Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2014

Libé - «Le capitalisme entraîne une crise de l’attention»

Internet, SMS, réseaux sociaux : la concentration est devenue, comme l’eau, un bien rare. Professeur de littérature, Yves Citton considère qu’il est nécessaire d’envisager une «écologie attentionnelle».

En cette époque de surcharge informationnelle et de distraction généralisée, l’attention est devenue un bien rare, le «temps de cerveau disponible» que cherche à capturer le capitalisme consumériste. En dédiant non pas un mais deux livres à l’épuisement de nos ressources attentionnelles, Yves Citton est conscient de la contradiction. «Il aurait fallu écrire un tweet […] mais pas un livre», plaisante le professeur de littérature à l’université de Grenoble et codirecteur de la revue Multitudes qui plaide pour une «écologie de l’attention».

Lire la suite
___________________________
___________________________

20:35 Publié dans Réflexions | Tags : citton | Lien permanent

23/09/2014

Rue 89 « La gauche doit redevenir sensible et attentionnée »

Sommes-nous encore capables de concentration à l’heure où Internet et les smartphones nous sollicitent sans cesse ? Pour Yves Citton, professeur de littérature, cette dissolution de l’attention est une chance.

Lire la suite
__________________________
__________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : citton | Lien permanent

21/09/2014

Non Fiction : Les débats scientifiques à la lumière de la littérature

Résumé :   La démocratie ne peut se passer de débats portant sur les résultats et orientations scientifiques, mais comment les réguler ?

La politique n'aime sans doute pas la littérature, qu'elle range du côté de la polygraphie. Mais les sciences ? Les rapports entre sciences et littérature sont depuis longtemps établis, en tout cas depuis le désenchantement du monde. Ils se déploient de plusieurs manières, parfois contraires : interprétations jubilatoires des résultats scientifiques, accentuation des craintes y relatives, travail aux limites des sciences, imageries critiques des savants, mais aussi imageries glorieuses... bref tout un encadrement des sciences s'ancre dans la littérature, lequel peut être provoqué par les savants eux-mêmes, ou appréhendé directement par les écrivains. Il reste que la pensée des sciences demeure incomplète si l'on ne s'attarde pas aussi sur les controverses scientifiques, qu'elles aient un impact ou non sur les résultats des recherches scientifiques (en tout cas, elles peuvent en avoir un sur la temporalité (ralentie ou accélérée) des recherches). Et de telles controverses, il en existe de deux sortes au moins : les controverses internes à la recherche (Galilée et Descartes discutant du rapport de la chute d'un corps au carré de l'espace ou au carré du temps) et les controverses portant sur l'utilité de telle ou telle recherche, ses visées, ses composantes. C'est à cet aspect que cet ouvrage se consacre.

Lire la suite
________________________________
________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : citton | Lien permanent