Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2015

Laurent Bouvet, Slate - Charlie Hebdo: pour que ce qui a conduit au pire ne se reproduise pas

À l'avenir, il faudra notamment nommer les choses clairement dans le débat public –ce qui n'a pas été le cas ces dernières années, notamment à gauche.

En quelques jours, nous avons perdu sinon notre innocence, du moins le peu de légèreté qui nous restait. Nous savions certes de longue date que le terrorisme islamiste n’était pas uniquement un phénomène lointain et étranger. Nous savions qu’il était déjà plus qu’une menace, une réalité, et qu’il se tenait sur le pas de notre porte. Mohammed Merah avait donné, à Montauban et à Toulouse, en mars 2012, plus de quinze ans après la vague d'attentats du GIA, le premier signal du déchaînement d'une terreur djihadiste d'un type nouveau sur le territoire national.

Nous nous en étions émus, mais pas plus que ça. Sans doute parce que seuls des musulmans et des juifs –on mesure le caractère terrible de ce constat– étaient morts cette fois-là et que nombre de nos concitoyens avaient vu cet épisode comme le simple prolongement de conflits extérieurs. La mobilisation relative que ces actes ont suscité, finalement vite oubliée dans le confort de l’élimination rapide d’un «loup solitaire», était terriblement injuste, et même, disons-le, indécente au regard de la mort de nos compatriotes, dont certains n’étaient que des enfants.

Lire la suite
__________________________
__________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.