Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2018

France Culture - Boualem Sansal : écrire contre le fanatisme

Une « chronique sur les temps qui courent », c’est ainsi que l’écrivain Boualem Sansal définit son nouveau roman.

Le train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu, il parait en cette rentrée littéraire aux éditions Gallimard. Un roman aux formes multiples, un roman labyrinthique, qui explore différents territoires et temporalités. Comme dans son précédent ouvrage 2084, Boualem Sansal poursuit sa mise en garde contre les fanatismes religieux renforcés par la faillite du politique et du capitalisme débridé. Nous accueillons son auteur, l’écrivain Boualem Sansal.

Lire et écouter la suite
__________________
__________________

17:18 | Tags : boualem sansal | Lien permanent

22/11/2015

Boualem Sansal : "Il faut tout mettre sur la table : le terrorisme, l'islamisme mais aussi l'islam"


Boualem Sansal : "Il faut tout mettre sur la... par FranceInfo

23:27 Publié dans Réflexions | Tags : boualem sansal | Lien permanent

16/01/2015

L'Express - Boualem Sansal: "A ce point, la passivité des musulmans est mortelle"

L'écrivain algérien Boualem Sansal livre un entretien à L'Express pour évoquer ses sentiments après les attentats en France contre Charlie Hebdo et l'épicerie casher. Il évoque le danger de l'islamisme dans le monde, le communautarisme en France, l'Algérie d'hier et d'aujourd'hui. 

Boualem Sansal est un écrivain algérien. Infatigable adversaire des islamistes et du régime algérien, il a reçu, entre autres, le prix Tropiques en 1999 pour Le Serment des barbares, le grand prix RTL-Lire pour Le Village de l'Allemand en 2008, le prix du Roman arabe en 2012 pour Rue Darwinou encore le grand prix de la Francophonie en 2013. Il vit en Algérie. 

Lire la suite
_______________________
_______________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : boualem sansal, charlie hebdo | Lien permanent