Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2016

Claude Bartolone - "Il faut du temps pour faire une bonne loi" - L'invité de 8h20


Claude Bartolone - "Il faut du temps pour faire... par franceinter

Claude Bartolone : "Je propose que l'on arrive à 400 députés" - Interactiv


Claude Bartolone : "Je propose que l'on arrive... par franceinter

Paul Alliès - Et si les «Primaires citoyennes» étaient le début d’autre chose

Le Conseil national du PS a adopté ce dimanche 2 octobre une résolution (accompagnée d’un vade-mecum détaillé) pour l’organisation de « Primaires citoyennes ». Les conditions pourraient être réunies pour qu’elles ne restent pas au stade de l’opération pro-Hollande telle qu’imaginée par la direction du parti.

Les péripéties de l’idée même de Primaire chez les socialistes mériteraient un récit spécifique : entre le 7 juin 2015, quand la majorité du congrès de Poitiers l’enterre, en passant par le 10 janvier 2016, date de l’appel à « Notre Primaire » lancé par un collectif pluraliste,  jusqu’à une résolution du Conseil national du PS le 18 juin dernier, le cheminement de la direction Cambadélis aura été contradictoire et erratique. Disons qu’elle est passée de l’hypothèse même d’effacer les Primaires des nouveaux statuts du Parti dans un congrès extraordinaire, à la défense d’une Primaire a minima, réduite au périmètre improbable et restreint de la Belle Alliance Populaire. Le vote de ce dimanche ouvre une nouvelle séquence : les doutes sérieux qui pesaient sur l’organisation du scrutin ont été levés ; celui-ci est ouvert à toute la gauche tant pour ses éventuels candidats (jusqu’au 15 décembre) que pour ses électeurs (les 22 et 29 janvier 2017). La bataille opiniâtre menée par Christian Paul et la gauche du parti (essentiellement le courant « A gauche pour Gagner ») a donc fini par l’emporter. Les résistances de l’appareil, tout entier tourné vers la satisfaction des besoins changeants de François Hollande, ont bel et bien été vaincues.

Lire la suite
___________________
___________________

Mediapart - A gauche, le compromis ou la rupture?

Le débat oppose Olivier Besancenot, ancien candidat à la présidentielle, ancien porte-parole du NPA, à Henri Weber, chargé des études à la direction du PS, qui vient de publier «Éloge du compromis», chez Plon.

06/10/2016

François Hollande peut-il vraiment ne pas se représenter en 2017 ?

Julien Dray - L'invité de Laurence Ferrari du 03/10/2016

Le #17h épisode 49 - Sarah Proust revient sur les façons de combattre le Front National


Le #17h épisode 49 - Sarah Proust revient sur... par PartiSocialiste

L'édito de Jean-Christophe Cambadélis - épisode 12 : "Engagez-vous, faites vivre la primaire, rassemblez-vous!"


L'édito de Jean-Christophe Cambadélis - épisode... par PartiSocialiste

Bilan de Macron: "On dirait des réformes pour pays en développement", selon Thomas Porcher

"L'intérim a été multiplié par cinq, les CDD par quatre, les stages par trois depuis 1980. Cela fait 30 ans qu'on a assoupli notre marché du travail", a rappelé l'économiste Thomas Porcher sur le plateau d'Amandine Bégot ce mardi 4 octobre. "Penser que c'est la volonté individuelle qui va vous permettre de devenir milliardaire est un conte d'Emmanuel Macron", a-t-il ajouté. L'auteur du livre "Introduction inquiète à la Macron-économie" juge sévèrement le bilan de l'ancien ministre: "Il n'y a pas de vision de politique économique. On dirait des réformes pour pays en développement".

09:04 Publié dans Vidéo | Tags : thomas porcher, macron | Lien permanent

05/10/2016

Le Grand Jury avec Manuel Valls le 2 octobre 2016 - partie 1


Le Grand Jury avec Manuel Valls le 2 octobre... par rtl-fr

21:00 Publié dans Vidéo | Tags : valls, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent