Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2020

Les hommages à Samuel Paty partout en France

La France rend hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie de 47 ans décapité vendredi en région parisienne. Plusieurs mobilisations ont lieu, comme sur la place de la République à Paris.

17:31 Publié dans Vidéo | Lien permanent

Libé - Direct- Hommage à Paris : «La France, elle est laïque et républicaine»

#JeSuisProf.

(De nos journalistes sur place) A Paris, c'est surtout ce silence qui surprend. La place de la République est noire de monde : des familles, des couples, des gens venus seuls, des jeunes, des vieux. La plupart se tiennent là sans un mot, côte à côte, tout le monde derrière son masque. Il y a juste ces applaudissements, par moments, qui entrecoupent le silence, comme si c'était la seule réponse possible, aujourd'hui.

Lire la suite
__________________
__________________

17:29 Publié dans Article du jour | Lien permanent

Mémoire ouverte - Table ronde "Le 17 octobre 1961"

Paris, 17 octobre 1961 : 30 000 Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui leur a été imposé. La répression, d’une violence inouïe, fait des dizaines de morts : un massacre dont la mémoire sera occultée pendant des décennies. C’est cette “énigme”, selon le mot de Pierre-Vidal Naquet, qui est réinterrogée ici à travers la projection du documentaire Octobre à Paris (1962), suivie d’une table ronde avec l’historien Gilles Manceron et et Edouard Schoene (Association Algérie au cœur). Modération : Noria HADDADI (coordinatrice culturelle de la Médiathèque de Vaise, membre de l’association Coup de Soleil et de la revue Dérives).

17:20 Publié dans Histoire | Lien permanent

À Conflans-Sainte-Honorine, élèves et riverains rendent hommage à "Monsieur Paty"

14:23 Publié dans Vidéo | Tags : paty | Lien permanent

Rassemblement en hommage à Samuel Paty, en soutien aux enseignants, pour la liberté et contre la terreur.

Samedi 17 octobre 

Samuel Paty, enseignant, a été assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet à sa classe lors d’un cours d’éducation civique sur la liberté d’expression. Il est une nouvelle victime du terrorisme islamiste. Notre intransigeance et notre détermination sont totales contre la barbarie fanatique qui voudrait nous imposer son ordre. Cette fois, à travers lui, c’est l’école républicaine, laïque et émancipatrice qui a été visée.

L’horreur absolue de ce crime suppose une réaction d’unité de la nation. C’est pourquoi Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, a formulé la demande au chef de l’Etat d’associer l’ensemble des Françaises et des Français à des obsèques nationales et que soit décrété un deuil national.

Aujourd'hui, dimanche 18 octobre un rassemblement se tiendra à 15h place de la République à Paris. Olivier Faure y sera présent et appelle les élus et militants socialistes à prendre part à cette initiative, et celles qui se tiendront partout en France, en hommage à Samuel Paty et en soutien aux enseignant.e.s, à l’école premier maillon dans la transmission des valeurs de la République.

Libé - «Monsieur Paty, il était trop drôle, on voulait tous l'avoir»

Samuel Paty, le professeur d’histoire-géo assassiné vendredi, était apparemment un as en blagues. Charlotte (1), 13 ans, raconte combien il pouvait faire rire, en classe. «Il était trop drôle. Par exemple, quand il voyait que l’on s’endormait un peu, il disait d’un coup "Kinder bueno" assez fort. Forcément, on se réveillait.» Et Samuel Paty reprenait son cours… D’autres fois, il criait «allez hop, tous sur les PC…. En fait, non, je blague!» Charlotte se souvient aussi d’un «truc» qui la faisait rire par-dessus tout : «Quand il passait dans les rangs derrière nous et disait "hum, il n’y a pas d’interrupteur, c’est bien ce que je pensais". Gros blanc à chaque fois, et toute la classe rigolait.» Samuel Paty, 47 ans, enseignait depuis plusieurs années dans ce collège calme, d’un quartier pavillonnaire de Conflans-Sainte-Honorine. Il faisait partie des trois profs chouchous du bahut, à en croire Charlotte, «on voulait tous l’avoir».

Lire la suite
_________________
_________________

12:16 Publié dans Article du jour | Tags : paty | Lien permanent