Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Marianne - Salman Rushdie : "Les agresseurs se considèrent aujourd'hui comme des victimes"

L'écrivain dresse le constat de la complète inversion morale qui a saisi notre monde moderne, celui où il faut "s'excuser auprès de ceux qui vous attaquent".

Marianne : Dans votre livre, la première étrangeté qui signale la guerre entre la raison et l'imagination est la lévitation.

Salman Rushdie : C'est la première idée qui m'est venue. J'ai toujours porté une attention particulière au sol, à l'emplacement où l'on se tient et d'ailleurs, avant toute chose, je commence à imaginer où se déroule l'action d'un roman. Or, se tenir à un centimètre du sol pose des questions fascinantes parce que concrètes, par exemple : comment fait-on l'amour, comment conduit-on ? Je me suis posé aussi ce type de questions avec le tapis volant. Dans quelle sorte d'usine en fabrique-t-on, comment arrive-t-on à se tenir dessus, à évoluer dans le froid, etc. ?

Lire la suite
__________________
__________________

23:42 Publié dans Point de vue, Réflexions | Tags : salman rushdie | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.