Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2020

Mediapart - Isabelle Stengers: faire commun face au désastre

Entretien avec la philosophe Isabelle Stengers autour de son livre "Réactiver le sens commun".

20:50 Publié dans Idées | Tags : stengers | Lien permanent

RDC : femmes mineurs, la voie de l’émancipation | ARTE Reportage

La République Démocratique du Congo n’est souvent connue que pour ses guerres, ses diamants de sang, ses violences sexuelles. Mais aujourd’hui, des changements inattendus se produisent dans les provinces orientales du pays.

Depuis 2006, les femmes de ces régions riches en minerais ont investi le secteur des mines artisanales. Elles y ont créé des associations professionnelles aujourd’hui regroupées en un dense réseau connu sous le nom de RENAFEM (Réseau National des Femmes dans les Mines). Grâce à lui, des femmes ambitieuses, parfois issues de milieux privilégiés comme Angélique Nyirasafari, ont atteint un niveau économique et social qui concurrence celui de leurs homologues masculins. D’autres, comme l’activiste Emilienne Intongwa, ont eu des départs plus modestes, mais n’hésitent plus à dénoncer les tentatives de discrimination envers les femmes. Au bas de l’échelle, les « mama » twangaises comme Tullia Christine sont encore trop souvent vulnérables, exposées aux abus d’un secteur longtemps sans foi ni loi. Les conditions économiques, sociales et politiques sont désormais réunies pour que les femmes des mines artisanales congolaises défendent leurs droits. Et ouvrent ainsi la voie à l’émancipation des femmes de leur pays.

17:50 Publié dans International | Lien permanent

#LaMatinale Olivier Faure : «Nous avons maintenant un combat à mener tous ensemble»

Observatoire des inégalités - « Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens. » Entretien avec Hervé Guéry directeur du Compas

Entretiens 10 mars 2020

Selon les villes, la forme que prennent les inégalités de revenus ne sont pas les mêmes. Des inégalités peuvent aussi signifier de la mixité sociale. Les explications de Hervé Guéry, directeur du Compas, spécialiste de l’analyse des données sociales locales.

Comment expliquer qu’au palmarès des inégalités on retrouve côte à côte Roubaix et Paris ?

La question de l’instrument de mesure est essentielle. L’indice de Gini [1] est un outil performant mais il ne tient pas compte du type de distribution des revenus sur le territoire concerné. Un même indice peut signifier une répartition très différente des revenus, des inégalités par le haut ou par le bas. Entre Roubaix et Paris, voire Neuilly-sur-Seine, il n’est pas besoin d’être un spécialiste pour comprendre que le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens. A Neuilly, nous avons une inégalité de revenus avec très peu (s’ils existent !) de ménages à faible niveau de vie. Les inégalités se mesurent entre ménages aisés, si l’on compare à la distribution des revenus nationale. A Roubaix, nous observons un même résultat, mais avec des niveaux de vie qui sont très faibles au regard de la situation nationale. A Neuilly, l’indice de Gini décrit une inégalité de revenus au sein de la commune entre ménages aisés. A Roubaix, nous sommes dans une situation inverse avec un niveau de grande pauvreté très élevé. Paris ressemble plus à Neuilly qu’à Roubaix évidemment, mais avec moins de très très riches.

Lire la suite
__________________
__________________

11:55 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

La Vie des idées le 10 mars - Tristes campagnes municipales

De quelques évolutions inquiétantes de la démocratie locale

Alors que la représentation démocratique connaît une grave crise de confiance au niveau national et que se développe l’intercommunalité qui prive les maires d’une partie de leur pouvoir, la démocratie locale pâtit des lois de décentralisation.

Le grand débat national, en réponse à une mobilisation des gilets jaunes aux allures de crise de régime, a donné l’occasion de réactiver une vieille antienne. En confiant aux maires les cahiers de doléances et les débats locaux, c’est la figure de la commune comme (dernier ?) bastion de notre démocratie qui semblait appelée à la rescousse. Le président du Sénat, qui ne cessait de faire des maires l’ultime « corps intermédiaire », l’a encore martelé lors de ses vœux récents à la presse : « Aujourd’hui, la défiance se manifeste vis-à-vis tant des élites, des politiques que des médias. Seuls les maires échappent à cette grande interrogation de la confiance »

Lire la suite
_________________
_________________

08:44 Publié dans Analyses | Tags : la vie des idees | Lien permanent

Réaction d’Olivier Faure à la déclaration du Président de la République