Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2013

Observatoire des inégalités - Un toit, c’est un droit

1950 : un logement sur dix possède une douche ou une baignoire.
2006 : 99 logements sur 100 en sont équipés. En 2012, on vit plus confortablement qu’il y a 60 ans ! Mais ce n’est pas vrai pour tout le monde.

3,6 millions de mal-logés

Aujourd’hui en France, 685 000 personnes n’ont pas de logement à elles. La plupart, environ 400 000 personnes, vivent chez des amis ou dans leur famille. Les autres, environ 120 000 personnes, sont obligées de dormir dans de petits hôtels ou au camping. Enfin, on estime qu’entre 100 et 150 000 personnes dorment régulièrement dans la rue et dans des foyers. On dit qu’elles sont sans domicile fixe, SDF.

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Terra Nova - Conf. "Poings de vue" "Quelle compétitivité pour la France ?" avec P. Artus et T. Piketty, introduit par J. Méadel et animé par T. Chalumeau

Quelle compétitivité pour la France ?

La crise financière de 2008 a révélé l'ampleur des problèmes de compétitivité de l'économie française, dont la dégradation semble s’être accélérée depuis le début des années 2000. La France a vu ses positions commerciales s’amoindrir, ses investissements productifs diminuer et sa base industrielle se détériorer plus fortement que dans d’autres pays européens – près de 750.000 emplois ont ainsi été perdus en 10 ans. Les salariés et les ménages sont aujourd’hui les premiers touchés par cette perte de compétitivité de notre économie.

 La France est amenée à se battre sur le front de l’innovation face aux économies les plus compétitives de la planète, mais aussi sur le front de l’organisation de son système productif et sur ses coûts de production face à la montée en puissance commerciale des pays à bas salaires.

Lire la suite
________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova, piketty | Lien permanent

05/02/2013

Challenges : Pour ces économistes, les banques doivent payer plus d'impôts

INTERVIEW Gunther Capelle-Blancard et Jézabel Couppey-Soubeyran dénoncent les conclusions du rapport du Conseil des prélèvements obligatoires qu'ils ont en partie élaboré.

Gunther Capelle-Blancard (Cepii & Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Jézabel Couppey-Soubeyran (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ont contribué à l'élaboration du rapport du Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) sur la fiscalité des groupes financiers paru ce jeudi. Ils en ont rédigé les rapports annexes III et IV. Contrairement aux conclusions de ce rapport, ils estiment que les banques ne payent pas assez d’impôts. En exclusivité pour Challenges, ils expliquent leur désaccord.

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

04/02/2013

OFCE - Espagne : une stratégie perdant-perdant par Danielle Schweisguth

 

 

 

A l’heure où le FMI reconnaît publiquement avoir sous-estimé l’impact négatif des ajustements budgétaires sur la croissance économique européenne, l’Espagne s’apprête à publier le chiffre de son déficit public pour 2012. Il devrait se situer autour de 8% du PIB en première estimation – mais pourrait être revu à la hausse comme ce fut le cas en 2011 – alors que l’objectif négocié avec la Commission européenne est de 6,3%. Tandis que la détresse sociale est à son comble, seul un retour durable de la croissance permettrait à l’Espagne de résoudre ses difficultés budgétaires par la hausse des rentrées fiscales. Or la politique de rigueur imposée par l’Europe retarde le retour de la croissance économique. Et le niveau du multiplicateur budgétaire espagnol, compris entre 1,3 et 1,8 selon nos estimations, rend inefficace la politique de restriction budgétaire puisqu’elle ne permet pas de réduire sensiblement le déficit et maintient le pays en récession.

Lire la suite
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

03/02/2013

OFCE - Superstars et équité : Let the sky fall, Par Guillaume Allègre

24 janvier 2013

Les acteurs sont-ils trop payés ? La tribune de Vincent Maraval a lancé un débat par essence idéologique… dans le bon sens du terme. Il semble en effet sain que les hauts revenus doivent se justifier en s’appuyant sur une argumentation susceptible de convaincre le plus grand nombre. Les rémunérations ne peuvent être justes que si elles sont publiquement défendables. Dans cet esprit, en s’appuyant sur l’analyse de l’économie des superstars, cette tribune défend l’idée qu’une petite partie des acteurs, et en général des artistes, capte une rente construite collectivement, ce qui justifie une intervention ayant pour objet de réduire les écarts de revenus.

