Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2012

Libé - Henri Sterdyniak «Ces choix ont été catastrophiques pour une partie de l’Europe»

Henri Sterdyniak, de l’Observatoire français des conjonctures économiques, s’inquiète de l’impact de mesures similaires dans toute la zone euro : Recueilli par Vittorio de filippis

Pour Henri Sterdyniak, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le «Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi» provoquera plus de mal que de bien.

En quoi le gouvernement fait-il fausse route lorsqu’il décide d’améliorer la compétitivité des entreprises ?

Faut-il rappeler que nous sommes dans une zone euro en récession ? Depuis 2011, tous les pays qui ont adopté la monnaie unique ont mis en place des politiques restrictives. On en connaît les conséquences : une demande atone, des entreprises qui ont des capacités de production inemployées et qui n’ont absolument pas besoin de faire le moindre investissement, et des profits en baisse. Ce sont essentiellement ces enchaînements-là qui expliquent la chute du taux de marge des entreprises en France et ce depuis le début de la crise, en 2007.

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

10:10 Publié dans Réflexions | Tags : sterdyniak, ofce | Lien permanent

Libé - Plan Ayrault: «Le vrai risque, c'est la déflation généralisée»

Interview Directeur adjoint au département analyse et prévision de l’Observatoire français de conjoncture économique (OFCE), Eric Heyer analyse les annonces de Jean-Marc Ayrault à l’aune des préconisations du rapport Gallois sur la compétitivité.

Directeur adjoint au département analyse et prévision de l’Observatoire français de conjoncture économique (OFCE), Eric Heyer analyse les annonces de Jean-Marc Ayrault à l’aune des préconisations du rapport Gallois sur la compétitivité. Et affirme que la situation de la France n’a pas grand chose à voir avec celle de l’Allemagne sous Gerhard Schröder.

Lire la suite
_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : heyer, ofce | Lien permanent

06/11/2012

OFCE : Faut-il faire payer par les ménages un choc de compétitivité ? par Henri Sterdyniak

5 novembre 2012

La France souffre d’un problème industriel. Sa balance courante est passée d’un excédent de 2,6 % du PIB en 1997 à un déficit de 1 en 2007, puis de 2 % en 2012 alors que l’Allemagne passait d’un déficit de 0,4% de son PIB en 1997 à un excédent de 5,7. La question du redressement productif de la France est posée. Faut-il organiser un transfert important des ménages aux entreprises pour un choc de compétitivité ou pour redresser le taux de marge des entreprises ? Nombreux sont ceux qui préconisent un tel choc (dont le MEDEF, mais aussi la CFDT). Il s’agirait de réduire les cotisations sociales employeurs (d’au moins 30 milliards d’euros) et d’augmenter en contrepartie les prélèvements portant sur les ménages. Cette question est analysée de façon détaillée dans la dernière Note de l’OFCE (n°24 du 30 octobre 2012).

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

20:27 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

La Tribune : Pacte Ayrault: un vrai choc de compétitivité... avant des réformes structurelles?

Les économistes qui défendaient auprès de François Hollande l'idée d'un "choc d'offre" estiment avoir été entendus. Mais la question de la compétitivité n'est pas réglée pour autant. Des réformes structurelles, tant en ce qui concerne le marché du travail que celui des biens, seront nécessaires....

Les économistes pro "choc d'offre" approuvent
Ce n'est pas l'avis d'économistes qui, comme Philippe Aghion, ont conseillé François Hollande pendant sa campagne électorale, et défendaient cette politique de l'offre depuis des mois auprès du candidat socialiste.
Contrairement à ce que laissait entendre la petite musique distillée par le gouvernement depuis la mi octobre, récusant toute idée de «choc» -avec la brutalité qui l'accompagnerait-, «c'est un choc d'offre, c'est que nous avons préconisé» tranche Gilbert Cette, professeur à l'université d'Aix Marseille, qui a travaillé sur ces questions avec ses collègues Philippe Aghion et Elie Cohen. Il accueille favorablement l'annonce d'une baisse des charges des entreprises, même indirecte, à hauteur de 20 milliards d'euros.

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

18:23 Publié dans Réflexions | Lien permanent

La Gauche populaire a reçu Alain Laurent pour parler d’Ayn Rand

« What’s the matter with Ayn Rand ? », c’est la question que s’est posée la Gauche populaire mercredi 24 octobre 2012 en invitant Alain Laurent, spécialiste du libéralisme et biographe de la philosophe américaine (1905-1982) qui règne aujourd’hui en maître à penser du camp conservateur anti-Obama. Tel était l’objectif de la soirée : comprendre qui était Ayn Rand, quelles sont ses idées et surtout pourquoi celles-ci inspirent, 30 ans après la mort de Rand, des mouvements populistes et radicaux tels le Tea Party ou des hommes comme Paul Ryan, le colistier de Mitt Romney ?

