Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2019

Slate - Pourquoi l'extrême gauche ne bénéficie pas plus de la crise de la social-démocratie

Que ce soit en Espagne, en Grèce, en France, en Allemagne ou en Italie, les partis de gauche radicale n'arrivent pas à convaincre massivement les électorats.

La littérature sur la crise (irréversible?) de la social-démocratie européenne est abondante, et pourrait-on même dire topique. Mais la stagnation des formations politiques situées à sa gauche, et qui pourraient en théorie profiter de son essoufflement, est beaucoup moins documentée.

Il est vrai que les situations dans les différents pays ne sont pas homogènes. Car certains partis de gauche post-communiste ont une vraie influence politique (le Bloco de Esquerda portugais, le Vänsterpartiet suédois et même Podemos en Espagne malgré la crise interne qu’il traverse). Cependant, en général, ces partis n’ont pas été capables de profiter massivement du mécontentement et de la déception suscités par les sociaux-démocrates

Lire la suite
______________
______________

17:45 Publié dans Analyses | Tags : extreme gauche | Lien permanent