Lire la suite
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Quelques pages de "Changer d'économie" par Les Économistes Atterrés

 

Cet ouvrage est toujours d'actualité, vous en trouverez ci-après quelques extraits:

 

Chapitre 1: Quelle politique économique ? Morts et renaissances du keynésianisme

 

Henri Sterdyniak

 

Depuis le début des années 80, les gouvernements, et tout particulièrement ceux des pays européens, semblent devenus incapables de gérer l’évolution économique de leur pays. Ils ont renoncé à maintenir une croissance satisfaisante permettant de maintenir le plein emploi. Ce n’était pas le cas naguère. En 1970, la France, par exemple, a eu une croissance vigoureuse de 5,7 % ; un taux de chômage faible de 2,4 % ; un excédent budgétaire de 0,9 % du PIB ; un solde courant excédentaire de 0,8 % du PIB ; par contre, l’inflation était de 5 %, soit plus forte qu’aujourd’hui. Les gouvernements se vivaient comme keynésiens, se donnant l’objectif de maintenir une forte croissance en soutenant la demande par un ensemble d’instruments de politique économique (en particulier la politique monétaire et la politique budgétaire); comme planificateurs, en essayant de prévoir et d’organiser l’évolution économique nationale; comme colbertistes, en mettant en œuvre des politiques industrielles centrées sur l’émergence de grandes entreprises nationales porteuses de grands projets; comme sociaux-démocrates, en augmentant progressivement, sous l’influence des revendications syndicales, la couverture et le niveau des prestations sociales. Comment les secrets de cette réussite ont-ils été perdus ?

Lire la suite
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterres | Lien permanent

Fondation Jean-Jaurès : Forum des forces progressistes arabes et européennes

Gérard Fuchs, directeur du secteur International de la Fondation Jean-Jaurès répond à trois questions suite à la rencontre des forces progressistes arabes et européennes au Caire, le 19 et 20 janvier 2013 à l’initiative du P.S.E


Forum des forces progressistes arabes et... par fondationjeanjaures

10:46 Publié dans Réflexions | Tags : fondation jean jaures, pse | Lien permanent

OFCE - La crise de la zone euro est-elle terminée ? par Catherine Mathieu et Henri Sterdyniak

30 janvier 2013

Au début de 2013, deux bilans contrastés peuvent être tirés de la crise. D’un côté, l’euro a survécu. Certes, les réactions des institutions européennes et des pays membres ont été lentes et hésitantes ; leurs réticences ont souvent nourri la spéculation. Mais les institutions européennes ont progressivement réussi à mettre en place des mécanismes de solidarité, comme le Fonds européen de stabilité financière puis le Mécanisme européen de stabilité ; elles ont réussi à imposer aux États membres une forte discipline budgétaire (renforcement du Pacte de stabilité et de croissance, programmes d’ajustement, traité budgétaire).

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

02/02/2013

OFCE - Répéter par Jérôme Creel

Dans un très bel ouvrage pour enfants, Claude Ponti dessinait, toutes les deux pages, deux poussins dont l’un disait à l’autre : « Pète et Répète sont dans un bateau. Pète tombe à l’eau. Qui reste-t-il ? » ; alors l’autre poussin de répondre : « Répète », et c’était reparti pour un tour. En fin d’ouvrage, le second poussin, les yeux exorbités, hurlait : « Répète ! » et cela n’en finissait pas. Un peu comme ces analyses sur la croissance économique et les contractions budgétaires où l’on redécouvre presque chaque mois que les contractions budgétaires réduisent la croissance économique ou que la sous-estimation des effets réels de la politique budgétaire engendre des erreurs de prévision.

Lire la suite
______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Economistes européens pour une politique économique alternative en Europe

- Groupe EuroMemo -
L'approfondissement de la crise dans l'Union européenne:
Le besoin d'un changement fondamental
– EuroMemorandum 2013 –

Résumé
Introduction
La crise qui a débuté en 2007 et qui s'est approfondie considérablement en 2008 a mis en évidence
de profondes fractures dans l'architecture de l'Union monétaire européenne. Les politiques
d'austérité drastiques qui ont d'abord été imposées aux pays d'Europe orientale, et par la suite aux
pays de la périphérie de la zone euro, commencent maintenant à être mises en oeuvre dans les pays
centre de l'Europe. La crise met en évidence la construction profondément antidémocratique de
l'Union européenne, où la Commission assume les pouvoirs toujours plus grands pour contrôler les
budgets nationaux, sans aucune supervision sérieuse par le Parlement européen. En même temps, la
position des principaux pays du Nord, et en particulier de l'Allemagne, a été renforcée par rapport
aux pays de la périphérie. Mais l'économie allemande, qui repose sur la stagnation des salaires et un
excédent de la balance commerciale, ne peut pas constituer un modèle pour l'ensemble de l'UE.
Dans le contexte d'un changement climatique global, l'attitude de l'UE à la conférence de Rio+20 en
juillet 2012 a contribué à l'incapacité à parvenir à un accord sérieux.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

14:33 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterres | Lien permanent