Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2015

Observatoire des inégalités - Pourquoi faire payer les riches ne paie pas

27 octobre 2015 - Pour sortir de la crise, faire payer les riches ne paie pas. Si la démagogie fiscale est inefficace d’un point de vue économique, elle est aussi une erreur politique. Notre pays ne peut moderniser son modèle sans un large effort de solidarité universel. Un point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Alterecoplus.


Pour sortir de la crise, faire payer les riches est un programme insuffisant, qui à lui seul se révèle même contreproductif pour les plus démunis. La démagogie fiscale est inefficace d’un point de vue économique mais aussi une faute politique. Notre pays ne s’en sortira pas durablement sans un effort de solidarité universel. Les récentes données publiées par l’Insee sur les revenus 2013, permettent de comprendre pourquoi en faisant un bilan de la période 2011-2013. Il se passe ce que nous annoncions au printemps 2012 (lire « Faire payer les riches » : un consensus démagogique) : les hausses d’impôts, trop concentrées sur le haut de la distribution des revenus, ont mis à mal la légitimité du système et annihilé les efforts de redressement. Finalement, les catégories populaires vont le payer encore plus cher.

 

La construction du « ras-le-bol fiscal »

 

Entre 2011 et 2013, le niveau de vie moyen (après impôts et prestations sociales) des 10 % les plus aisés est passé de 59 200 à 54 200 euros, une perte de 5 000 euros, qui représente 9 % de leurs revenus. Comme le note l’Insee, une partie de cette baisse est liée à la diminution des revenus du patrimoine et sans doute à des jeux d’optimisation fiscale, mais c’est principalement la fiscalité qui a pesé. Dès lors, la réaction a été rapide et ce qui devait arriver arriva, on a assisté à la construction du « ras-le-bol fiscal » : avec l’aide du ministre de l’Économie de l’époque Pierre Moscovici, de quelques sondages faciles et des lobbys anti-impôts, les plus aisés ont réussi à faire passer le message selon lequel tout le monde paie trop d’impôts.
Le tour était joué, et la majorité a retourné sa veste et remisé la réforme fiscale au rayon des accessoires, avant de se convertir à un « socialisme de l’offre » qui n’a rien de social « réformiste » ou « démocrate ». Les baisses d’impôts ont repris : le pacte dit de « responsabilité » va faire perdre pas moins de 46 milliards chaque année aux finances publiques, un montant colossal qui met en échec toute possibilité de rénovation de l’offre de services publics (voir notre comparateur pour comprendre ce que l’on aurait pu faire à la place).

Lire la suite
______________________
______________________

Les commentaires sont fermés.