Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2015

Fondation Jean Jaurès - Janvier 2015 : le catalyseur par Jérôme Fourquet, Alain Mergier

Quel est l’impact des attentats de janvier 2015 sur les milieux populaires ? Ont-ils modifié leur attrait pour le Front national ? Une enquête approfondie donne des résultats politiquement inquiétants : nous sommes à un moment historique de formalisation de l’idéologie populiste, incarnée par le FN.

Synthèse :

Dans cet essai, Jérôme Fourquet et Alain Mergier cherchent à analyser les conséquences des événements survenus début janvier 2015 sur l’opinion des milieux populaires. Sur le coup, deux hypothèses ont été formulées par différents commentateurs. La première consiste à penser que les attentats ont profité au Front national en rendant ce parti plus attrayant encore. La seconde hypothèse réfute la première en mettant en avant le fait que les grandes marches républicaines du 10 et 11 janvier dernier sont la preuve d’une unité nationale qui refuse de se laisser tenter par les extrêmes. L’étude, à la fois qualitative et quantitative, démontre qu’aucun de ces scénarios ne correspond à ce qui s’est réellement produit.

Ce travail a été réalisé à partir d’entretiens qualitatifs, réalisés auprès de personnes appartenant aux milieux populaires ayant déjà voté pour le FN ou envisageant de le faire, et de données quantitatives issues de sondages d’opinion.

En apparence, l’opinion publique demeure relativement stable après les attentats sur différentes thématiques : les Français ne sont pas plus bellicistes qu’avant, leur perception de la communauté musulmane et de l’immigration reste inchangée. Cependant, l’opinion demeure très sévère vis-à-vis de l’Islam. Par ailleurs, force est de constater que les marches républicaines, bien que très impressionnantes, n’ont pas fait consensus. En effet, la mobilisation varie fortement d’une région à l’autre. Celle-ci a été beaucoup moins forte dans les régions où le vote FN s’avère conséquent et dans celles où en 2005 le vote contre le projet de traité constitutionnel européen était majoritaire.

Lire la suite
_________________________
_________________________