Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2017

Non Fiction - Idéographie - la révolte comme attitude politique

Des printemps arabes aux mouvements des places, du printemps érable canadien à Nuit debout : la révolte est redevenue d'actualité depuis quelques années, sous plusieurs formes et dans plusieurs pays. A partir de nos archives, cette nouvelle « idéographie » de Nonfiction explore un thème crucial pour penser notre rapport à la politique et au politique.

Révoltes d'hier

Un certain nombre d'ouvrages récents s'attachent à penser des révoltes anciennes. Certaines sont célèbres, notamment, bien-sûr, la Révolution française. Jean-Clément Martin revient sur le rôle des femmes dans la Révolution, qui a semblé un temps pouvoir être une grande occasion d'émancipation féminine avant de virer à la « révolte brisée ». La Révolution de 1789 ne vient pas de nulle part : elle est le fruit d'une longue histoire politique et intellectuelle qui, au fil des révoltes du XVIIe et XVIIIe siècles, a placé l'irrespect au cœur du discours politique. Furio Jesi s'attache quant à lui à penser l'insurrection spartakiste dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, en proposant l'une des plus belles définitions de la révolte, vue comme un moment de « suspension du temps ». Dans une perspective comparable, Anne Steiner enfin montre les liens qui peuvent exister entre l'anarchisme de la Belle époque et l'activisme contemporain : à chaque fois, il s'agit de faire un pas de côté, non pas pour affronter, mais plutôt pour se mettre en retrait du système.

Lire la suite
______________
______________

14:45 Publié dans Réflexions | Tags : non fiction | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.