Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2019

Non Fiction - Un « républicanisme » identitaire

Selon le politologue Laurent Bouvet, la nouveauté qui justifie le titre choisi est le surgissement, depuis une trentaine d’années, d’un islam visible, dont le symbole est le foulard dit « islamique ». Cette histoire, commencée en 1989 à Creil, est bien connue et il est inutile d’en rappeler les moments forts. D’une façon générale, l’auteur considère le rapport à l’islam comme révélateur des désaccords interprétatifs sur ce qu’est réellement la laïcité, tout particulièrement au sein de la gauche. Quels sont les points saillants de son argumentation ?

On a tendance, selon L. Bouvet, à définir la laïcité instaurée par la loi de 1905 comme une laïcité libérale et, ce faisant, à la réduire à un dispositif juridique, la séparation du politique et du religieux. De surcroît, on transformerait le principe, incontestablement central, de la liberté de conscience en liberté religieuse dont elle n’est qu’une simple composante. Mais la laïcité qu’Aristide Briand défendait n’était nullement libérale : elle exprimait un point de vue républicain modéré, et il conviendrait de combattre le glissement (voire la trahison) opéré depuis, sous la néfaste influence du libéralisme anglo-saxon.

Lire la suite
_________________
_________________

20:50 Publié dans Analyses | Tags : bouvet, laicite | Lien permanent

Observatoire des inégalités - L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes

Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes se réduisent. Ils ont régulièrement baissé du milieu des années 1970 à la fin des années 1990. Depuis 1995, le rattrapage se poursuit, mais à un rythme ralenti. Selon cette tendance, il faudrait encore plusieurs dizaines d’années pour atteindre l’égalité salariale entre femmes et hommes.

Dans les années 1950, les femmes employées à temps complet [1] percevaient en moyenne deux tiers des salaires masculins. En 1998, elles ont franchi le seuil des 80 %. Le rattrapage a été particulièrement rapide entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. Depuis, il se poursuit à un rythme plus lent. Les femmes ont grignoté seulement trois points au cours des quinze dernières années, pour atteindre 83,5 % du niveau de salaire des hommes en 2015.

Lire la suite
________________
________________

17:47 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalites | Lien permanent

Le Vent se lève - Jean-Numa Ducange : « Il y a un dialogue constant entre la France et Marx »

Spécialiste des gauches dans les pays germanophones et en France, des marxismes et de la Révolution française, Jean-Numa Ducange est maître de conférences à l’Université de Rouen. Auteur de Jules Guesde, l’anti Jaurès ?, il présente la biographie d’un homme passé aujourd’hui au second plan. Nous sommes revenus avec lui sur des figures marquantes de gauche, l’héritage du marxisme ainsi que sa perception des gilets jaunes en tant qu’historien.

Lire la suite
_______________
_______________

14:53 Publié dans Analyses | Tags : ducange, marx | Lien permanent

Le Monde, Françaoise Fressoz - La démocratie, en danger, doit se réinventer

Pour contrer la montée des régimes populistes, il serait temps de « remoraliser » la mondialisation et d’y inclure les peuples.

Le Cercle des économistes. En mai 2017, le V-Dem Institute, un institut de recherche international basé en Suède, avait placé la France en tête des démocraties libérales. En compilant plus de 300 indicateurs à travers 174 pays, il avait distingué l’Hexagone pour la stabilité de ses institutions, la régularité de ses élections, la présence de contrepoids efficaces à l’exécutif et l’existence de puissants mécanismes de redistribution permettant de réduire les inégalités.

Lire la suite
__________________
__________________

11:50 Publié dans Analyses | Tags : fressoz, democratie | Lien permanent

Libé - Benjamin Stora : «Les Algériens ont beaucoup appris de ce qu’ils ont subi»

Pour l’historien spécialiste du Maghreb, les défections en cascade de figures historiques, mais aussi des syndicats, de la magistrature et de l’armée, ont contribué au renoncement du clan Bouteflika.

Benjamin Stora (1) est historien, spécialiste du Maghreb. Nous l’avons joint peu après l’annonce du renoncement de Bouteflika à briguer un cinquième mandat consécutif.

Lire la suite
____________________
____________________

07:45 Publié dans International | Tags : stora, boutaflika | Lien permanent