Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2016

Collectif critique : L’Europe : une crise des fondations

Crise des migrants, menace d’une sortie de la Grande-Bretagne, résurgence du nationalisme sous ses formes les plus virulentes : l’Europe tremble sur ses bases. La crise de l’Europe n’est pas due à son inachèvement, c’est une crise ouverte de ses fondations.

Son fonctionnement actuel obéit en effet aux principes de l’ordolibéralisme, une forme spécifique de néolibéralisme auquel se sont ralliés dès les années 50 les “constructeurs” de l’Europe. Trois “règles d’or” commandent ce fonctionnement : la stabilité monétaire, l’équilibre budgétaire, la concurrence libre et non faussée. Ces règles d’or sont “constitutionnalisées” dans les traités et placées sous la surveillance vigilante des institutions européennes. Ce corset disciplinaire s’est mis en place par étapes depuis la fin des années 50. Il s’est renforcé peu à peu, traité après traité, au point de constituer aujourd’hui une contrainte institutionnelle dont on ne peut desserrer l’étau. Le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) a même mis en place un mécanisme de sanctions pour qu’aucun pays ne puisse se soustraire aux règles d’or.

Lire la suite
____________________
____________________

18:00 Publié dans Tribune | Tags : collectif critique | Lien permanent

L'Humanité - Collectif critique : Déclaration du Collectif critique

Nous ne sommes pas des experts. Nous ne parlons pas en experts mais en citoyen(ne)s qui subissons, comme les autres, l’impossibilité de participer activement aux choix qui nous concernent dans le travail, dans la ville, dans la société, dans le monde.
 
Avec tant d’autres, nous ne sommes pas représentés, moins encore appelés à agir pour le bien commun. Des professionnels de la politique décident à notre place hors de tout contrôle. Des oligarchies industrielles et financières ultraminoritaires nous imposent des choix qui servent et confortent leurs intérêts. Des normes économiques supposées indiscutables, des traités internationaux négociés dans notre dos, des technocraties et des experts en tout genre bafouent le principe du « gouvernement par le peuple ». Ce n’est pas nouveau, mais c’est de pire en pire.
 
Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : collectif critique | Lien permanent