Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2014

Le Monde - A Saint-Etienne, pauvreté n’est pas une fatalité

Par Georges Gay, Aisling Healy, Christelle Morel Journel et Journel et Valérie Sala Pala (Université Jean-Monnet de Saint-Etienne)
 
Un article publié le 9 décembre 2014 dans Le Monde, intitulé « A Saint-Etienne, le centre-ville miné par la pauvreté »ne pouvait nous laisser indifférents. Comme toute autre ville, Saint-Etienne est le produit d’une histoire longue tant dans ses formes urbaines que dans la configuration de la société locale et des rapports sociopolitiques. Sans être née de la révolution industrielle, la ville s’est développée pour l’essentiel à partir des années 1820 lorsque l’ensemble de la région est saisi par un mouvement d’industrialisation orchestré, pour l’essentiel, par l’Etat central.

Saint-Etienne est d’abord une ville de l’armurerie, de la rubanerie, et de la quincaillerie, marquée par le système dit de « la fabrique » où le travail est divisé et distribué à des ouvriers à domicile. Les quartiers Tarentaize, Beaubrun, Crêt-de-Roc et Jacquard sont le résultat de cette organisation du travail : des faubourgs productifs et populaires à la périphérie d’un centre qui est le cœur de la « fabrique » de ruban.

Lire la suite
_____________________
_____________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : saint-etienne | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.