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

16:09 Publié dans Réflexions | Tags : gauche populaire | Lien permanent

Telos, Gérard Grunberg : L’aggiornamento socialiste, une nécessité absolue

François Hollande, au cours de sa campagne présidentielle, avait insisté à juste titre sur la priorité à donner à la question de la compétitivité de l’économie française. Les décisions en demi-teinte qui devraient être annoncées aujourd’hui posent un certain nombre de questions. Pourquoi le président n’a-t-il pas traité ce problème dès le début de son septennat en en faisant la priorité absolue ? Pourquoi n’a-t-il pas accepté, comme le regrettent à juste titre Philippe Aghion, Gilbert Cette et Elie Cohen dans les Echos, de rompre avec la stratégie keynésienne de la demande et d’opter clairement pour une stratégie de l’offre que les social-démocraties de l’Europe du nord ont adoptée et appliqué avec un certain succès ? La réponse à cette question ne doit pas être recherchée dans le manque de lucidité ou de courage du président mais dans l’idéologie  du Parti socialiste.

Lire la suite
____________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : gerard grunberg | Lien permanent

Le Monde, Thomas Piketty : Les mesures du gouvernement constituent "une régression intellectuelle et politique considérable"

Thomas Piketty est directeur d'étude à l'EHESS et professeur à l'Ecole d'économie de Paris. Proche du parti socialiste, il est l'auteur du livre Pour une révolution fiscale (Seuil), dans lequel il défend notamment une fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG, qui deviendraient tous deux progressifs et prélevés à la source. Pour réformer le financement de la protection sociale, il propose une baisse des cotisations patronales, financée par une hausse de la CSG progressive, avec une augmentation des salaires bruts afin d'éviter un "choc de pouvoir d'achat".

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

Libé - La semaine bâclée du cumulard

Par quatre assistants et deux administrateurs parlementaires, déçus par l’indisponibilité des parlementaires cumulards, leur captation des postes et la faible qualité du travail législatif et de contrôle qui en résulte.

 

Une loi importante pour le logement des pauvres vient d’être annulée par le Conseil constitutionnel pour une irrégularité dans la procédure législative : un «cafouillage parlementaire», s’est défaussé le Premier ministre. Les mal-logés attendront, comme d’habitude, et le Parlement va faire comme si ce «cafouillage» n’était qu’une exception. Or, pour qui travaille au Parlement, cette affaire confirme les dégâts du cumul des mandats dans notre République. Les citoyens ont-ils seulement une idée de la façon dont leurs représentants formulent «l’expression de la volonté générale» ?

Lire la suite

07:15 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Libé - Cher, très cher, Ronald McDonald’s…Par THOMAS THÉVENOUD Député PS de Saône-et-Loire

Si je t’écris, moi élu de ce petit bout de France, c’est pour répondre à ton message intitulé : «Encore un petit effort M. Thévenoud…» J’ai été surpris de découvrir cette pleine page dans les journaux de notre pays. Cette publicité a dû te coûter un prix fou, surtout dans la période difficile que tu dis traverser. D’après mes calculs, l’argent que tu y as consacré aurait permis de rémunérer une bonne vingtaine de tes salariés pendant un an. Excuse-moi d’avoir voulu évaluer le coût de cette baisse de la TVA mais, en France comme ailleurs, la mission qu’on assigne à un député est de contrôler l’utilisation des deniers publics. Je n’ai donc fait que mon travail. Aujourd’hui, je voudrais te parler de la France et des efforts que notre pays t’a consacrés depuis des années.

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : thevenoud, ps, parti socialiste | Lien permanent

05/11/2012

Le Monde - Interdire les OGM relève de la politique Par Marc Lavielle, directeur de recherche à l'Institut national de recherche en informatique et en automatique de Saclay

L'histoire était trop belle... Seul face à Monsanto et à la communauté scientifique asservie au lobby pro-OGM, un chercheur met en évidence la toxicité d'un OGM... On disposait enfin d'arguments imparables pour clore le débat sur les OGM et justifier leur interdiction. Et puis, après une si longue liste de scandales sanitaires, comment en effet ne pas être tenté d'y croire ?

 

Mais chaque histoire est différente, et celle-ci s'avère finalement lamentable à bien des égards.

Passons sur la façon scandaleuse dont l'étude de Gilles-Eric Séralini a été médiatisée et sur les clauses de confidentialité insensées qui ont accompagné sa sortie. Revenons plutôt sur les critiques sévères qu'elle mérite et qui ont été soulignées de façon quasi unanime par la communauté scientifique internationale

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent