Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2019

La croissance a-t-elle un sens ? | ARTE

[Disponible jusqu'au 16 novembre 2019]
Face à la crise et aux risques écologiques, il faut repenser de fond en comble notre modèle de société fondé sur la croissance. Locales et solidaires, des solutions alternatives existent. Le documentaire de Marie-Monique Robin témoigne de celles qui vont – peut-être – orienter notre futur.

Entre les décideurs politiques et une partie de la population réticente à se laisser imposer les doxas libérales, les visions du monde tel qu’il doit être semblent irréconciliables. Lorsque les premiers ne jurent que par la croissance, répétant le terme comme une formule incantatoire, les seconds espèrent en d'autres solutions et réfutent le productivisme et la consommation à tout prix. Les experts intervenant dans le film sont formels : sous la forme qu'elle a connue au XXe siècle, la croissance est terminée et ne reviendra pas. Leur assertion repose sur de nombreux paramètres, dont la fin de l’ère des énergies bon marché ou la dépendance croissante à la dette.

Fous et insoumis
"Celui qui pense qu’une croissance exponentielle infinie est possible dans un monde fini est soit un fou soit un économiste", déclare un... économiste, non sans humour. Alors, pendant que les États s’enfoncent dans la crise, des insoumis créent les prémices d’une société fondée sur la sauvegarde écologique et le développement durable. Avec Sacrée croissance !, Marie-Monique Robin présente une sélection d’initiatives réussies et de modèles alternatifs viables. Son film élargit ainsi le champ des possibles en montrant comment on peut réfuter en action, et pas seulement en paroles, le modèle économique dominant. Avec une idée-force : face au gaspillage mondial, la réponse doit être locale et solidaire. À Toronto, une coopérative de fermiers produit des légumes bio près du centre-ville et vise la souveraineté alimentaire. À Rosario (Argentine), on lutte contre l’exclusion sociale en fertilisant d'anciennes décharges pour embaucher des maraîchers débutants. Certains villages népalais s’approchent de l’autosuffisance énergétique grâce au biogaz et à la micro-hydroélectricité. Au Brésil ou en Bavière, des banques communautaires et des monnaies locales bouleversent le rapport à l’argent d’un public qui se fait "prosommateur" (producteur et consommateur). Quant au Bhoutan, il développe une politique publique révolutionnaire, instaurant le concept du "Bonheur national brut" (BNB). "L’abondance matérielle finira par s’arrêter", rappelle un des intervenants. "Et c'est avant qu'il faut changer de paradigme économique", insiste la réalisatrice.

18:18 | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Catalogne : entre raisons démocratiques et passions nationales en direct ici même le 18 septembre à 18h30

La Catalogne est depuis plusieurs années en crise, déchirée entre indépendantistes et centralistes qui se disputent le vote des électeurs des quatre provinces catalanes et en appellent à l’Union européenne, voire aux Nations unies, pour valider démocratiquement leur combat politique. Alors que les prochains mois seront décisifs pour la région, la Fondation Jean-Jaurès décrypte les éléments constitutifs de cette crise et de réfléchir à de possibles évolutions politiques et institutionnelles avec un débat qui réunit :
• Marc Bassets, correspondant du quotidien El Pais à Washington (2007-2014) et à Paris depuis 2017, ancien correspondant de La Vanguardia à Berlin et à Washington ;
• Rafael Jorba, journaliste dans différents médias – El Periódico, La Vanguardia, TVE, TV3 –, ancien membre Conseil de l’audiovisuel de Catalogne et auteur de plusieurs essais sur le catalanisme et le nationalisme catalan,
et animé par Jean-Jacques Kourliandsky, directeur de l’Observatoire de l’Amérique latine de la Fondation Jean-Jaurès.

17:50 Publié dans Vidéo | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

Libé - Italie : Matteo Renzi quitte le Parti démocrate et crée son mouvement

L'ancien chef du gouvernement italien Matteo Renzi, l'un des hommes forts de la gauche dans la péninsule, a annoncé mardi son départ du Parti démocrate (PD) pour créer son propre mouvement, afin de mieux combattre les idées du leader de l'extrême droite Matteo Salvini. Il a cependant assuré que lui-même et les élus qui le suivront continueraient à apporter leur soutien parlementaire au nouveau gouvernement de Giuseppe Conte, formé du PD et du Mouvement 5 étoiles

Lire la suite
__________________
__________________

17:31 Publié dans International | Tags : renzi | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Les inégalités de niveau de vie n’augmentent plus depuis cinq ans

Après avoir fortement augmenté, les inégalités de niveau de vie se stabilisent ces dernières années. Pour autant, elles demeurent plus élevées qu’il y a vingt ans. Notre synthèse sur l’évolution des inégalités de revenus.

Allons-nous enfin vers du mieux en matière d’inégalités de revenus ? En 2012 et 2013, les écarts de revenus ont diminué. Ensuite, entre 2013 et 2017, ils se sont stabilisés. Les données 2017 de l’Insee se situent au même niveau qu’il y a dix ans. Il est bien trop tôt pour crier victoire : les inégalités demeurent à un niveau supérieur à ce qu’elles étaient au milieu des années 1980. Voyons ce qu’en disent les principaux instruments de mesure.

Lire la suite
__________________
__________________

14:47 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

La vie des idées - Les Gilets jaunes et les exigences de la représentation politique par Rémi Lefebvre

Le rejet de toute représentation, qui a été sa force, a conduit le mouvement des Gilets Jaunes à s’absenter des élections européennes, et à l’essoufflement. Cette dynamique de désintermédiation de la politique n’est pas propre à la France : elle ronge l’ensemble des démocraties occidentales.

Les Gilets jaunes ont été largement absents de la séquence des élections européennes. Alors qu’ils ont dominé l’agenda politique et médiatique pendant six mois et fortement déstabilisé le pouvoir en place, ils ont très peu marqué la campagne électorale dont l’issue a consolidé la position de La République en Marche et confirmé le séisme électoral de 2017. Le mouvement produira sans nul doute des effets structurels de politisation et de socialisation et il n’est pas exclu qu’il connaisse un rebond, mais à court terme il semble s’être liquéfié et dissous. L’ordre électoral et la politique instituée ont repris leur droit et réimposé leurs codes. Cette restauration était prévisible. Mais cette situation renvoie aussi aux contradictions et aux apories du mouvement qu’un retour sur les derniers mois passés permet d’analyser.

Lire la suite
_________________
_________________

08:37 Publié dans Analyses | Tags : gilet jaune | Lien permanent