savoir et, plus profondément, sur leur statut dans nos sociétés.
______________________

20 Minutes - Coronavirus : Un virage écologiste pour Macron ? Il réfléchit à un « green deal français », selon Cambadélis

POLITIQUE L’ancien premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, annonce ce « green deal français » pour « des raisons politiques évidentes, [car] le libéralisme économique ne va pas être de saison »

Pas un tournant à gauche mais un virage écologiste pour Emmanuel Macron. C’est ce que pense  Jean-Christophe Cambadélis, ancien patron du PS, dans un entretien au Point samedi. « Emmanuel Macron n’a pas en tête un tournant à gauche. Mais il réfléchit à un nouveau cours rooseveltien écologiste. Ceci pour des raisons politiques évidentes, le libéralisme économique ne va pas être de saison. Il pense ainsi recapitaliser son "progressisme" dissous dans le centre droit », souligne l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste.
___________________

Libé - A Clermont-Ferrand, l'espoir des Luxfer

A Clermont-Ferrand, les anciens salariés de Luxfer, seule usine d’Europe fabriquant des bouteilles d’oxygène médical et des appareils respiratoires pour les pompiers, se tiennent prêts. Leur espoir? Relancer leur outil de production et participer à leur façon à l’effort de guerre contre l’épidémie de coronavirus. Leur avenir est suspendu à la décision que prendra Bercy. «Il n’y a que l’Etat qui peut faire sauter ce verrou», tempête Axel Peronczyk, représentant CGT des salariés qui ont occupé leur usine en février et en mars. «Si Luxfer refuse de vendre, il faut nationaliser», abonde la députée socialiste du Puy-de-Dôme, Christine Pires Beaune.
____________________

Huffington Post - Malgré le sexisme de leur parti, ces femmes de gauche veulent gagner "la bataille culturelle"

Après avoir participé à un meeting contre le "coronaviril", certaines élues ont été critiquées en interne ou tout simplement ignorées.

Le sexisme en politique et à gauche en particulier a encore de beaux restes. Pour preuve, le meeting qui s’est tenu en ligne mercredi 6 mai entre des élues de gauche et des femmes de la société civile pour dénoncer les reculs des droits et de la visibilité des femmes observés pendant ce confinement, rebaptisé “Coronaviril”.
____________________

France Culture - Montebourg, l'anti-Macron

Arnaud Montebourg multiplie les apparitions médiatiques depuis quelques semaines. Il y dénonce les ravages de la mondialisation et le fait qu'Emmanuel Macron a été l'un des artisans de la délocalisation d'une partie de l'appareil productif français.

Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron ont quelques points communs.

Ils ont tous deux été ministre de l’économie, tous deux sous l’autorité du même président, François Hollande, et ils l’ont également tous deux trahis. Emmanuel Macron en se présentant à sa place à l’élection présidentielle, en 2017. Arnaud Montebourg en essayant, trois ans plus tôt, de lui faire avaler l’amer breuvage de la "cuvée du redressement". C’est d’ailleurs ce qui lui a coûté sa place à Bercy.

00:00 Publié dans Revue de presse | Lien permanent