Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2013

Terra Nova : "Quelles dépenses publiques pour quel modèle social ?"


"Quelles dépenses publiques pour quel modèle... par terranova

Pour sa 3ème édition, 23 think tanks se retrouvaient le samedi 15 décembre 2012 à la Sorbonne pour leur forum annuel intitulé "Dans quels mondes vivons-nous ?".

Placé sous le signe du pluralisme et de la convivialité, cet événement veut contribuer à la promotion d’un débat politique apaisé et de qualité. Les participants se réunissent pour croiser leurs réflexions et confronter leurs propositions autour d’enjeux contemporains majeurs.

Jean-Philippe Thiellay, vice-président de Terra Nova, participait à la 2ème table ronde "Quelles dépenses publiques pour quel modèle social ?" qui se tenait de 10h20 à 11h35 aux côtés de Stéphane Boujnah, président de En Temps Réel, Alain Obadia, président de la Fondation Gabiel Péri, Agnès Verdier-Molinié, directeur de la fondation IFRAP et Gérard Dussillol, président du pôle "finances publiques" de l'Institut Thomas More.

La table ronde était animée par Myriam Mascarello, France 24.
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________

20:16 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova | Lien permanent

Le Monde - La gauche cherche ses ouvriers

La visite d'usine a été le sport préféré des candidats à l'élection présidentielle en 2012. Il faut dire que le vote ouvrier, capté par Nicolas Sarkozy en 2007, était très convoité par les principaux candidats.

Au Parti socialiste, la question est dans les esprits depuis la publication d'une note de Terra Nova en mai 2011 qui proposait une nouvelle "coalition électorale" laissant de côté l'électorat populaire pour se concentrer sur les classes moyennes à travers les jeunes, les femmes et la "France de la diversité" selon les mots d'Olivier Ferrand, feu le président du club de réflexion progressiste.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

08:20 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Libé - PS et ouvriers : «On est passé de l'abandon au mépris»

La plume est cinglante comme après un amour déçu. «De l'abandon au mépris : comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière», ainsi s'intitule le livre publié jeudi par Bertrand Rothé, professeur d'économie à l'université de Cergy-Pontoise (photo DR). Dans cet ouvrage historico-économique, l'auteur revient sur les «trahisons» du parti à la rose vis-à-vis de ceux auxquels il avait tant promis en 1981, lors de sa première accession au pouvoir sous la Ve République. 

Du «tournant de la rigueur», en 1983, à la politique d'austérité actuelle, en passant par les privatisations de Lionel Jospin et la politique de l'euro fort, ce sont trente ans d'histoire politique et sociale de la France qui sont relus à la lumière de cet «abandon». Interview.

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

10/01/2013

Libé - «Lorsque les gens se sentent investis, ils peuvent faire infléchir les projets»

Interview Le ministre François Lamy veut lancer une nouvelle politique de la ville :

Par ALICE GÉRAUD

Le ministre de la Ville, François Lamy, souhaite faire de la participation des habitants l’un de ses chantiers prioritaires. Un vœu pieux souvent formulé par ses prédécesseurs mais jamais mis en œuvre. La concertation avec les habitants est le point noir de trente ans de politique de la ville. Comment l’expliquez-vous ? Cela n’a pas fonctionné car on a dissocié les politiques de rénovation urbaine et les politiques de cohésion sociale, l’urbain et l’humain.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

Libé - «Il y a des discours sur la banlieue qui victimisent et dépolitisent»

Interview Les sociologues Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, qui publient cette semaine un essai intitulé «Refaire la cité», défendent la nécessité de redonner du sens politique aux banlieues.

 

Recueilli par Alice Géraud

Les sociologues, Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, spécialistes des quartiers populaires, publient cette semaine au Seuil un essai, Refaire la cité, où ils expliquent que l'exclusion actuelle des banlieues est de nature politique. Ils plaident, entre autres solutions d'urgence, pour un développement de l'empowerment à la française. Une démocratie participative s'appuyant sur les habitants de ces quartiers à qui l'on a trop longtemps coupé le droit à une parole autonome.

Lire la suite
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________

14:00 Publié dans Réflexions | Tags : kokoreff, lapeyronnie | Lien permanent

OFCE : Réactions aux décisions du Conseil constitutionnel du 29 décembre 2012

 8 janvier 201

 par Henri Sterdyniak

 Le 29 décembre 2012, le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur la conformité à la Constitution de la Loi de finances 2013 ainsi que sur celle de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012. Il en a censuré plusieurs dispositions.

