Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2016

L'actualité des socialistes du 16 au 22 décembre

BMFMTV - Le Grand Oral de Gilles Keppel, spécialiste du monde arabe, le 26 décembre

A LA UNE

France Culture - Comprendre la crise de la gauche (Marcel Gauchet, Henri Weber)

.... Bref, le quinquennat qui s'achève est sous le feu des critiques, la gauche n'a jamais été aussi émiettée et même si en politique rien n'est jamais joué, les chances de l'un de ses représentants d’accéder au 2° tour de la prochaine élection présidentielle paraissent aujourd'hui compromises.

Que s'est-il passé à gauche ? Comment en est-on arrivé là ?

PRIMAIRE

L'Obs - La primaire de la gauche est-elle une machine à perdre ?

Présentée par ses organisateurs comme un bon moyen de rassembler la gauche, la primaire pourrait se retourner contre le PS en cas de faible participation.

A écouter ses promoteurs et ses participants, la primaire de la Belle Alliance populaire est une formidable machine à rassembler la gauche. Et même une rampe de lancement pour propulser son vainqueur sur la route de l'Elysée. Voilà pour la théorie. Dans la pratique, cette primaire pourrait se retourner contre le PS si elle ne parvient pas à attirer suffisamment d'électeurs

Le Parisien - A un mois de sa primaire, le PS se prépare à jouer gros

A un mois du premier tour de la primaire de la gauche qu'il organise, le Parti socialiste a la sensation de jouer très gros avec ce scrutin déterminant pour son unité et peut-être même sa survie.
Le PS est distancé par la droite et l'extrême droite, mais aussi sérieusement menacé par l'émergence d'Emmanuel Macron et la campagne au long cours de Jean-Luc Mélenchon, à quatre mois de l'élection présidentielle.

Le JDD - Primaire de la gauche : après les coups bas, le coup d’envoi

La validation des candidatures a donné samedi le coup d'envoi officiel de la campagne, même si les derniers jours ont montré de vives tensions. Chaque écurie se projette déjà sur le mois de janvier, avec notamment des débats télévisés qui s'annoncent décisifs.

Ils étaient vingt-quatre, jeudi, à avoir déposé leur candidature auprès de la Haute autorité des Primaires. Sans surprise, ils ne seront, après écrémage, plus que sept à s’affronter lors du premier tour de la primaire de la gauche, le 22 janvier. Dont quatre anciens ministres socialistes de François Hollande : Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Manuel Valls, qui joueront évidemment les premiers rôles dans cette compétition.

MONTEBOURG

Direct Matin - Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Atlantico - François Kalfon: “En 2011, Arnaud Montebourg était dans les déclarations d’intention; aujourd’hui, nous proposons de véritables outils.”

Candidat de la démondialisation en 2011, Arnaurd Montebourg sera, pour 2017, celui de la protection des Français face à une mondialisation malheureuse, mais aussi de la libération des Français face à tout ce qui les entrave dans leur vie.

Marianne - Primaire à gauche : de DSK à Chevènement, le vaste programme de Montebourg

Dans un entretien au "Parisien" ce dimanche, Arnaud Montebourg dessine un projet "au cœur des différentes gauches". Le candidat à la primaire du PS évoque aussi bien DSK que la nationalisation des banques, une "République nouvelle" investie par les citoyens et un bousculement de l'Europe.

La meilleure façon de plaire à tout le monde, c'est de ne fâcher personne. Alors, pour la primaire de la "Belle alliance populaire", Arnaud Montebourg a choisi de ratisser large dans les contours de son projet. Dans un accordé au Parisien ce dimanche 18 décembre, le candidat affirme vouloir placer son projet "au coeur des différentes gauches", construit sur les bases d'un "socialisme incarné de façon contemporaine tant par Dominique Strauss-Kahn que par Jean-Pierre Chevènement".

HAMON

 
Le candidat assume le relèvement « inévitable » des prélèvements obligatoires.Le revenu universel ferait l'objet d'une « conférence citoyenne » en 2019.
 
 
Depuis son passage dans L'émission politique sur France 2, Benoît Hamon bénéficie d'une dynamique qui pourrait le porter au second tour de la primaire de la Belle Alliance populaire. Moins clivant et moins médiatique qu'Arnaud Montebourg ou Manuel Valls, ses atouts sont nombreux face à ses deux principaux rivaux.

1) Un homme de parti moins clivant que Manuel Valls

Maud Guillaumin : Benoît Hamon a depuis sa jeunesse été une figure très importante au sein du Parti socialiste. C'est l'ancien patron du MJS - Mouvement des jeunes socialistes - et il a eu une vraie carrière politique au sein du parti : il a été député européen et porte-parole du Parti socialiste. Il connaît tout le parti de A à Z.

Marianne - Des cafés interdits aux femmes en France ? Benoît Hamon relativise…

Au cours d'un entretien sur France 3 ce dimanche midi, Benoît Hamon a été invité à réagir à un récent reportage de France 2 montrant l'interdiction faite aux femmes de se rendre dans les cafés de certaines banlieues françaises. Le candidat à la primaire de la gauche s'en est sorti par un grand numéro d'enfumage et de relativisme…

PEILLON

Libé - Peillon veut «sortir la religion du champ politique»

Le candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste Vincent Peillon a affirmé lundi à Toulouse «vouloir sortir la religion du champ politique» et en avoir «assez qu’on nous parle toujours d’identité nationale et de religion».

«Aujourd’hui, on voit qu’on désigne les gens par des origines. Il faut cesser avec ça», a-t-il déclaré devant la presse lors d’une visite d’un stade dans le quartier populaire du Mirail.

MACRON

France Info - Quatre signes qui montrent que le PS commence à avoir peur de Macron

Après sa démonstration de force, samedi dernier à Paris, Emmanuel Macron a marqué des points. Au point de commencer à susciter des inquiétudes au sein du Parti socialiste.

"Le problème, aujourd'hui, c'est Macron !" Un ministre, soutien de Manuel Valls, ne cache pas à franceinfo son souci du moment. Enjambant la primaire, ce membre du gouvernement se projette déjà en février. Et son inquiétude porte un nom : Emmanuel Macron. Depuis sa démonstration de force, lors d'un meeting à Paris samedi 10 décembre, le candidat d'En Marche ! sème le doute au sein du Parti socialiste. France info vous explique pourquoi.

VALLS

Proche de François Hollande, le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, publie une contribution via
la Fondation Jean Jaurès dans le cadre du débat sur la primaire à gauche. Dans un interview aux « Echos », il en donne les grandes lignes. S'il ne prend pas encore parti pour un candidat, il n’en tacle pas moins Manuel Valls.

HOLLANDE

AlterEco - Le bilan du quinquennat de François Hollande en dix graphiques

De la courbe du chômage à la transition énergétique, tour d’horizon chiffré d’un quinquennat qui n’aura pas suffi à changer la donne.

Les commentaires sont fermés.