Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bolloré

  • Le Vent se lève - Vincent Bolloré, empereur des médias au pays de la complaisance

    Face aux sénateurs de la commission d’enquête sur la concentration des médias, mercredi 19 janvier, Vincent Bolloré n’avait plus qu’à se féliciter de sa victoire. Il faut dire que ses hôtes ont été particulièrement bienveillants. Présidée par Laurent Lafon, membre du groupe Union centriste, cette commission sénatoriale s’était donnée pour but d’enquêter sur le phénomène de concentration des médias en France et d’en « évaluer l’impact […] sur la démocratie ». L’actionnaire majoritaire du groupe Bolloré, dont le chiffre d’affaires s’élevait à 24 milliards d’euros en 2020, s’est donc prêté au jeu de l’interrogatoire. Une véritable promenade de santé pour le chef d’entreprise qui, pendant deux heures, a fait les questions et les réponses, dopé par les louanges des uns et l’indulgence complice des autres. Si la figure de Vincent Bolloré est aujourd’hui pointée du doigt par certains médias, c’est parce qu’il est le principal bénéficiaire d’un système capitalistique, encouragé par les décisions politiques de ces dernières décennies. Son autorité désormais acquise dans l’espace médiatique français est en effet le résultat d’un long processus de laisser-faire, soutenu et entretenu par l’État. Elle illustre les effets d’une complicité devenue aliénante entre élites politiques, économiques et culturelles du pays.

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • Marianne - Concentration des médias : quand Vincent Bolloré humilie le Sénat

    Interrogé au Sénat par une commission d'enquête sur la concentration des médias, le milliardaire breton a pu orienter les débats comme il le souhaitait. Vincent Bolloré a minimisé le poids réel de son groupe tout en considérant que les biens culturels devaient avant tout être rentables, le tout sans contradiction ou presque.

    Il aurait sans doute mieux fallu que cette audition ne soit jamais diffusée sur Public Sénat tant elle a été humiliante pour la représentation nationale. Le 20 janvier, dans le cadre de la commission d’enquête sur la concentration des médias, les sénateurs devaient interroger Vincent Bolloré pour savoir si son groupe représentait une menace pour la diversité culturelle et le fonctionnement démocratique.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________