La Constitution française est pratiquement silencieuse en matière de fiscalité, de sorte que le seul texte auquel le Conseil peut se référer est l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui stipule : « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ». Cependant, depuis 1789, la fiscalité s’est vue attribuer d’autres rôles que celui de financer équitablement les dépenses publiques ; la fiscalité a des objectifs incitatifs (décourager certaines pratiques socialement néfastes, comme le tabac, l’alcool, la pollution ; encourager des pratiques socialement utiles comme la culture) ; elle a aussi des objectifs redistributifs : taxer fortement les gains injustifiés ainsi que les plus hauts revenus, dans la mesure où ceux-ci ne proviennent pas uniquement de l’effort de leurs bénéficiaires, mais de l’ensemble de l’organisation sociale et de l’héritage institutionnel et technologique de la société.

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Les Echos - Joseph E. Stiglitz, Les crises de l'après-crise

La crise de l'euro et la "falaise fiscale" américaine étant en tête des préoccupations, il est facile d'ignorer les problèmes à long terme qui pèsent sur l'économie mondiale. Mais ils continuent à s'envenimer, et c'est à nos risques et périls que nous les négligeons, absorbés par les problèmes immédiats.

NEW-YORK –La menace à long terme la plus grave, c'est le réchauffement climatique. Les mauvais résultats de l'économie mondiale ont conduit à un ralentissement de l'augmentation des émissions de carbone, mais ce n'est qu'un répit de courte durée. Comme nous sommes excessivement lents à réagir au réchauffement climatique, il faudra beaucoup d'efforts pour parvenir au modeste objectif d'une hausse limitée à 2°C de la température moyenne de la planète.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : stiglitz | Lien permanent

09/01/2013

OFCE : Individualisation ou conjugalisation de l’impôt : que faire après la décision du Conseil constitutionnel ?

 

par Guillaume Allègre

Le Conseil constitutionnel a censuré la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus d’activité au motif qu’elle est prélevée auprès des personnes physiques et non du foyer fiscal ; ainsi elle méconnaîtrait les principes d’imposition selon la faculté contributive et d’égalité devant les charges publiques. En rappelant que tous les prélèvements progressifs sur le revenu doivent tenir compte de la situation familiale du foyer fiscal, la logique juridique du Conseil s’oppose à la logique économique et peut conduire à une complexité inutile du système social et fiscal. La jurisprudence du Conseil va à l’encontre d’une règle de politique économique qui veut qu’autant d’instruments soient utilisés que d’objectifs poursuivis. Or, l’objectif de réduction des inégalités de salaires est un objectif légitime de politique économique à côté de l’objectif de réduction des inégalités de revenus entre foyers. Il paraît donc légitime que des éléments de progressivité s’appuyant d’une part sur le revenu d’activité individuel et d’autre part sur le revenu familial coexistent. Ceci d’autant plus que les recherches empiriques montrent que la faculté contributive des citoyens dépend à la fois du revenu de leur foyer et de leur revenu propre.

Lire la suite
__________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________

15:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

07/01/2013

Le Monde - En 2013, augmentons l'emploi des jeunes tout en réduisant les dépenses publiques

Par Jean-Hervé Lorenzi, professeur d'économie à l'université Paris-Dauphine

Il y a les faits, le climat général, les intentions et l'urgence d'une stratégie à largement expliciter pour dissiper les doutes.

Les faits s'imposent à tous. L'immense difficulté de l'année réside dans la confrontation entre le court terme, porteur de chômage, et le moyen terme, porteur, espérons-le, d'une croissance plus vive.

Cela nous ramène à la réalité souvent occultée : la crise est avant tout celle de l'économie réelle liée, comme pour la plupart des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques, à un transfert massif d'activités vers les pays émergents au début des années 2000, créant par là même un chômage structurel des travailleurs peu qualifiés.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : jean-herve lorenzi | Lien permanent

06/01/2013

Observatoire des inégalités : Les revenus démesurés des grands patrons et des cadres dirigeants

Les patrons les mieux rémunérés de France touchent entre 400 et 1 500 années de Smic par an... Et encore, sans tenir compte de tous leurs avantages.

Le revenu annuel d’un grand patron représente de 400 à 1 500 années de Smic, selon les données 2011 publiées par Proxinvest dans son quatorzième rapport La Rémunération des Dirigeants des sociétés du SBF 120 (11 décembre 2012). De 5,5 millions d’euros pour Olivier Piou (GEMALTO) à 19,6 millions d’euros pour Maurice Lévy, patron de Publicis (ce niveau record est en partie dû au versement anticipé de ses bonus différés, une prime exceptionnelle de 16 millions d’euros).

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

14:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent